Archéologie d’un site Monastique à un carrefour Européen : La fouille du site de l’ancienne abbaye Saint-Vanne (la Citadelle-Haute, Verdun)

Bilan du projet AME
Ce projet est relatif à la fouille archéologique du site péri-urbain de hauteur qu’occupe l’ancienne abbaye Saint-Vanne de Verdun, fondée peu avant l’an Mil sur un site déjà occupé. Cette étude vise à comprendre, par l’analyse et le croisement des sources (archéologiques, écrites et  iconographiques), l’histoire du monastère dans son contexte et son milieu et d’éclairer le cadre de vie, l’environnement culturel et économique dans lesquels vivent les moines. La fouille – chantier-école pour les étudiants de l’université de Lorraine – vise à former ceux-ci à l’analyse stratigraphique, à l’étude du mobilier archéologique et aux techniques de laboratoire.
par Valérie Serdon-Provost (Maître de conférences en histoire et archéologie médiévales, CRULH & MSH Lorraine)

Ce projet a été élaboré en fonction des orientations générales de la recherche1 mais aussi des exigences du terrain et des contraintes du site2.

Les problématiques définies, touchant à la morphogenèse des villes et à l’archéologie monastique, sont particulièrement novatrices pour la région Lorraine. En effet, même si l’on doit souligner un regain d’intérêt pour l’étude des origines monastiques et leur rôle dans la christianisation des villes, les travaux des historiens européens font apparaître l’absence quasi totale de vestiges de bâtiments monastiques antérieurs à l’an Mil ; cet état de fait est particulièrement sensible en Lorraine où peu de monastères ont fait l’objet de recherches archéologiques3 , contrairement aux châteaux mieux documentés grâce aux travaux menés à l’instigation de Michel Bur et de son équipe notamment4 .

L’originalité de la démarche vise à inscrire cette initiative dans une perspective diachronique et pluridisciplinaire puisqu’elle suscite la participation active d’autres acteurs des champs de la recherche des études médiévales et anciennes5) .

D’autre part, le projet favorise l’ancrage régional des chercheurs en archéologie, sans les fermer pour autant  à une ouverture internationale, en particulier à l’échelle de la Grande Région6. Ce projet de recherche — dans un secteur de l’espace urbanisé ancien particulièrement prometteur —  se double d’un enjeu pédagogique et de formation pratique des étudiants en niveau licence et master. Il constitue, à ce titre, le chantier-école de l’université de Lorraine depuis 2012, incluant une convention avec l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) qui devrait faciliter leur insertion dans le monde professionnel. La dimension patrimoniale n’est pas absente puisque ce projet s’inscrit dans la mise en valeur du site et de la rénovation du musée de la Princerie7 par la Communauté de Communes de Verdun.

La fouille s’est donné pour mission d’enrichir la connaissance de l’église abbatiale, des bâtiments conventuels, de l’enceinte monastique et du cimetière mais aussi celle du bourg abbatial. À terme, cela devrait permettre de réévaluer la topographie historique de la ville8 . En particulier, quatre objectifs ont été clairement définis :

–     Préciser l’emprise du dernier état de l’abbatiale (apparaissant sur les plans du Génie vers 1830) et la situer par rapport aux bâtiments modernes (notamment le grand bâtiment de troupe Beaurepaire daté de 1834 risquant d’avoir entamé le chevet)

–     Dresser un premier bilan de l’état de conservation des substructures architecturales

–     Dater de façon objective les étapes de construction du bâtiment dégagé puisque les documents iconographiques font apparaître des éléments romans et gothiques. Mettre au jour d’éventuelles constructions plus anciennes relatives aux édifices de culte qui auraient précédé l’implantation de l’abbaye, un peu avant l’an Mil.

–     Confirmer — comme le suggèrent les premiers sondages et les « fouilles » anciennes — que le bâtiment s’intègre dans un espace occupé plus vaste, laïc, et étudier les relations qu’il entretient avec les constructions antérieures mais aussi la position et l’orientation de sépultures associées (dont la présence a été établie par F. Gama).

