Frontières de la production artistique : la sculpture entre Champagne et Lorraine (XIVe – début XVIIe siècle)

Bilan
Le projet de recherche FROPA (2010-2013) avait pour objectif d’établir une étude systématique des frontières et des flux de la production sculptée entre Lorraine et Champagne au temps d’apogée de la statuaire (vers 1300 – vers 1630) : analyse des œuvres des ateliers des zones frontières (Argonne, pays d’entre Marne et Meuse, Barrois, Bassigny, Blaisois), des influences réciproques, des déplacements des artistes et des officines de production.
par Prof. Patrick Corbet (université de Lorraine – Nancy ; MSH Lorraine & EA 1132 Hiscant-MA), porteur scientifique du projet FROPA

L’objectif général de FROPA, prenant la suite d’opérations antérieures, tendait à faire passer à un niveau supérieur de précision et d’exhaustivité l’étude du patrimoine sculpté médiéval et Renaissance des régions lorraines et champenoises. Sur cette base, l’enquête visait spécialement à explorer les territoires (Argonne, Barrois, Pays d’entre Meuse et Marne, Bassigny, Blaisois) situés entre les deux régions susdites, à étudier les échanges entre ces dernières, à scruter les coïncidences (ou les discordances) spatiales entre la production d’œuvres sculptées et les autres types de frontières (politiques, ecclésiastiques…). Au sein du programme scientifique de la MSH Lorraine, le projet entendait introduire la discipline un peu négligée de l’histoire de l’art, celle-ci étant comprise de manière large, intégrant la notion de patrimoine et l’enrichissement offert à l’histoire générale. Rappelons aussi que les questions d’échanges et de relais transfrontaliers étaient ceux de l’axe 1 de la Maison des Sciences de l’homme Lorraine.

Ancerville (Meuse, ch. l. c.), Saint Thomas, bois, XVIe s. Cliché Didier Vogel, Troyes.

Rappel des objectifs et des résultats généraux :
Le travail mené a confirmé l’intérêt d’une recherche prenant pour objet les zones périphériques des grands espaces politiques (en l’occurrence des régions ou provinces d’Ancien Régime). C’est dans ces espaces négligés, car marginaux, que se découvrent les œuvres majeures oubliées par les travaux classiques. Par ailleurs ces zones, ignorées par l’activité des grands maîtres, ont permis à des artistes (ou groupes d’artistes) secondaires, mais pas forcément inintéressants, de déployer leur savoir-faire. La question des échanges inter-régionaux s’est révélée aussi riche de découvertes, mais essentiellement à partir de pièces isolées dont l’origine est à scruter précisément (commandes princières, voyages des artistes…). Enfin, il est apparu combien ce sont les frontières ecclésiastiques d’Ancien Régime qui encadrent la production « moyenne ». La limite du travail des entreprises de sculpture dans le monde traditionnel se situe très souvent aux frontières diocésaines (avec de rares projections extérieures, mais toujours à proximité : moins d’une dizaine de km).

Joinville (Haute-Marne, ch. l. c.), Ecce homo, bois, XVI siècle. Cliché Didier Vogel, Troyes.

État de l’avancée des connaissances par rapport à l’état du savoir :
Il est rappelé que les entreprises d’inventaire systématique des œuvres sculptées anciennes sont rares ou encore conduites à une échelle chronologique ou selon une précision stylistique autre. Le programme FROPA répondait donc à un standard rare et apprécié.

Méthodologie et calendrier : Il a été mené de front différentes réalisations : tenue de la table ronde « Les ateliers de la frontière » (octobre 2010) fédérant les chercheurs du programme ; établissement des listes d’œuvres sculptées à prendre en considération (2011-2012) ; photographie des œuvres selon les critères techniques du programme scientifique initial (opérateur : Studio d’art Didier Vogel, Troyes) ; recherches documentaires et premier établissement des notices scientifiques ; préparation des volumes de la collection « Corpus de la statuaire de Champagne méridionale » (deux volumes publiés, 2010 et 2012) ; préparation et organisation (2012) de l’exposition sur la Vierge au croissant de Blaise (en collaboration avec la Maison du Patrimoine de Troyes) ; conférences et publications des membres de l’équipe.

