Savoirs universitaires, médiatisation technologique et pratiques des acteurs

Bilan du projet Sum-Tec
Le projet SUM-TEC vise à définir, identifier et analyser les pratiques enseignantes liées à la médiatisation du savoir académique par les outils numériques, en se fondant principalement sur les discours d’enseignants-chercheurs en sciences humaines et sociales et sur l’observation de leurs pratiques. Le projet permet notamment d’évaluer les liens éventuels entre outils numériques exploités pour créer, diffuser et partager le savoir universitaire (via l’internet en particulier), choix didactiques et modalités pédagogiques, et de questionner plus globalement les interrelations entre rapport au savoir universitaire, usage des TIC et pratiques enseignantes.
par Luc Massou (CREM, EA 3476 & MSH Lorraine, USR 3261)

Rappel des objectifs interdisciplinaires du projet et des enjeux de l’opération ainsi que de leur évolution au cours de la recherche
Au démarrage, ce projet s’inscrivait dans les deux dimensions de l’ancien axe 3 du programme scientifique de la MSH « Institution, innovation, changement » : les rhétoriques de l’innovation, d’une part, et l’étude des pratiques innovantes et des processus de changement, d’autre part. Il s’agissait d’abord de travailler sur les discours tenus sur l’innovation par les acteurs ciblés ici (enseignants-chercheurs et étudiants) dans le contexte spécifique de l’enseignement supérieur : à quoi est-elle associée ? Quelles visions du monde et du métier véhicule-t-elle ? En quoi ces discours sont-ils ou non marqués d’une appropriation ou d’une légitimation des technologies numériques ? La définition de l’innovation pédagogique diffère-t-elle entre enseignants et étudiants ? Il s’agissait ensuite, au travers de l’observation des pratiques des enseignants-chercheurs en situation d’enseignement, d’identifier de possibles innovations pédagogiques et leurs conséquences sur les changements au sein de l’université : quelle innovation organisationnelle, sociale ? Quels processus de diffusion, de normalisation ou d’institutionnalisation ? Quelle incidence sur l’activité des étudiants ? Pour cela, le projet s’appuie sur une équipe pluridisciplinaire associant des chercheurs en sciences de l’information et de la communication (analyse des usages et des dispositifs numériques), sciences de l’éducation (analyse des pratiques enseignantes, modalités pédagogiques, apprentissages) et en sciences du langage (analyse sémantique et lexicale des discours sur les pratiques).

Après la première phase de recueil de données (voir infra), 4 principaux axes de questionnement thématique ont finalement été retenus pour organiser notre phase d’analyse :

  • le choix et la fonction des outils numériques dans la pratique enseignante ;
  • la nature et la sélection des savoirs en lien avec l’usage des outils numériques ;
  • les représentations des enseignants sur la relation avec les étudiants et leurs pratiques d’apprentissage ;
  • la nature du changement éventuel dans les pratiques enseignantes avec les outils numériques.

Ces différents axes s’inscrivent pleinement dans les perspectives actuelles de la recherche sur la pédagogie universitaire numérique en France et à l’étranger, questionnant à la fois les pratiques enseignantes à l’université, le rapport aux savoirs universitaires et la médiatisation par les outils numériques.

Méthodologie mise en œuvre et calendrier réalisé

Phase 1 – 2013/14
Enquête auprès d’enseignants-chercheurs en sciences humaines et sociales sur leurs modalités pédagogiques (contenus, activités, structuration du cours, outils, interactions avec les étudiants, évaluation) dans un enseignement universitaire de leur choix ayant recours aux outils numériques. Cette phase s’est déroulée sur la base de recueils de discours. Des entretiens semi-directifs ont été enregistrés auprès de 60 enseignants-chercheurs des 4 universités de l’Université Numérique Régionale UNIRE (universités de Lorraine, Champagne-Ardenne, Franche-Comté et Bourgogne), dont 54 ont finalement été retenus, couvrant tous les niveaux du L et du M dans 11 disciplines en SHS pour des cours en présentiel et à distance, avec usage du numérique à différents degrés.