Au-delà des questions de chronologie et d’organisation de cette zone péri-urbaine, l’enquête porte sur la fonction des différents espaces et la circulation des biens, des personnes, des idées en matière architecturale et religieuse. Au cœur des problématiques scientifiques, les notions d’emprise sur l’espace, d’échanges se révèlent tout aussi importantes que celles de territoire et de frontière. Selon la problématique adoptée, chacune de ces recherches devrait aboutir à une meilleure connaissance de l’abbaye mais aussi de son rayonnement en Lorraine et ses liens avec d’autres abbayes importantes. Elles devraient conduire à reconsidérer le passé prestigieux de la ville de Verdun.

2. 2. Sources mobilisées

En priorité, il s’agit de rassembler et d’interpréter de nouvelles sources archéologiques pour renouveler la compréhension de cette abbaye et de ce quartier de la ville haute de Verdun. En effet, puisqu’aucun vestige de cet ensemble architectural construit durant l’Antiquité tardive, le Moyen Âge et l’Époque moderne ne subsiste (mise à part la tour nord du massif occidental de l’abbatiale romane), la compréhension de l’accomplissement technique et artistique de cette époque passe donc par l’étude du sous-sol ; les sondages archéologiques se doublent d’une étude du bâti des quelques vestiges qui subsistent encore en élévation. L’objectif poursuivi est de tirer parti de toutes les ressources informatives en fonction de questions de différentes natures : chronologique, fonctionnelle et topographique essentiellement.

D’autre part, cette recherche s’attache à la relecture critique des sources écrites (sources narratives publiées), au recensement et à l’étude des sources iconographiques qui se caractérisent par leur grande dispersion9 et à la coordination des recherches sur le temporel et le scriptorium de l’abbaye.

3. Résultats

Les deux premières campagnes de fouilles se sont déroulées durant les mois de juillet 2012 et 2013 avec une équipe d’une trentaine de personnes dont plusieurs chercheurs encadrants (université, CNRS, INRAP). Les bilans de deux années de recherche ont été déposés au Service régional de l’Archéologie pour justifier les choix scientifiques et les dépenses déjà engagées10

Comme prévu — et pour respecter les objectifs initiaux — la première campagne s’est concentrée sur la zone de l’ancienne église abbatiale et de ses abords (le long du mur gouttereau côté sud et au niveau de l’emplacement présumé du chevet). Un autre sondage extensif a concerné l’extension de la nécropole, au sud. Cette surface, dégagée en partie à la pelle mécanique, a représenté 1500 m² environ. La seconde campagne s’est particulièrement attachée à préciser la chronologie d’occupation sur une partie des secteurs 1 et 2 (Fig. 1).

Malgré la présence de nombreux réseaux d’adduction d’eau modernes, d’une tranchée de la Première Guerre mondiale et d’une carrière, qui laissait présager de vastes destructions, des acquis notables sont pourtant à mettre au crédit de l’équipe : parmi ceux-ci, on peut souligner l’occupation du haut Moyen Âge confirmée dans une zone proche de ce qui allait devenir l’église abbatiale au cours du bas Moyen Âge. L’aspect le plus remarquable est la découverte de mobilier bien daté dans quelques sépultures privilégiées mérovingiennes qui n’avaient pas été pillées ou seulement en partie. Ces éléments nous permettent de dater les tombes entre 480 et 520 (période MA 1)11 . La chronologie d’extension de la nécropole a été précisée en 2013, de même que ses liens avec un lieu de culte contemporain présumé. Une sépulture en coffre a été fouillée et le début de ce que l’on croyait être une structure hypogée en 2012 qui s’est révélé être effectivement un bâtiment semi-enterré orienté est-ouest d’environ huit mètres de largeur, à l’origine couvert d’enduit peint et vitré avec une entrée aménagée à l’ouest entre deux bases de colonne ; elle pourrait être une chapelle funéraire réutilisée en ossuaire (Fig. 2). Un surcreusement explique que les niveaux supérieurs d’occupation aient disparu dans ce secteur, notamment le niveau de sol de la nef et le mur gouttereau sud de l’église abbatiale encore en élévation au début du XIXe siècle et que les niveaux mérovingiens affleurent.