55_FOUCHERES-AUX-BOIS_01_Vierge_de_pitié_061011_©D.Vogel_Troyes

FOUCHERES-AUX-BOIS
Vierge de pitié 061011 ©D.Vogel Troyes

Description détaillée des résultats de l’opération :

– Table ronde « Les ateliers de la frontière ».
La table ronde organisée le 28 octobre 2010 à la MSH a rencontré un vif succès. Suivie par 35 personnes (enseignants-chercheurs, responsables lorrains et champenois de l’Inventaire du Patrimoine, des DRAC, du Service des Monuments historiques et des Conservations départementales des Antiquités et Objets d’art, spécialistes de la statuaire, étudiants), elle s’est tenue sous les présidences de M. Michel Bur, Membre de l’Institut, et de Me Véronique Boucherat, MCF à l’Université de Paris X, spécialiste de l’art régional du XVIe siècle (et collègue dont une précédente expertise de la MSH nous avait encouragé à demander le soutien). Des sept communications entendues (dont trois d’étudiants ou doctorants), toutes porteuses de riches informations, deux points ont particulièrement retenu notre attention.

La validité de la notion d’atelier pour l’analyse des groupes de sculptures identifiés par le programme, mais aussi la nécessité d’une utilisation souple de cette notion, qui peut se justifier aussi bien par l’influence d’un maître imposant des solutions stylistiques à des auxiliaires privés d’initiatives autres que de détail (J. Fusier) que par l’utilisation par un groupe d’intervenants à égalité d’un portefeuille commun de modèles (gravures, maquettes…) suscitant répliques ou copies (V. Boucherat). Existe aussi le cas des artisans itinérants fidèles à un schéma stylistique inlassablement répété (A. Ollivier).

Le rôle prépondérant à partir de la fin du XVe siècle des circonscriptions diocésaines dans les aires de production. Le style dit du Perthois caractérise le sud-est du diocèse de Châlons (J. Fusier et A. Barreau), celui de Malaincourt, le diocèse de Langres (A. Ollivier), ceux des ateliers dits de la Dormition de la Vierge et de Gondrecourt, l’ouest du diocèse de Toul (P. Corbet). Les infractions à cette règle ne concernent que de rares pièces ponctuellement isolées ou les marges très proches des diocèses voisins. À présent reconnues et définies (P. Sesmat), ces questions seront centrales pour les recherches ultérieures du programme. Une publication des communications d’A. Laurent et J. Fusier est envisagée, les découvertes des doctorantes étant réservées pour leur recherche de thèse.

Didier Vogel

La Vierge au croissant de Lune (Blaise, Haute-Marne), par Didier Vogel

– Exposition « La Vierge au croissant de lune » de Blaise (Haute-Marne). Une sculpture originale de l’art troyen du XVIe siècle.
http://www.msh-lorraine.fr/actualites/details/article/expo-photo-la-lune-est-sous-ses-pas.html

Nancy (MSH) ; Metz (hall de la BUL) ; Troyes- Saint-Julien-les-Villas (Maison du Patrimoine) ; Châlons-en-Champagne (Hôtel de la région). Mars 2012- mars 2013.

L'exposition à Nancy

Installation de l’exposition à Nancy (91 av. de la Libération)

