Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles

Bilan du projet RESI-CREA-MEDIA
Cette recherche vise, à partir d’une approche transdisciplinaire, à définir et analyser les enjeux de la création littéraire dans le cadre spécifique de la résidence d’auteurs qui apparaît comme un dispositif discursif de transactions et de communication littéraire mettant en jeu des publics et des médiations culturelles. La problématique est structurée autour de 3 axes principaux : Le dispositif de la résidence d’auteur en Grande Région au cœur de l’espace transfrontalier (Belgique, Lorraine, Luxembourg, Sarre), la création littéraire, les médiations culturelles.
par Carole BISENIUS-PENIN (CREM EA 3476 & MSH Lorraine USR 3261)

Objectifs & enjeux
Le projet RESICREAMEDIA a cherché à saisir le concept polysystémique de résidence d’auteur qui recouvre, depuis sa diffusion en France dans les années 80, des formes et des réalités extrêmement variées en fonction des projets, des structures, des politiques culturelles mises en place. Actuellement, on compte 94 résidences d’auteur d’une durée très modulable (d’une semaine à une année) sur le territoire français. Force est de constater qu’à part une thèse d’art du spectacle non publiée (Charpentier, 1995) et quatre articles récents en littérature (Bisenius-Penin, 2013) ou concernant le monde du livre (Castan, Guéraçague, 2010, Colleville, 2010, Herenguel, 2010), cette notion n’avait pas encore fait l’objet d’une véritable recherche scientifique. En revanche, on trouve une multitude de documents, une littérature « grise », sous la forme de nombreux guides (Comment accueillir un auteur ? Dissez, 2012) et autres supports méthodologiques diffusés par des structures nationales (type Centre national du livre, CNL) et régionales (La fédération interrégionale du livre et de la lecture, FILL) qui attestent pour les structures commanditaires et pour les auteurs d’un véritable besoin d’information et d’analyse. Notre programme a permis de mettre en place une expertise scientifique innovante, en lien avec les écrivains, les collectivités territoriales, les opérateurs culturels et les publics via les médiations, les transferts culturels, dans le but de recenser et d’identifier les éléments constitutifs du dispositif résidentiel au cœur de la Grande Région.

RESICREAMEDIA a donc rempli son ambition :

  • sur le plan organisationnel, de stimuler de nouvelles collaborations et de favoriser ainsi la collaboration scientifique transfrontalière, la « mise en réseau» à propos d’une thématique peu fréquentée
  • sur le plan scientifique, d’aborder grâce à des perspectives comparatives un champ de recherche nouveau (la résidence d’auteur) qui n’a pas encore été exploré par le milieu universitaire

Rappel problématique : 3 entrées

1) En tant que dispositif, procédant d’une demande sociale et politique qui émane très souvent des collectivités territoriales, la résidence apparaît comme une entité hybride dans la mesure où doivent se combiner deux éléments essentiels dans une temporalité restreinte : création littéraire et activités de médiation autour de la littérature contemporaine. En tant que structure complexe qui repose sur de nombreux paramètres variables et qui doit s’élaborer autour d’un projet à la fois artistique et culturel (30% pour l’animation et 70% pour la création), les résidences rendent visible le travail de création comme processus littéraire en permettant aux publics d’approcher l’œuvre comme le produit d’une élaboration artistique. Ainsi, l’écrivain ramené dans sa pratique n’apparaît plus comme le seul agent de l’œuvre, mais peut entrer dans une logique de coproduction symbolique, qui plus est, lorsqu’il y a une commande ou la création d’une œuvre en lien étroit avec une territorialité. En somme, la résidence d’auteur en instituant du vivre-ensemble favorise la démocratisation culturelle par le biais de dispositifs de médiation participatif au sein d’une relation triangulaire (écrivain, publics, institutions culturelles).

2) Ce programme centré sur la création littéraire nous a donné la possibilité de cerner les rapports qu’entretiennent les auteurs avec leurs activités paralittéraires et plus généralement avec toute activité de médiation culturelle. Cette étude a été aussi l’occasion de repenser la notion d’auctorialité afin de montrer comment la fonction auteur est une construction qui entre en jeu dans le dispositif de la résidence et qui porte bien sur les représentations et mises en scène de l’auteur et de l’écrivain (Booth, 1961), c’est-à-dire celle de la construction des figures de l’auteur (le responsable de l’œuvre) et celle de l’écrivain (celui qui la fait), tout en étant au contact d’un public avec ses propres représentations de la notion.