Fig. 2 Vue des ossements tapissant le fond de l’ossuaire dans la structure semi-enterrée

Fig. 2 Vue des ossements tapissant le fond de l’ossuaire dans la structure semi-enterrée

La chronologie des étapes de construction du bâtiment religieux a pu être précisée dans sa partie orientale. Le massif maçonné hémicirculaire, construit en partie avec des éléments gothiques en réemploi, est identifié comme étant le chevet de l’abbatiale daté de la seconde moitié du XVe siècle (son relevé topographique correspond d’ailleurs parfaitement avec celui réalisé au XIXe siècle par le Génie, Fig. 1 et 3). Dans un niveau chronologiquement antérieur – qui a conduit en partie au démontage de ce massif –, des négatifs de piliers, associés à un sol en mortier de tuileau, ont été découverts. Ils sont interprétés comme étant les supports d’une crypte12 . Au-delà des seuls indices stratigraphiques, cette recherche s’appuie sur l’inventaire systématique des éléments architecturaux (fragments de nervures, de colonnettes, de remplages, de décors sculptés).

Fig. 3 — Vue de la maçonnerie du chevet en cours de fouille

Fig. 3 — Vue de la maçonnerie du chevet en cours de fouille

La fouille a révélé une densité assez importante de sépultures à inhumation, à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments de culte. Les tombes ont souvent fait l’objet remaniements, volontaires ou non, et la conservation osseuse est plus que souvent médiocre. Cependant, les observations et les données métriques collectées lors de la fouille nous permettent de restituer une partie des gestes funéraires et de dresser une première carte d’identité biologique des défunts, l’étude étant toujours en cours.

Au-delà des questions de chronologie et d’organisation des espaces d’inhumation et de leur rapport avec un éventuel lieu de culte, cette enquête a permis de préciser les référentiels typologiques en matière de mobilier, notamment céramique, et d’intégrer des données anthropologiques dans les bases de données régionales. Des observations ont été menées sur la gestion topographique du cimetière en fonction de l’âge au décès et du sexe, l’état sanitaire des populations ou les pathologies. Une réflexion sera d’autre part menée sur la réorganisation des lieux dévolus aux morts, en particulier le passage de l’inhumation ad sanctos, près des corps saints, au lieu imposé comme le cimetière paroissial Saint-Rémi, proche, mais qui reste à localiser.

À partir de la documentation rassemblée et traitée, l’étude du mobilier archéologique contribue à combler les lacunes d’ordre typo-chronologique pour la région Lorraine, notamment de mobilier céramique découvert dans un contexte monastique. Ce référentiel autorise ainsi des comparaisons à l’échelle de la Grande Région et permet d’estimer la proportion des objets importés par rapport à ceux produits localement. D’autre part, l’étude des vestiges architecturaux, des éléments sculptés, des fragments de vitraux mettent en lumière la circulation des formes et des ateliers : ceux-ci étaient relativement ouverts aux influences extérieures, notamment sous l’abbatiat de commanditaires puissants qui recherchent des équipes expérimentées et qualifiées. D’éventuelles particularités stylistiques pourraient rattacher les différents édifices découverts à l’architecture rhénane ou mosane. La première étape de ce travail, qui consiste à poser des jalons utiles en matière d’histoire de l’Art dans cette région de confluence, a débouché sur la comparaison avec d’autres bâtiments religieux encore en élévation ou ayant fait l’objet de fouilles archéologiques dans une zone correspondant à l’ancienne province ecclésiastique de Trèves.

4. Indicateurs

Communications avec actes dans un congrès international
« L’abbaye Saint-Vanne de Verdun sous l’abbatiat de Richard : les sources à la lumière des découvertes archéologiques récentes », L’architecture monumentale de  l’époque ottonienne en Lotharingie, 24-26 novembre 2015,  Université de Liège, à paraître 2016.

Articles
« Les fouilles sur le site de l’abbaye Saint-Vanne (Citadelle haute, Verdun) » (avec A. Lefebvre, L. Vermard), dans Journées de Rencontres et d’informations archéologiques, Verdun (13 octobre 2013), ADRAL, 2014.