L'exposition à Metz

Des visiteurs de l’exposition à la Bibliothèque universitaire de Metz

Les responsables ont proposé une exposition photographique sur une très belle statue en pierre du XVIe siècle (hauteur : 1 m), conservée dans l’église du village de Blaise, au nord de Chaumont (Haute-Marne). Elle représente une Vierge à l’enfant surmontant un croissant de lune, selon une iconographie inspirée du livre de l’Apocalypse, ch. 12, v. 1. La statue est inédite et son classement parmi les Monuments historiques tout récemment acquis. L’œuvre se présente comme une pièce majeure de la statuaire troyenne du début du XVIe siècle, mouvement artistique dont l’importance et la qualité viennent d’être rappelées par  une mémorable exposition tenue à Troyes en 2009. La statue se recommande par la beauté des deux  personnages (avant tout  celle de la Vierge, aux traits d’une exceptionnelle finesse), l’élégance des drapés, la richesse et l’originalité des détails, l’harmonie de l’ensemble. Elle offre une étonnante caractéristique technique : il s’agit d’une statue plate, dépourvue de profondeur (au point qu’on y avait vu un objet scié verticalement). Il s’agit en réalité d’une œuvre d’applique, catégorie exceptionnelle dans l’art de l’Est de la France. Son iconographie est originale, les Vierges au croissant de lune (elles-mêmes assez peu courantes parmi les images mariales), qui participent du thème théologique de l’Immaculée Conception, n’étant pas systématiquement des Vierges à l’enfant. À la différence de nombreuses statues d’époque, son origine est connue : elle provient d’une importante maison de religieux Minimes (un ordre créé à la fin du XVe siècle et implanté en France grâce à l’appui du roi Louis XI), le couvent de Bracancourt (fondé en 1496 par le maréchal Jean de Baudricourt sur sa terre de Blaise). Elle en ornait le sanctuaire et fut transportée à la Révolution dans l’église du village tout proche. Cet « état-civil » autorise une réflexion sur la spiritualité mariale de l’ordre. Organisée par la MSH, l’exposition photographique a obtenu un vif succès.

Présentée d’abord dans les villes universitaires lorraines, elle a connu un développement spécial à Troyes (Maison du Patrimoine), sous une forme augmentée (de plusieurs panneaux) et surtout en présence de l’œuvre elle-même et de pièces complémentaires. À cette occasion, un catalogue d’exposition, dirigé par P. Corbet et J.-L. Liez, a pu être publié (40 pages, éd. D. Guéniot, Langres). Il rassemble une dizaine de contributions brèves qui précisent tous les aspects historiques et artistiques relatifs à cette pièce exceptionnelle. L’Inventaire du Patrimoine de la région Champagne-Ardenne (Châlons-en-Champagne) a accueilli l’exposition durant un mois à l’automne 2013, en appui aux Journées annuelles du Patrimoine.

BLAISE_01_Vierge_à_l'enfant_051009_©D.Vogel_Troy Sculpture52_BLAISE_01a_Vierge_à_l'enfant_051009_©D.Vogel_Tro Collection « Corpus de la statuaire médiévale et Renaissance de Champagne méridionale » (éd. D. Guéniot, Langres).
L’équipe FROPA a pu mener à bien durant ces 42 mois la parution de deux volumes de sa série. En 2010 a été publié (vol. V) le corpus des sculptures de trois cantons du Sud du département de la Marne, ceux de Vitry-le-François (est et ouest) et Thiéblemont-Farémont. Rédigé par Jean Fusier (DRAC Châlons), riche de 185 pages, il publie au sens scientifique 49 sculptures pour la plupart inédites et même jamais photographiées, désormais parfaitement accessibles à l’étude. La production est dominée par un fort groupe d’œuvres en bois du début du XVIe siècle, que leur localisation préférentielle dans le Sud-Est du diocèse ancien de Châlons-en-Champagne conduit à évoquer sous le nom d’« atelier du Perthois ». Le sous-ensemble le plus reconnaissable des œuvres de cette officine est constitué par un groupe d’une douzaine de remarquables Christ en croix, autrefois flanqués des figures du Calvaire (la Vierge et saint Jean l’évangéliste) pour former les poutres de gloire soulignant les entrées des chœurs des églises. Les caractères historiques et stylistiques de l’« atelier du Perthois » font l’objet d’une mise au point synthétique au début du volume. En novembre 2012, a suivi l’édition du volume VI, consacré au canton de Brienne-le-Château (Aube). L’auteur en est J.-L. Liez, docteur en histoire de l’art et directeur de la Maison du Patrimoine du Grand-Troyes. Le livre (de 240 pages) présente aux chercheurs et au public cultivé 83 œuvres photographiées et commentées. Nombreuses (comme généralement dans le département de l’Aube), celles-ci apparaissent comme très variées : pièces anciennes des XIIe-XIIIe siècles ; réalisations gothiques des XIVe-XVe siècles ; œuvres de style troyen du XVIe siècle (majoritaires, mais point exclusives) ; témoins de l’art de l’est champenois (dit aussi du Perthois). Une place spéciale dans le volume a été consacrée à des œuvres anciennes, mais reprises, restaurées, voire copiées au XIXe siècle, très invasif dans cette zone. Statuaire médiévale et RenaissanceLa collection a été honorée en 2011 par le prix Auguste-Prost de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France). Pour leur part, les volumes aubois de la série (les n° I et VI) ont reçu fin décembre 2013 le prix des Arts et Lettres de la Société académique de l’Aube (Troyes).