3) La médiation en tant qu’interface entre l’univers du public et de l’objet culturel permet de coconstruire la figure de l’auteur et le concept de littérature même dans le cadre des relations intersubjectives qui se croisent au sein de la résidence, comme nous avons pu l’observer lors de nos investigations de terrain. Surtout, elle nous a offert la possibilité d’articuler l’ordre des objets, des pratiques (atelier d’écriture, lecture publique…) à l’ensemble de leurs conditions de production (contexte historique, politique culturelle, contraintes socio-économiques et politico-institutionnelles…), attestant que tout processus résidentiel au sein de l’espace public relève d’un « empilement de médiations » (Hennion, 1993).
L’analyse des médiations porte donc sur 4 niveaux :

  • analyse des objets culturels (œuvres, créations, textes littéraires) produits durant la résidence.
  • étude des pratiques de médiation mises en place par les résidences par le biais d’une typologie
  • des formes répertoriées. En outre, il est évident, étant donné la perspective comparative de cette recherche, de privilégier une « approche historique » des médiations (Dufrêne, Gellereau, 2004) en s’interrogeant sur le contexte et les conditions de production propres à chaque résidence d’auteur et variables en fonction des quatre pays transfrontaliers.
  • identification des processus de médiation, de réception en s’interrogeant notamment sur les modalités possibles de réappropriation, par les publics, des dispositifs de médiation culturelle mis en scène.

État de l’avancée des connaissances par rapport aux enjeux théoriques et à l’état du savoir dans le domaine au plan national et international
Ce programme aura permis de faire un bond considérable par rapport à l’avancée des connaissances sur le concept de résidence d’auteurs étant donné qu’à part une thèse d’art du spectacle non publiée sur les résidences d’auteurs dramatiques (1995), aucune recherche de fond n’a été menée en France ou à l’étranger sur cette problématique. Cette étude nous a ainsi offert la possibilité de définir le dispositif résidentiel, car faute d’un cadre réglementaire ou d’un statut, d’une définition établie, la résidence d’auteur est de nature polymorphe, marquée par une grande hétérogénéité (résidence individuelle/collective, pérenne/éphémère, fixe/itinérante…) et une dispersion certaine des offres existantes sur le territoire. En outre, il convient de souligner que toute résidence d’auteur se construit à partir d’une combinatoire de catégories normalisées mais cependant fluctuantes et extrêmement diversifiées : une territorialité, un lieu (un château, un phare, un appartement en ville, à la campagne…), une temporalité (d’une semaine à une année), une structure-accueil (institution publique, structure culturelle, association…), des financements (publics/privés/partenariat), un projet de création littéraire déterminant l’œuvre produite par l’auteur-résident par le biais souvent d’une commande et enfin un projet de médiation culturelle qui prévoit une liste d’activités autour de l’auteur destinées au public.

Ainsi, grâce à notre expertise de terrain, nous avons identifié au moins trois formes stabilisées et récurrentes.

La première est la résidence d’auteur, dite « de création », d’expérimentation, de recherche, centrée essentiellement sur un projet artistique dans laquelle l’institution culturelle partenaire demande peu ou pas du tout de contrepartie aux écrivains, le temps étant entièrement dédié au processus créateur.

La résidence « d’animation » ensuite, organisée souvent à des fins d’éducation artistique et culturelle en faveur d’un public spécifique qui s’appuie sur des formes d’intervention ou d’actions très variées et qui ne prévoit pas de temps pour le travail d’écriture de l’auteur. On peut ainsi évoquer la « résidence-mission » durant laquelle l’auteur résident doit s’engager dans une démarche éducative donnant à voir et à comprendre la recherche artistique qui l’anime ainsi que les processus de création qu’il met en œuvre (réflexion, expérimentation, réalisation).

Enfin, la résidence mixte « à projet » qui combine un projet littéraire mené par l’auteur en lien avec le territoire et un projet culturel émanant de l’institution. Cet type de résidence opère et institutionnalise une distinction temporelle en réservant un pourcentage de temps à la création et un pourcentage aux actions culturelles ou littéraires, selon les critères établis par le CNL dans le cadre de l’attribution des crédits aux auteurs : « Le projet de résidence doit être élaboré conjointement par l’auteur et la structure. Son organisation doit permettre à l’auteur-résident de consacrer au minimum 70 % du temps à son projet d’écriture et 30 % maximum aux rencontres littéraires autour de son œuvre » (source : CNL, Centre National du Livre).