Phase 2 – 2014/2015
Sur la base des entretiens réalisé, 4 enseignements ont été retenus pour l’observation longitudinale de situations concrètes d’enseignements universitaires durant la seconde phase de recueil de données, sur la base du volontariat des enseignants-chercheurs concernés, et après accord de leurs étudiants pour l’exploitation des données recueillies : un enseignement entièrement à distance, un enseignement à la fois en mode distant et présentiel, un enseignement en présentiel enrichi et un enseignement mobilisant très peu le numérique. Trois angles d’analyse ont été retenus : construction des interactions avec les étudiants, hiérarchisation des savoirs mobilisés, accès à l’information et usage des ressources numériques. L’observation a été menée en collectant les données suivantes : filmage de certaines séances du cours, enregistrement sonore et grille d’observation sur toutes les séances, supports et ressources diffusés aux étudiants, sujets d’examen, échanges par messagerie électronique entre enseignants et étudiants, statistiques d’usage dans les plateformes de cours en ligne, questionnaire étudiant post-cours.

Pour l’analyse des données recueillies, deux méthodologies qualitatives ont été retenues : analyse thématique de contenus (avec parfois l’appui du logiciel NVIVO) et analyse lexicale/sémantique de discours (avec l’appui du logiciel IRAMUTEQ).

Mode d’organisation de l’activité : Rôle des partenaires et des chercheurs
– 1 séminaire d’équipe projet tous les 2 mois en moyenne, sur les 3 ans du projet.
– Constitution de 4 groupes de travail pour l’analyse des données : 1 groupe par axe de questionnement (outils, savoirs, relation aux étudiants, changement).

Liens avec la formation
Chaque membre de projet mobilise ponctuellement certains résultats du projet dans ses enseignements respectifs, et parfois dans des options ou modules de formation spécifiques à la question du numérique dans l’enseignement :
– formation doctorale transverse de l’UL « Enseigner et apprendre avec le numérique » (années 2014 à 2016)
– option Numérique du parcours IDP, mention PIF, du Master MEEF de l’ESPE de Lorraine (années 2014/2015 et 2015/2016)
– séminaire professionnel « Pépinière 4.0 sur les usages numériques éducatifs de demain » organisé par la DANE et l’ESPE de Lorraine en Janvier 2016.

Description détaillée des résultats de l’opération
Les premières analyses des données ont permis de dégager 4 axes de résultats en lien avec les 4 groupes thématiques de travail du projet.

  1. Le choix et la fonction des outils numériques dans la pratique enseignante

Les analyses conduites permettent de distinguer 3 pistes de résultats concernant les outils.
D’une part, elles permettent de donner à voir les modalités relationnelles et interactionnelles que les enseignants-chercheurs mettent en place avec les étudiants lorsqu’ils choisissent d’utiliser des outils numériques, en particulier la messagerie électronique, les forums et plus largement les LMS. Elles permettent d’interroger en quoi l’usage énoncé des TIC s’articule ou pas avec l’émergence de nouvelles formes de relations entre enseignants-chercheurs et étudiants.

D’autre part, elles conduisent à inférer la construction cognitive d’un écosystème numérique et collaboratif. Par écosystème, nous entendons la manière dont chaque enseignant-chercheur articule des entités (étudiants et collègues) et un environnement technique et institutionnel, adaptant et faisant évoluer ses pratiques pédagogiques et communicationnelles en fonction du contexte. A travers les indices linguistiques, il est en effet possible de faire émerger les contraintes (institutionnelles, organisationnelles, sociales, culturelles…), tout autant que les postures individuelles tant vis à vis des entités que de l’environnement.

Enfin, elles conduisent à interroger les « croyances » des enseignants-chercheurs. En effet, les usages numériques se construisent empiriquement dans leur contexte professionnel en lien avec leurs pratiques personnelles le cas échéant. L’apprentissage sur le tas par erreurs et tâtonnements, le recours aux collègues estimés plus expérimentés, la fréquentation de formations ponctuelles offertes par les universités, les expérimentations, les initiatives spontanées sont des éléments qui émergent des entretiens menés. Se pose la question des fondements de ces savoirs et savoirs-faire acquis au fil du temps et de la pratique, et de leur articulation à la pratique d’enseignement.