Effincourt (Haute-Marne, c. Poissons), Vierge à l’enfant, bois, XVIe siècle. Cliché Didier Vogel, Troyes.

Œuvres d’art sculptées ayant fait l’objet d’études spécialisées dans le cadre de FROPA (voir infra la bibliographie) :
– Vierge au croissant de Blaise (Haute-Marne, c. Colombey-les-deux-Eglises). Voir Exposition et livret
– Collège apostolique d’Ancerville (Meuse, ch. l. c.) [13 statues, bois, XVIe s., école de l’Est champenois]
– Retable de Mognéville (Meuse, c. Revigny) [ensemble sculpté, bois, XVIe s., même inspiration]
– Retable de la vie de Marie-Madeleine à Montigny-le-Roi (Haute-Marne, ch.l.c.) [pierre, vers 1600, atelier de Gondrecourt-le-Château, Meuse]
– Vierge à l’enfant de Condé-en-Barrois (Meuse, c. Vavincourt) [pierre, XVIe, influence troyenne, étude en cours]
– Vierge de pitié de Fouchères-aux-Bois (Meuse, c. Montiers-sur-Saulx) [pierre, début XVIe s., art lorrain]
– Plaque de bronze avec inscription et figures en relief (Marne, Vitry-en-Perthois) [vers 1515, art troyen]
– Ensemble des œuvres rattachables à l’atelier de Malaincourt (Vosges) [plus d’une centaine de statues d’art populaire dispersées entre Champagne et Lorraine, pierre, vers 1520 – étude en cours par A. Ollivier]

Ancerville (Meuse, ch.l. c.), Saint Pierre, bois, XVIe siècle. Cliché Didier Vogel, Troyes.

Perspectives :
Les travaux de recherche continuent dans le cadre de l’EA 1132. Est préparé la publication d’un volume du Corpus de la statuaire sur l’arrondissement marnais de Sainte-Menehould (rédaction par Aurore Barreau, auteur d’un mémoire de Master sur le sujet) et de deux autres tomes, sur le canton de Bar-sur-Aube (Aube), par J.-L. Liez. Des perspectives de présentation des panneaux de l’exposition sur la Vierge au croissant de Blaise sont également envisagées. Les responsables sont en pourparlers avec les Archives départementales de la Haute-Marne (Chaumont).

Indicateurs Nombre de doctorants engagés : 2 (1 abandon ; 1 en finition)

Publications significatives : Ouvrages : – Corpus de la statuaire médiévale et Renaissance de Champagne méridionale, publié par P. Corbet et P. Sesmat, Volume V : Cantons de Thiéblemont-Farémont et Vitry-le-François (Marne), par  J. Fusier, Langres, éd. D. Guéniot, 2010, 190 p. – Corpus de la statuaire médiévale et Renaissance de Champagne méridionale, publié par P. Corbet et P. Sesmat, Volume VI : Canton de Brienne-le-Château (Aube), par J.-L. Liez, Langres, éd. D. Guéniot, 2012, 240 p. – La lune est sous ses pieds… La Vierge au croissant de lune (Blaise, Haute-Marne). Une sculpture originale de l’art troyen du XVIe siècle, sous la direction de P. Corbet et J.-L. Liez. Exposition (juin-septembre 2012). Maison du Patrimoine du Grand Troyes, Livret du visiteur, Langres, éd. D. Guéniot, 2012, 38 p.