Il est donc possible de définir la résidence d’auteur comme un dispositif communicationnel spécifique qui met en place une transmission d’information, fondé sur un couple émetteur-récepteur, un « entre-deux », c’est-à-dire une structure d’accueil (association, collectivité, institution…) et un auteur, en vue de réaliser un projet d’action littéraire incluant des médiations, en lien avec des publics visés.

Le programme Resicreamedia a été l’occasion de mettre à jour les enjeux essentiels du dispositif :

  • La résidence d’auteur comme lieu de reconfiguration de l’image de l’écrivain
  • La résidence d’auteur comme mise en relation : écrivains/institutions ?
  • La résidence d’auteur comme une communication intersubjective (publics/écrivains), un jeu de création et de médiation

Méthodologie mise en œuvre  & calendrier des tâches de recherche réalisées
La méthodologie engagée dans RESICREAMEDIA a systématiquement l’objet d’une discussion entre chercheurs. Ainsi, la méthodologie s’est articulée autour de 2 axes :

A) Un travail d’investigation scientifique sur le terrain (entretiens, enquêtes auprès des publics, des acteurs culturels et des écrivains) en collaboration avec les nombreuses structures culturelles afin d’identifier les diverses formes des résidences d’auteur et d’établir une cartographie comparative des résidences dans la Grande Région. Pour prendre la mesure de tous ces éléments, le programme a mis en place une étude longitudinale et transversale de différentes résidences d’auteurs en Grande région afin d’envisager la façon dont les dispositifs fonctionnent dans les pays. Pour cela, nous avons réalisé une cartographie émanant des 4 espaces patrimoniaux et territoriaux :
1) Résidences d’auteurs en RHÉNANIE-PALATINAT (Allemagne) : Künstlerhaus (Maison des artistes) Edenkoben, Bourse d’écrivain public (Stadtschreiber) de la ville de Trèves
2) Résidences d’auteurs en WALLONIE (Belgique) : Résidence du Château du Pont d’Oye, Habay, Résidence Passa Porta Bruxelles, Résidence de Mariemont Morlanwelz, Résidence pour écrivains et poètes à la Maison de la poésie d’Amay
3) Résidences d’auteurs en Lorraine (France) : Résidence La Pensée Sauvage (Vosges)
4) Résidences d’auteurs au Luxembourg : Résidence Struwwelpippi (Echternach)

B) Analyse et typologie des médiations culturelles qui émanent des dispositifs de résidences en Grande Région identifiés durant la phase d’enquête et d’identification. Ce travail a rempli plusieurs objets et visées :
Interdisciplinarité. Dans le cadre de ce programme, nous avons fait travailler ensemble des chercheurs de plusieurs disciplines – études littéraires, linguistique, sciences de l’information et de la communication, sociologie –, chacun contribuant à la connaissance et à la compréhension de configurations évolutives et complexes.
Identification des formes d’interaction avec les institutions culturelles et partenaires.
Étant donné que la démocratisation de la culture a fondé politiquement l’intervention publique en matière culturelle, depuis le décret Malraux en 1959, la médiation peut apparaître comme un impératif pratique ou une norme d’action publique (Fleury, 2008). Dès lors, les institutions culturelles ne peuvent être dissociables de procédures et de processus de médiation, étant donné qu’elles participent à la création d’un lien entre l’écrivain et le public. Notre étude a porté sur l’analyse des formes d’interaction au sein du dispositif de la résidence d’auteur avec un certain nombre d’institutions : Conseil régional de Lorraine, Conseil général de la Moselle, Ministère de la culture (France, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat…), Centre national de littérature, Maison des artistes d’Edenkoben.
Typologie des médiations culturelles au sein du dispositif de la résidence et en lien avec les publics.
D’un point de vue conceptuel, le public n’a pas d’existence propre, en dehors de sa relation à l’œuvre ou à l’auteur, uniquement dans le moment de la rencontre. Il n’existe donc qu’à un moment singulier. Dès lors, il convient de concevoir le public comme un «collectif social potentiel » (Le Marec, 2001). Par rapport au dispositif de la résidence d’écrivain, force est de constater que ce collectif potentiel constitue en tant qu’horizon d’attente un enjeu stratégique renvoyant à divers types de population, étant donné que chaque public requiert des aptitudes spécifiques et pose surtout de nombreuses questions à intégrer au projet culturel souvent compliquées à gérer pour les organisateurs de résidence par rapport au public cible (« acquis », « potentiel », de spécialistes de la littérature, d’amateur-passionnés, d’un « non-public », d’un public « empêché », d’un public d’enfants, d’étudiants, de seniors). Ce programme aura donné l’opportunité aux chercheurs de mettre en place une typologie des formes de médiations culturelles au sein de la résidence : lectures publiques, conférences, ateliers d’écriture, débat, création in situ en tant que dispositif participatif impliquant le public…