Les travaux récents sur l’épistémologie personnelle (teachers’ beliefs) donnent des pistes pour essayer de percevoir l’organisation des savoirs acquis en la matière et leur usage. En effet, les connaissances reposent sur un accord intersubjectif fondé sur un ensemble de preuves valides pour un phénomène donné, ce qui fait consensus dans une discipline donnée. Mais ce type de connaissances est plus difficile à établir dans des domaines comme l’enseignement, l’apprentissage, la pédagogie, l’évaluation, les usages du numérique qui renvoient plutôt à des suppositions ou des idéologies imprégnées des expériences collectives ou personnelles des enseignants. Connaissances et croyances se mêlent pour former le substrat sur lequel va s’ancrer la pensée et les actions des enseignants ; elles sont encapsulées comme le décrit Calderhead (1996).

2. La nature et la sélection des savoirs en lien avec l’usage des outils numériques
Les analyses conduites permettent de distinguer 3 pistes de résultats.

Tout d’abord, concernant les enseignements dispensés les enseignants-chercheurs, deux types d’enseignements sont décrits : ceux correspondant à une transmission de connaissances et de savoirs disciplinaires sur un sujet précis, et ceux correspondant à une transmission de savoirs procéduraux et méthodologiques liés à des savoirs disciplinaires. Selon la nature ces savoirs, 3 conceptions peuvent être inférées :

  • conceptions des savoirs liés à la transmission des connaissances disciplinaires,
  • conceptions des savoirs liés à des pratiques sociales de référence,
  • conceptions personnalisées des savoirs enseignés par l’enseignant-chercheur en fonction de sa conception de la recherche, et en fonction de sa conception de l’enseignement

Dans ces rapports aux savoirs, le numérique semble constituer une facilitation dans l’accès aux ressources, dans la diversité des ressources ainsi que pour la médiatisation des cours.

Ensuite, les analyses montrent que le cadre institutionnel peut être considéré comme « commun » à toutes les situations et que quatre dimensions sont récurrentes : la nature statutaire des cours, l’organisation des diplômes en « LMD », le rôle du collectif enseignant et le rôle de l’offre en outils numériques.

Enfin, du lien entre savoirs et usages du numérique, les éléments récurrents relèvent de quatre dimensions : une dimension ergonomique (par la valorisation des savoirs), une dimension fonctionnelle (notamment avec l’usage du courrier électronique), une dimension de gestion du temps, une dimension relative aux modalités d’accès.

3. Les représentations des enseignants sur la relation avec les étudiants et leurs pratiques d’apprentissage
En explorant la manière dont les enseignants-chercheurs se représentent leurs relations avec les étudiants, trois axes de résultats semblent se dégager.

D’une part, un axe relatif à ce qui se joue dans les interactions (du point de vue des enseignants) sur le registre affectif. En effet, un nombre important de recherches sociologiques sur l’université, publiées entre 1975 et 2000, mettent en évidence les effets de la massification sur son environnement social et humain (Coulon, 1997 ; Dubet, 1994 ; Erlich, 1998 ; Lapeyronnie & Marie, 1992), provoquant « une rupture sociale et culturelle entre les universités et les étudiants » (Fave-Bonnet, 2003, p. 34). L’université est, depuis cette période, marquée par la surcharge, la dégradation et la distanciation du contexte relationnel. Les analyses conduites dans le cadre de cette étude interrogent la manière dont des enseignant/es-chercheur/es parlent des étudiants lorsqu’ils discourent sur leurs pratiques d’enseignement. En effet, ces enseignants-chercheurs, lorsqu’ils parlent de leurs pratiques d’enseignement, évoquent également les pratiques d’apprentissages des étudiants et les propos des étudiants ; et, laissent des « traces » multiples de leur vécu subjectif et affectif et de leur représentation des expressions de certaines formes d’affectivité dans leur relation avec les apprenants.

D’autre part, un questionnement relatif à la médiation technologique et à la dimension de collaboration avec les pairs et ses influences potentielles sur les pratiques d’apprentissage des apprenants. En effet, on pourrait penser que les outils numériques, en particulier les plateformes de partage et de travail collaboratif, dédiée ou non au monde de l’éducation, pourraient contribuer à renforcer les pratiques collaboratives. Pour autant, rien ne permet d’être catégorique à ce sujet et c’est ce que relèvent plusieurs enseignants-chercheurs interrogés notamment sur ce sujet. Cela conduit à s’interroger sur les pratiques de sociabilité numérique des étudiants et sur la façon dont les enseignant-chercheurs pensent que ces relations, qui font l’objet d’une médiation technologique, peuvent ou non avoir une influence sur les pratiques d’apprentissage de l’étudiant.

