CORPus Émergence de la Communication chez l’enfant et stratégies d’étayage de l’adulte

Bilan du projet CORPECS
CORPus Émergence de la Communication chez l’enfant et Stratégies d’étayage de l’adulte : apports et limites des systèmes de communication augmentative chez des enfants avec troubles du langage.
Ce projet1 a pour objectif de recueillir et diffuser des données numérisées d’enregistrements vidéo en situation écologique, dans le cadre de prises en charge individuelles et collectives d’enfants avec troubles du langage. Il s’inscrit dans une approche développementale et interactionniste de l’émergence de la communication chez des enfants exposés à des outils de communication augmentée.
par Caroline Masson (ATILF & MSH Lorraine)

Objectifs et enjeux du projet
La pré-opération CORPECS avait pour objectif de constituer, annoter et diffuser des données recueillies dans le cadre de situations d’utilisation de systèmes de communication augmentée chez des enfants présentant des troubles du langage et/ou de la communication. Ces systèmes sont en effet proposés par les professionnels dans le but de favoriser les échanges et la socialisation des sujets en facilitant l’expression et la compréhension du langage grâce à l’utilisation simultanée de plusieurs modalités (vocale, visuelle et/ou gestuelle).

Deux points nous étaient apparus porteurs :
1) La plupart des études menées jusqu’à présent sur le sujet ont été réalisées dans des cadres expérimentaux (mise en place de sessions d’entraînement sur quelques semaines), en tenant compte des effets à court terme. La question des échanges entre les partenaires lors des séances n’est jamais explorée qualitativement, pas plus que celle des procédés et modalités mis en place par l’adulte pour créer des conditions favorables à l’appropriation du langage par l’enfant.

2) A l’heure actuelle, les données recueillies par les chercheurs travaillant sur les questions d’acquisition atypique du langage sont peu nombreuses et très rarement accessibles à l’ensemble de la communauté scientifique. Même CHILDES, base de données internationale de référence pour le langage des enfants, ne rend pas toujours accessible les enregistrements audio et vidéo des transcriptions mises en ligne. Une base de données contenant des transcriptions alignées (à l’instar des projets TCOF ou CoLaJE) pourrait contribuer aux recherches sur la mise en place du langage dans un cadre pathologique en proposant aux chercheurs, étudiants et professionnels de travailler sur des données naturelles, recueillies dans un cadre scientifique et totalement annotées.

Avec ce projet, nous souhaitions participer à la recherche sur l’acquisition et les pathologies du langage de plusieurs façons :

  • Du point de vue de la valorisation scientifique, pour contribuer à la mutualisation des données et à la collaboration entre chercheurs spécialistes de l’acquisition et des pathologies du langage ;
  • Du point de vue des ressources pédagogiques, pour offrir la possibilité d’utiliser les enregistrements recueillis comme supports de formation pour les étudiants en sciences du langage, les futurs orthophonistes et professionnels de l’éducation ;
  • Du point de vue clinique, pour permettre aux équipes éducatives et soignantes de mieux appréhender les apports et limites de ces outils et ainsi créer les conditions les plus favorables possibles à leur utilisation.

Devenir des questions de départ
La question centrale de ce travail est de déterminer le(s) bénéfice(s) des enfants exposés à ces systèmes sur le plan de la communication et du langage en se concentrant sur les stratégies d’étayage de l’adulte. Cette problématique ne pouvait être explorée qu’au travers d’un recueil suffisamment large de données, ce qui a pu être fait grâce au soutien financier de la MSH Lorraine. Elle reste donc pertinente à l’issue de ce projet.

Concernant l’objectif de collecte et de mise à disposition des enregistrements et des transcriptions, nous avons augmenté la taille de notre corpus initial (en nombre d’heures et en variété de situations) et avancé considérablement dans l’annotation des données ce qui devrait nous permettre de commencer prochainement leur diffusion. Parallèlement à cela, nous avons présenté nos premiers résultats dans deux colloques et soumis trois propositions pour l’année 2016.

Méthodologie et calendrier réels
Nous avions prévu de mener, à intervalles réguliers, des enregistrements vidéo de 8 enfants âgés de 3 à 10 ans présentant des troubles affectant le développement langagier (troubles du spectre autistique, trisomie 21, retard global de développement), en situation écologique (sans intervention de l’observateur ni contraintes de durée et de cadre), annotés avec l’aide des logiciels CLAN et ELAN puis déposés sur la base de données créée. Les temps observés devaient être des temps d’interactions en séances (situations individuelles, avec l’orthophoniste) et des temps d’interactions dans le cadre du groupe « classe » (situations collectives, avec les équipes éducatives, au cours d’activités ritualisées comme le goûter ou l’accueil).

Nous avons réalisé en grande partie les transcriptions des vidéos de 4 enfants (voir la partie « résultats et perspectives »). La personne en charge des transcriptions poursuit actuellement son travail pendant que les chercheurs procèdent à leurs vérifications.