Années Objectifs
scientifiques
Évènements Production scientifique
2014 -­‐ Établir et analyser les
résidences d’auteurs.
-­‐ Mettre en place une
typologie des
résidences et des
publics
-­‐ Modéliser la figure de
l’écrivain dans le
dispositif résidentiel
-­‐ Organisation des
1ères journées
d’étude
internationales du
programme. (Juin)
-­‐ Organisation d’une
journée
professionnelle
« Les résidences
d’auteurs, entre
médiation régionale
et médiation
transfrontalière » CR
Lorraine/CRL
-­‐ Participations à des
colloques internationaux.
-­‐ Articles dans des revues à
comité de lecture
2015 -­‐ Étudier les médiations
culturelles découlant
de la résidence
-­‐ comprendre et
identifier les
interactions entre
l’écrivain, les
institutions culturelles
— Organisation d’un
Colloque
international
La résidence
d’auteurs :
figurations de
l’écrivain,
configurations
institutionnelles &
médiations
culturelles,
-­‐ Organisation de
manifestations
culturelles (lecture
publique rencontre
avec auteurs
Librairie messine,
création d’un salon
littéraire sur le
dispositif résidentiel)
-­‐ Participations à des
colloques internationaux
-­‐ Publication des actes des
journées d’étude
internationales de 2014
-­‐ Articles dans des revues à
comité de lecture
-­‐ Réalisation d’un
documentaire faisant la
synthèse des résultats du
programme et incluant des
témoignages auteurs en
résidence
NB : les actes du colloque
de 2015 seront publiés en
mai 2016

Liens avec la formation
Il est apparu la nécessité pour les professionnels du livre et institutionnels de mettre en place au niveau de l’Université en France, et comme le préconise d’ailleurs le dernier rapport du CNL sur l’écrivain social de F. Martel (septembre 2015), une formation sur la création littéraire et ses médiations.

Description des résultats de l’opération

  • combler un manque scientifique dans les études sur la création littéraire, la résidence d’auteur et les médiations culturelles par le biais d’une analyse transdisciplinaire. Concernant les retombées attendues, au niveau national et régional, ce projet scientifique s’est avéré original par son thème (aucune enquête sur les résidences d’auteur et encore moins interdisciplinaires : littérature et SIC) et par la nature de son terrain (transfrontalier).
  • mettre au point une méthodologie d’analyse des résidences d’auteur
  • disposer d’une étude comparative transfrontalière de grande ampleur
  • apporter une expertise dans mesure où le Ministère de la Culture et les professionnels du
    livre et de la lecture attendaient une expertise scientifique permettant de saisir en profondeur les enjeux à la fois culturels, territoriaux et politiques de ces dispositifs de création et de médiation littéraires
  • stimuler de nouvelles collaborations et de favoriser ainsi la collaboration scientifique internationale, la « mise en réseau» à propos d’une thématique peu fréquentée donnant lieu à de nouveaux projets

Perspectives
Ce projet a été un véritable « incubateur de projets » dans la mesure où les rencontres entre les chercheurs, les liens tissés avec les institutionnels et professionnels du livre, nous ont amené à penser la question de la résidence d’auteurs et à trouver des connexions débouchant sur d’autres perspectives de recherche.