Enfin, un axe sur l’usage du numérique comme opportunité de questionnement pédagogique pour les enseignants-chercheurs, notamment sur les espaces-temps de l’acte d’apprendre et d’enseigner. En effet, l’usage du numérique conduit les enseignants-chercheurs à reconsidérer les « espaces-temps » de l’acte d’apprendre et d’enseigner. Si ces questions ne sont pas nouvelles dans le champ de la pédagogie ou de l’andragogie (Maubant, 2004 ; Lenoir, 2006), elles prennent, dans ce contexte d’apprentissage une signification singulière en ce que les objets d’apprentissage sont liés à des savoirs en cours de construction (c’est-à-dire issus d’activités de recherche). C’est d’ailleurs, cette particularité qui conduit à montrer que ces questionnements sur ces espaces-temps sont indissociables d’un questionnement sur les identités socioprofessionnelles (Dubar, 1991) des enseignants-chercheurs. En effet, comment, en tant qu’enseignant-chercheur articuler espace-temps de recherche et  espace-temps pédagogique quand ces temps pédagogiques ne sont plus délimités par les temps de cours et peuvent pénétrés les temps de la recherche via les mails, l’animation de forum… ? Quelles sont les différentes négociations identitaires (Demazières, 2008) et dynamiques identitaires (2001) engendrées par cette coexistence (voire confrontation) des espaces-temps pour les enseignants-chercheurs ?

4. La nature du changement dans les pratiques enseignantes avec les outils numériques
En étudiant la manière dont les enseignants-chercheurs interrogés expriment d’éventuels changements dans leurs pratiques enseignants liés à leur usage des outils numériques, 4 pistes de résultats semblent émerger.

Tout d’abord, un certain nombre de changements explicites sont exprimés sur les principaux apports des outils numériques (de type : plateformes d’enseignement en ligne, documentation numérique, outils de présentation…) dans les pratiques pédagogiques :  le numérique facilite l’accès aux ressources pour les étudiants (qui n’ont ainsi plus d’obstacle matériel à l’étude du savoir), garantissant une qualité des ressources en ligne identique pour tous et l’accès à des ressources documentarisées (Zacklad, 2004). Les outils numériques facilitent aussi la diversité des ressources proposées par les enseignants, malgré un classement parfois complexe (logique de catalogue et d’empilement). Enfin, une grande variabilité des modalités de médiatisation numérique est observée chez les enseignants-chercheurs en SHS, par exemple dans l’usage des supports de cours (diaporamas) : aide-mémoire pour certains, document pour d’autres, diffusé avant, pendant ou après le cours présentiel selon les cas.

Ensuite, certains changements sont repérables mais de façon davantage implicite (comme un allant de soi) dans le discours tenu par les enseignants-chercheurs interrogés. Ils concernent en particulier la compétence numérique des étudiants, perçue comme évidente (digital natives), sauf pour la recherche d’information ou pour certaines tâches spécifiques aux enseignements universitaires. Les étudiants sont considérés comme appartenant à une génération de l’écran et du multitâche, et parfois dans une optique d’enregistrement qui passe par la capture photo des supports de cours projetés par l’enseignant.

Enfin, plusieurs non-changements ont également été repérés dans l’usage des outils numériques : la logique de passage d’un outil à l’autre (substitution, voire empilement qui créé des doublons : photocopies et envoi par messagerie par exemple), le rapport aux pairs où le numérique demeure peu discuté, entraînant des écarts importants dans les usages au sein des équipes pédagogiques. Plusieurs impensés semblent également exister, en particulier sur la vision parcellaire des activités d’apprentissage des étudiants avec le numérique : quels usages des réseaux sociaux en cours ? quelle exploitation des ressources mises en ligne par leurs enseignants ?

Une grande hétérogénéité demeure ainsi dans les pratiques décrites par les enseignants-chercheurs interrogés : comment les étudiants s’y retrouvent-ils ? Pour autant, ils révèlent un regard réflexif sur l’usage du numérique comme outil auquel il faut donner du sens, et évoquent, pour certains, une intensification du changement qui dépendra d’une généralisation des pratiques dans la communauté universitaire.