« Architectural design and the cult of holy relics in Saint-Vanne abbey (Verdun) », Papers of the international conference “Monastic life, art and technology in 11th – 16 th centuries”, Alba Iulia (Roumania), 16th-18th October 2014 (à paraître 2016).

Rapports de fouilles
– En collaboration, Rapport de la fouille programmée, site de l’abbaye Saint-Vanne, la citadelle haute (Verdun, Meuse), première campagne, Metz, Service Régional de l’Archéologie, DRAC Lorraine, 71 p.

– En collaboration, Rapport de la fouille programmée, site de l’abbaye Saint-Vanne, la citadelle haute (Verdun, Meuse), seconde campagne, Metz, Service Régional de l’Archéologie, DRAC Lorraine, 2013, 150 p.

– En collaboration, Rapport de la fouille programmée, site de l’abbaye Saint-Vanne, la citadelle haute (Verdun, Meuse), seconde campagne, Metz, Service Régional de l’Archéologie, DRAC Lorraine, 2014, 220 p.

Chroniques
– Chronique de fouille, Saint-Vanne (Verdun) campagne 2012, Archéologie Médiévale, 43, 2013, p. 303.
– Chronique de fouille, Saint-Vanne (Verdun) campagne 2013, Archéologie Médiévale, 44, 2014, p. 248.

Expositions prévues
– Austrasie, musée de Saint-Dizier, 2016.

Notes de bas de page

  1. Il relève de plusieurs problématiques actuelles différentes, développées à la fois par l’INRAP (axe L’espace urbain et ses composantes), l’équipe d’accueil CRULH Nancy-Metz (axes Histoire religieuse et Dynamiques culturelles et constructions sociales) et la MSH Lorraine (Projet AME : Archéologie d’un site Monastique à un carrefour Européen, axe 1 : Frontières, territoires, échanges). []
  2. Occupé par l’Armée durant des siècles, le terrain est retombé dans le domaine public en 2009. []
  3. Voir en particulier Bonde, Maines, 1988 et 2004. En revanche, le contexte religieux relatif aux abbayes est mieux connu grâce aux travaux de Michel Parisse, Jean-Pol Évrard et Michèle Gaillard en particulier. []
  4. Voir Le château d’Épinal, XIIIe-XVIIe siècle, CTHS, 2002. []
  5. Archéologues, historiens de l’art et historiens relevant de deux centres de recherches lorrains, en particulier : le CRULH (Centre Universitaire Lorrain d’Histoire) et l’HISCANT-MA (Histoire et Cultures des Antiquités Grecques et Romaines-Moyen Âge) et des chercheurs français et belges relevant d’autre disciplines (pétrographie, anthropologie physique, laboratoire de datation 14C, paléozoologie, paléobotanique, pédologie… []
  6. Une collaboration avec l’Université Libre de Bruxelles est en cours (A. Dierkens et L. A. Finoulst). []
  7. Le mobilier découvert a intégré les collections du musée. Après une restauration muséographique, une exposition sera organisée après le centenaire de la Grande Guerre, à destination du Grand Public. []
  8. Voir Gama 1999. []
  9. Plans anciens, gravures, photographies du XIXe siècle, relevés effectués par le génie avant destruction, aujourd’hui conservés au Service Historique de l’armée de Terre (Vincennes), à la BnF, aux Archives de la Meuse et à la bibliothèque d’étude de Verdun. []
  10. Le projet a été soutenu financièrement en 2014 par la MSH, le Ministère de la Culture et de la Communication (Service Régional de l’Archéologie), le Conseil Général de la Meuse, l’Université de Lorraine et mon laboratoire de recherche (CRULH) , l’INRAP. D’autre part, la CODECOM de Verdun a offert un soutien logistique très précieux. []
  11. Voir l’étude de Jacques Guillaume dans Serdon et al . 2012. []
  12. Peut-être du XIe siècle d’après François Héber-Suffrin, maître de conférences honoraire en histoire de l’art du Moyen Âge. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.