  • Une continuité avec la création d’un CPER centré sur « La Lorraine des écrivains » et incluant le dispositif résidentiel (2015-2017) ;
  • Un partenariat envisagé avec le Québec, sur les médiations autour de la figure de l’écrivain
    contemporain ;
  • Un projet de publication dans une revue internationale, sous la forme d’un numéro de dossier dédié à la résidence d’auteurs (publication 2017) ;
  • Un projet d’ANR consacré à la résidence d’auteurs grâce au réseau de chercheurs constitué durant le programme.

En tant que chercheurs, notre utilité est aussi de tisser du lien dans la cité, en développant des interactions savoirs/société afin d’apporter un éclairage théorique qui puisse ensuite servir sur le terrain. En ce sens, nous souhaitons maintenant que les résultats de notre recherche, les publications, les manifestations scientifiques nourrissent les différents acteurs de la chaîne du livre et favorisent la connaissance, où plutôt la reconnaissance du dispositif résidentiel, tout en facilitant la compréhension du statut de l’auteur.

Indicateurs
– Équipes engagées
Équipe Lorraine : CREM
Équipes françaises : Le Laboratoire des Théories du Politique (LabToP), Paris 8
Traverses 19-21 (Équipe de recherche sur l’histoire, les théories et la didactique de la littérature et des arts XX°) Université Stendhal, Grenoble.
Équipes internationales : IPSE (Université du Luxembourg), LEMME (Université de Liège)
– Nombre de chercheurs ETP : 8
– Pas de doctorants mais 1 post-doc (CREM)
– 3 mémoires de Masters (SIC) ont été réalisés dans le cadre de l’opération sur le site de
l’Université de Liège.

– Communications dans des colloques
BISENIUS-PENIN, Carole, 2014. L’écrivain en résidence : Contraintes et création, création à contraintes ? In : Procédures et contraintes : quels enjeux pour la création contemporaine ? Université de Saint-Etienne.
BISENIUS-PENIN, Carole, 2014. Création littéraire et territoire. In : Littérature, villes, interactions. Université du Luxembourg, Campus Limpertsberg, Université d’été Erasmus Intensive Program.
BISENIUS-PENIN, Carole, 2014. La Maison internationale des littératures à Bruxelles : la résidence comme une interface communicationnelle entre des oeuvres littéraires, des publics et des institutions culturelles ? In : Journées d’études internationales, Cartographie des résidences d’auteur en Grande Région, Université de Lorraine.
CLERC, Adeline, 2014. La résidence d’auteur ou comment s’inscrire dans un territoire. La Pensée Sauvage à Bouxurulles (Vosges) In : Journées d’études internationales, Cartographie des résidences d’auteur en Grande Région, Université de Lorraine.
CLERC, Adeline, 2015. Les publics des résidences d’écrivain : une approche socio-culturelle comparative In : Colloque international, La résidence d’auteurs : figurations de l’écrivain, configurations institutionnelles & médiations culturelles, Université de Lorraine.
DESHOULIERES, Valérie, 2014. Être écrivain en résidence à Trier (Allemagne). Création artistique ou industrie culturelle ? In : Journées d’études internationales, Cartographie des résidences d’auteur en Grande Région, Université de Lorraine.
GLESENER, Jeanne, 2014. La résidence d’auteurs jeunes publics Struwwelpipi (Echternach) : défis et enjeux sur le territoire luxembourgeois In : Journées d’études internationales, Cartographie des résidences d’auteur en Grande Région, Université de Lorraine.
LACHENY, Marc et MULLER, Susanne, 2015. La maison des artistes d’Edenkoben en Allemagne : réception, médiation, création In : Colloque international, La résidence d’auteurs : figurations de l’écrivain, configurations institutionnelles & médiations culturelles, Université de Lorraine.
LEVY, Clara, 2014. Essai de définition sociologique de l’écrivain In : Journées d’études internationales, Cartographie des résidences d’auteur en Grande Région, Université de Lorraine.
SERVAIS, Christine, 2015. L’institutionnalisation de la médiation : questions et contradictions In : Colloque international, La résidence d’auteurs : figurations de l’écrivain, configurations institutionnelles & médiations culturelles, Université de Lorraine.
VANDENINDEN, Elise, 2014. La résidence d’écrivain comme dispositif de médiation du littéraire : tentative de problématisation In : Journées d’études internationales, Cartographie des résidences d’auteur en Grande Région, Université de Lorraine.
VANDENINDEN, Elise, 2015. Les actions envers les publics dans trois résidences d’auteurs belges : analyse comparative des dispositifs en termes de stratégies de communication et de conceptions de la culture In : Colloque international, La résidence d’auteurs : figurations de l’écrivain, configurations institutionnelles & médiations culturelles, Université de Lorraine.