Perspectives

Trois types de valorisation des résultats sont envisagés pour la suite du projet :

  • communications dans des colloques ou congrès en lien avec la pédagogie universitaire : 2 projets symposiums ont été déposés pour le congrès AREF (Mons, Juillet 2016), 1 projet de communication envisagé pour le séminaire PARE/AIPU (Poitiers, Mai 2016).
  • projet d’ouvrage collectif pour fin 2016. Titre provisoire : « Enseigner à l’université avec le numérique : savoirs, ressources, médiations », incluant plusieurs chapitres des 4 groupes de travail du projet SumTec, ainsi que des auteurs invités. Editeur pressenti : De Boeck (fin 2016), collections « Perspectives en éducation et formation » ou « Pédagogie en développement ».
  • projets d’articles à soumettre courant 2016 et 2017 à différentes revues scientifiques en sciences de l’éducation et sciences de l’information et de la communication.

Indicateurs
Nombre d’équipes impliquées (en distinguant lorraines, françaises et internationales)
Équipes lorraines : CREM (EA 3476), LISEC (EA 2310)
Équipe française : CIREL-Théodile (EA 1764)

Nombre de chercheurs ETP impliqués : 13 (1 en sciences du langage, 6 en sciences de l’information et de la communication et 6 en sciences de l’éducation)

Nombre de doctorants engagés dans le projet, thèses soutenues : 1 post-doc en sciences de l’information et de la communication (1 an : septembre 2014 à août 2015)

Communications dans des colloques :

Symposium « Enseigner avec les outils numériques dans l’enseignement supérieur, quels changements dans les pratiques et dans les relations avec les étudiants ? », colloque « Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner ». Lyon 8-10 janvier 2015 avec D. Baltazart, N. Lavielle-Gutnik et L. Massou

Séminaire « Transformations du métier “recherche & enseignement” à l’ère numérique » du réseau NUMER-UNIV. Paris 13 novembre 2013 avec MJ. Barbot, N. Lavielle-Gutnik, L. Massou, MJ. Gremmo et N. Poteaux.

Publications significatives
Direction d’un numéro complet sur « TIC et fonction enseignante à l’université : questions pour la recherche », revue Distances et Médiations des Savoirs (n°4, 2013) : 1 éditorial, 5 articles et 1 bibliographie sélective de membres du projet (MJ. Gremmo, L. Massou, N. Poteaux, D. Baltazart, N. Lavielle-Gutnik, G. Espinosa, S. Paivandi, B. Simonnot), 1 article et 2 entretiens de chercheurs invités (J. Valluy, B. Albero, N. Selwyn).

Séminaires, journées d’études et colloques organisés dans le cadre du projet
Organisation de la Journée d’étude « Savoirs universitaires et pratiques numériques ». Nancy 14 novembre 2014, MSH Lorraine : 4 communications de membres du projet (C. Deronne, C. Kellner, M. Chagnoux, P. Humbert, G. Espinosa, B. Simonnot, L. Massou), 1 chercheur invité (Sophie Pène, Université Paris Descartes), 45 participants.

Retombées en termes d’internationalisation
– Participation au Congrès AIPU : « Pédagogie universitaire : entre enseignement et recherche », 18 au 22 mai 2014, Université de Mons, Belgique.
– Participation à la 1ère Conférence de consensus « Réussite et échec dans l’enseignement supérieur. Quels éclairages de la recherche ? », 16 et 17 décembre 2015, MENESR, Paris.

Recours à des équipements mutualisés ou spécifiques
Hébergement des vidéos tournées pour les 4 observations longitudinales de pratiques d’enseignement universitaire sur la plateforme de stockage en ligne du TGIR Huma-Num.


1 réflexion sur « Savoirs universitaires, médiatisation technologique et pratiques des acteurs »

  1. Merci pour ce partage. Nous avons hâte à l’université de Rouen de pouvoir travailler vous. Dans le cadre du campus numérique FORSE nous ravaillons sur les mêmes objets que vous..
    Au plaisir
    Béatrice Savarieau

Répondre à Savarieau Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.