Le calendrier s’est déroulé de la façon suivante :
Jusqu’à juillet 2015 : Recueil de données
Septembre 2015 : Formation à Lille de Jeanne-Marie MOISSON et Caroline MASSON à l’outil ELAN par Stéphanie CAET
Août-décembre 2015 : Transcriptions CLAN de données du corpus 1 et du corpus
Vérification des transcriptions
Décembre 2015 : Reprise des enregistrements en situation
Nous avons subi des modifications de calendrier en raison d’une reprise fortement retardée des enregistrements. Si l’envie de poursuivre le travail amorcé ne faisait aucun doute dans la structure, la direction et les personnels ont eu à gérer des urgences qui ont entrainé une suspension de nos échanges pendant quelques mois et donc entravé la reprise des enregistrements. Le compte-rendu aux équipes, prévu initialement en décembre 2015, a aussi dû être décalé au mois de février 2016.

Rôle des partenaires et des chercheurs
Caroline MASSON : porteuse du projet, recueil des données, coordination terrain/recherche, vérification des transcriptions

Emmanuelle CANUT : éclairage scientifique, expertise dans la constitution et l’informatisation de corpus oraux, traitement des résultats

Stéphanie CAET : expertise dans la diffusion de corpus en acquisition du langage (vocal et signé), formation au programme ELAN

Jeanne-Marie MOISSON : réalisation des enregistrements vidéo, transcription et traitement des données recueillies

Liens avec la formation
Si le projet s’adresse à l’ensemble de la communauté scientifique qui travaille en psycholinguistique, notre ambition est de permettre aux étudiants inscrits dans des filières de sciences du langage, d’orthophonie, de métiers de l’enseignement (spécialisé ou non) et de l’éducation d’accéder aux corpus pour favoriser son exploitation et poursuivre son développement, notamment par le biais de mémoires de master en linguistique et d’orthophonie.

En plus de Jeanne-Marie MOISSON, doctorante, une élève orthophoniste et une étudiante en Sciences du Langage travaillent sur une partie des données.

Résultats et perspectives
Concernant de la taille de notre échantillon, nos résultats montrent une augmentation au niveau du recueil de données enregistrées et du nombre de transcriptions effectuées. Ainsi, pour le 1er corpus de 3h48 (constitué avant le projet CORPECS) pour lequel 1h35 avaient déjà été transcrites, nous sommes passées à 2h34.
Pour le 2ème corpus, qui se compose d’enregistrements de 4 enfants (deux en situation individuelle et collective complétés par deux autres enfants en situation collective), le descriptif se trouve dans le tableau ci-dessous.

 ————————————— Situation individuelle Situation collective
 Données recueillies  3h39 2h54
 Données transcrites 1h16 1h59
 Total  9h08

Sur les données transcrites, une partie des analyses ont été menées, à savoir :
– la longueur moyenne des énoncés (LME) sur les enfants de façon longitudinale ;
– la quantité d’éléments non verbaux auxquels ont recours les enfants (pointages, gestes, mimiques, etc.)
– le traitement qualitatif des interactions (contextes de production, types de reprises et de reformulations, étayage de l’adulte face aux essais de l’enfant, etc.).

La suite du projet, qui a reçu un financement de l’ATILF pour l’année 2016, consistera à poursuivre le recueil des données, le travail de transcriptions et leur vérification en vue d’une mise à disposition avant la fin de l’année.

Indicateurs
Nombre de chercheurs ETP impliqués : trois chercheurs (2 MCF et 1 PR)
Nombre de doctorants engagés dans le projet, thèses soutenues : 1 doctorant (2ème année).

Communications dans des colloques :
Deux communications affichées (poster) dans des colloques nationaux et internationaux

– Masson, C. & Moisson, J.M. (2015). Effets d’un système de communication augmentée sur le développement langagier: étude de cas d’un enfant présentant un retard de langage. 6ème Journée de Phonétique Clinique. Montpellier, 29 juin-1er juillet 2015.

– Masson, C., Canut, E. & Leroy-Collombel, M. (2015). Différences, difficultés, retards, troubles langagiers : Quelles modalités d’interactions éducatives pour déplacer les frontières ?. Colloque ATYLANG : Atypies langagières : mais de quoi parle-t-on vraiment ? Nanterre, 27-28 novembre 2015.

Trois communications en soumission dans des colloques nationaux et internationaux

– Moisson, J.M., Canut, E. & Masson, C. (soumis). Apports de la multimodalité en contexte rééducatif. Colloque international « Observer pour Former ». Nantes, 8-9-10 juin 2016.

– Moisson, J.M. (soumis). Evolution of gesture in a child with language delay in AAC : a case study. Colloque international ISGS7. Paris, 18-22 juillet 2016.

– Canut, E., Masson, C., Leroy-Collombel, M. & Bocéréan, C. (soumis). Rôle des interactions dans la mise en œuvre d’une intercompréhension entre adulte et enfant atteint de déficience intellectuelle et effets sur le développement du langage. Congrès Mondial de Linguistique Française. Tours, 4-8 juillet 2016.

Notes de bas de page

  1. Cette pré-opération de recherche sera suivie d’un projet interne à l’ATILF pour l’année 2016. Nous préparons également une demande pour l’appel à projets Région 2016. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.