– Publications significatives
BISENIUS-PENIN, Carole, 2015. Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles : À la recherche d’une cartographie. Nancy : PUN – Éditions Universitaires de Lorraine. Questions de communication Série actes
BISENIUS-PENIN, Carole, 2015. Médiations littéraires : Territoire et création au Luxembourg. In : VERCRUYSSE, Thomas (dir.), Luxembourg : ville créative. Luxembourg : capybarabooks. p. 32‑57.
BISENIUS-PENIN, Carole, 2016. Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (2): Publics et médiations, Région. Nancy : PUN – Éditions Universitaires de Lorraine. Questions de communication Série actes.

– Séminaires, journées d’études et colloques organisés dans le cadre du projet
Journées d’études internationales, Cartographie des résidences d’auteur en Grande Région, 18-19 juin 2014.
Colloque international, La résidence d’auteurs : figurations de l’écrivain, configurations institutionnelles & médiations culturelles, 3-4 décembre 2015

– Autres retombées
Les objets de recherche de Resicreamedia l’amènent à entrer en interaction avec des acteurs socio-économiques, et d’abord culturels. Ainsi, par le biais d’une véritable culture de proximité, en lien avec de multiples institutions et partenaires culturels, de nombreuses actions de médiation ont été menées de la part des membres de l’équipe, comme une journée professionnelle intitulée « Les résidences d’auteurs, entre médiation régionale et médiation transfrontalière », au Conseil Régional de Lorraine en partenariat avec le CRL ou une soirée de lecture grand public de textes d’auteurs contemporains (Thierry Hesse, Fabienne Jacob, Jean Portante) produits en résidence à la Librairie L’Autre monde (Metz) en décembre 2015. Le programme nous a aussi permis de tisser des liens avec des institutions à l’international avec le Luxembourg (Le Centre National du Livre), la Belgique (La Maison internationale des littératures à Bruxelles) ou encore le Québec (la Maison de la littérature et festival Québec en toutes lettres) débouchant sur d’autres projets de recherche (CPER « La Lorraine des écrivains »).

L’objectif a aussi été de créer du lien avec la société, tout en offrant de nouvelles formes de médiation de la recherche scientifique à partir d’une production artistique, sous la forme d’un documentaire (« Écrire en résidence », 2015, voir ci-dessous).

RÉALISATION D’UN FILM DOCUMENTAIRE SUR LES RÉSIDENCES D’AUTEURS EN GRANDE-RÉGION
Ce documentaire nous invite à découvrir le fonctionnement du dispositif de la résidence d’écrivain à travers quatre pays frontaliers, au sein de la Grande Région : Sarre, Rhénanie-Palatinat, Wallonie, Luxembourg et Lorraine. En suivant le programme de recherche universitaire RESICREAMEDIA initié par la Maisons des Sciences de l’Homme Lorraine, nous côtoyons des auteurs littéraires en phase de création et de médiation culturelle. Qu’est-ce qui pousse les écrivains à venir écrire en résidence ? Quels sont les enjeux et objectifs de ces résidences sur le territoire de la Grande-Région ? Comment et en quoi ces structures favorisent-elles le processus de création littéraire en lien avec les territoires ? Ces questions sont traitées et trouvent réponses entre témoignages d’auteurs, discours d’institutionnels culturels et politiques, regards d’organisateurs, et analyses scientifiques des chercheurs universitaires qui mènent cette recherche pendant deux années.

FICHE TECHNIQUE
Titre : Écrire en résidence
Scénariste et réalisateur : Jonathan ECKLY
Auteur scientifique : Carole Bisenius-Penin
Production : Université de Lorraine / Sous-direction des Usages du Numérique
Direction de production : Fabienne Granero-Gerard
Partenaires : Maison des Sciences de l’Homme Lorraine, CREM et Université de la
Grande Région
Genre : documentaire
Durée : 42 minutes
Langue originale : française
Accessibilité : sous-titrage en langue française et allemande
Format : couleur, Haute Définition 1920×1080
Période de tournage : mai 2014 à décembre 2015
Sortie programmée : mars 2016

mosaïque photos resi-crea-media documentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.