Articles : – P. Corbet, « Une mise au point : les Christs du Perthois », in : J. Fusier, Corpus de la statuaire…, vol. V, pp. 28-47. – P. Corbet, « Nouveaux regards sur le retable de Mognéville (Meuse) », Le Pays lorrain, vol. 91, juin 2010, pp. 101-106. – A. Ollivier, « Un Saint Sébastien du XVIe siècle découvert à Malmy (Ardennes) », Le Pays sedanais, t. XXVIII, 2010, pp. 27-29. – P. Corbet, « La statuaire dans l’ouest du diocèse ancien  de Toul vers 1600 : autour du sépulcre de Gondrecourt-le-Château (Meuse) », in : Metz, Toul, Verdun : trois évêchés et la fortune de France (1552-1648), Actes du colloque de Metz (7-8 avril 2011), éd. C. Bourdieu, Metz, 2012,  pp. 143-164. – P. Corbet,  « Le retable de la vie de Marie-Madeleine à Montigny-le-Roi (Haute-Marne) », in : Diocèses et évêchés, territoires et paysages, éd. C. Bourdieu-Weiss, Metz (CRULH, 49), 2013, pp. 115-119. –P. Corbet,  « La statuaire lorraine de la fin du Moyen Age et de la Renaissance. Observations sur les expositions régionales de l’été 2013 », Le Pays lorrain, vol. 94, 2013, pp. 229-238.

Séminaires, journées d’études organisés dans le cadre du projet :
Les ateliers de la frontière (Nancy – MSH, 28 octobre 2010). Voir descriptif ci-dessus.

Communications dans des colloques :
J. Switalska, « Les méthodes de restauration de la sculpture médiévale en pierre pratiquées par M. Nicolas Bulloz », in : Le matériau de la sculpture entre la technique et la sémantique [Titre traduit]. Actes du colloque international de Wroclaw (octobre 2009), Wroclaw, 2010, pp. 149-160.

Conférences (avec retombées sociétales) :
P. Corbet, La plaque de bronze à inscription et reliefs de l’église de Vitry-en-Perthois. Conférence à la Société des Sciences et arts de Vitry-le-François, février 2010 et à la Société académique de Châlons-en-Champagne, octobre 2012.
J. Switalska, La statuaire de l’église Saint-Pantaléon de Troyes. Conférence à la société lorraine des amis des arts et des musées, Nancy, 23 mai 2012.
P. Corbet, Une œuvre d’art méconnue : le retable (vers 1600) de la vie de Marie-Madeleine à Montigny-le-Roi (Haute-Marne). Communication à l’Académie de Stanislas, Nancy, 9 novembre 2012.
P. Corbet, Le collège apostolique d’Ancerville (Meuse). Treize statues en bois du début du XVIe siècle. Conférence à la Société des Lettres de Bar-le-Duc, 18 novembre 2012 et à l’Hôtel de Ville d’Ancerville, 12 mars 2013.
J.-L. Liez, La statuaire ancienne du canton de Brienne-le-Château (Aube). Conférence à la demande de l’Andra Centres de l’Aube, Brienne-le-Château, 7 décembre 2012.

Diffusion et manifestations [Rappel] : Exposition Vierge au croissant de Blaise (voir descriptif ci-dessus) : Nancy (MSHL) ; Metz (B.U. Ile de Saulcy) ; Troyes (Maison du Patrimoine du Grand Troyes à Saint-Julien-les-Villas) ; Châlons-en-Champagne (hôtel de la région).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.