Cogito Ergo Es

Bilan du projet PsyPhINe: Cogito Ergo Es (Projet PEPS Mirabelle 2015)
La cognition
regroupe un ensemble de processus qu’il est difficile d’unifier au sein d’une définition générale. Le projet vise à explorer la gradation des attributions d’intelligence ou d’intentionnalité, quand on passe, par exemple, d’une mouche à un chat, en faisant l’hypothèse que l’intersubjectivité ainsi que notre tendance naturelle à l’anthropomorphisme jouent des rôles centraux : nous projetons dans l’autre énormément de notre propre cognition. Pour tester ces hypothèses, nous voudrions mettre en place un test de Turing « non-verbal », qui satisfasse aux définitions de nos différents domaines (PSYchologie, PHilosophie, Informatique et NEurosciences), en utilisant un prototype robotisé.
par Manuel Rebuschi, (Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie – Archives Henri-Poincaré UMR 7117 & MSH Lorraine USR 3261)

Le projet PsyPhINe : Cogito ergo es est un projet exploratoire visant à articuler les apports de différentes disciplines (philosophie, psychologie, informatique, neurosciences, IA, robotique) à la question de l’attribution d’intentionnalité, d’intelligence, de cognition voire d’émotions, à des entités naturelles ou des dispositifs artificiels. Il s’agit d’appréhender les questions naturellement posées par l’interaction homme/robot, à savoir celles liées à l’interprétation du comportement du robot jusqu’à la confiance qui peut lui être ou non accordée.

La perspective générale du groupe interdisciplinaire, composé de psychologues, d’informaticiens et de philosophes,1 est d’aboutir à la définition d’un test de Turing non verbal qui permette d’appréhender l’intelligence artificielle en évitant certains écueils de la formulation d’origine dudit test. L’objectif spécifiquement posé dans le cadre du projet a été, plus modestement, la mise en place d’un protocole expérimental pour approfondir la confrontation des conceptions et positions disciplinaires relatives à l’attribution de cognition et d’intelligence à un dispositif artificiel.

Le projet a pu être mis en œuvre grâce à la participation de trois étudiantes en première année de master Sciences de la Cognition et Application (SCA) qui, dans le cadre d’un projet tutoré, ont contribué à la définition comme à la mise en œuvre d’une première version du protocole. Avec les contraintes techniques qui nous étaient imposées, nous avons pu organiser une première campagne de tests en mai 2015 et, par leur discussion critique, poser les jalons d’expérimentations futures. La campagne 2015, intitulée TangrIAm, a dû être conduite non pas avec une lampe robotisée dont la réalisation s’est avérée trop délicate pour être effectuée dans les temps, mais avec une ampoule connectée et programmable (Philips Hue). Dix-huit sujets ont pu passer l’expérience qui consistait en un test autour du jeu de tangram, combinant résolution et mémoire des figures, avec l’aide de la lampe pour la moitié des sujets (l’autre moitié composant le groupe-témoin, pour lequel la lampe avait un comportement aléatoire). Les sujets étaient censés trouver une figure du tangram qui leur était projetée sans que cette figure soit visible en permanence mais en essayant de la mémoriser, avec la possibilité de l’afficher à nouveau cinq fois. [cf. plus bas photo de la salle d’expérience] Sans qu’ils soient prévenus, la lampe cherchait alors à interagir avec les sujets par des changements de couleurs et d’intensité, et par des clignotements. Après 25 minutes de tests, les sujets étaient invités à remplir un questionnaire permettant de revenir sur le test et sur la manière dont ils avaient appréhendé la tâche et les réactions de la lampe.

Le bilan de cette première campagne est mitigé. La tâche s’est avérée trop complexe pour permettre une interaction effective avec la lampe. En outre, les réactions limitées d’une simple ampoule programmable, notamment par rapport aux possibilités pouvant être déployées par une lampe motorisée et pilotée à distance, ont rendu son comportement généralement incompréhensible voire imperceptible par les sujets. À une exception notable près, les sujets n’ont ainsi pas véritablement interagi ni perçu ou interprété de comportement intentionnel de la part de la lampe. Le calendrier n’a pas permis de prolonger ces premiers tests par une seconde campagne en adoptant une tâche avec une complexité moindre, ce qui aurait peut-être permis de générer plus d’interactions.

Bien qu’ayant rencontré de fortes limitations, cette première expérimentation a permis de faire converger les discussions au sein du groupe et de baliser les travaux à venir. Dans une interaction homme-robot, le prêt d’intentionnalité (de cognition, d’intelligence, d’émotions) peut être le fait de différents locuteurs : le sujet humain de l’interaction et les observateurs extérieurs. Outre le questionnaire destiné au sujet de l’interaction, nous avons envisagé deux types d’analyses par des observateurs extérieurs : l’analyse experte conduite par les chercheurs et l’analyse profane proposée par d’autres sujets, extérieurs au projet de recherche. Afin de pouvoir disposer de cette dernière, nous avons travaillé avec l’aide d’une stagiaire (étudiante en M1 SCA) à la construction d’un site web permettant de visionner et d’annoter des séquences vidéo issues de l’expérimentation. Ce site sera utilisable pour les expérimentations à venir.

La confrontation interdisciplinaire a été enrichie par l’organisation d’un atelier en décembre 2015 réunissant une cinquantaine de participants, avec l’intervention d’un psychologue spécialiste d’interaction homme-robot (Jérôme Dinet, InterPsy EA4432, Université de Lorraine), de deux philosophes (Elisabeth Pacherie, Institut Jean-Nicod, UMR 8129, DEC-ENS, EHESS ; Valérie Aucouturier, Université Saint-Louis, Bruxelles) et de deux anthropologues (Emmanuel Grimaud, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, UMR 7186, Paris 10 ; Joffrey Becker, Laboratoire d’Anthropologie Sociale, UMR7130, Paris). L’atelier a permis l’élargissement du groupe de recherche à une philosophe et une linguiste.

Affiche PsyPhiNeLe groupe s’est réuni en séminaire intensif avec l’un de ses partenaires (Nicolas Rougier) tout début janvier 2016 à l’INRIA Bordeaux. Outre le bilan scientifique de l’année 2015, les bases ont été jetées pour l’organisation de la suite de la recherche. Le financement du PEPS-Mirabelle ainsi qu’un financement du LORIA nous ont permis de nous doter d’un prototype de lampe articulée et motorisée qui pourra être pilotée à distance. Le début de l’année 2016 sera consacré à l’écriture d’un nouveau protocole expérimental qui sera mis en œuvre par une première campagne de tests en avril et mai 2016. De nouvelles journées scientifiques sont envisagées afin de prolonger la confrontation qui, au fil des expérimentations, permet un enrichissement des analyses et perspectives sur une problématique sensible et d’actualité : les conditions auxquelles nous sommes prêts à interagir voire à faire confiance à des machines robotisées, et in fine, la place que nous sommes prêts à leur concéder dans nos vies.

Indicateurs
Laboratoires impliqués (6) : MSH Lorraine (USR 3261), Archives H. Poincaré (UMR 7117), Interpsy (EA 4432), EPSaM (EA 4360), Loria (UMR 7503), INRIA Nancy-Grand Est
– Chercheurs ETP : 2,1
– Organisation d’un atelier : Tentatives, Tentations, Intentions – Journées PsyPhINe 2015 (15-16 décembre 2015, MSH Lorraine, Nancy). 50 participants.
– Utilisation de l’équipement du CREM (Centre REssources Multimédia) de l’IUT Nancy-Charlemagne.

Prototype de lampe robotisée réalisé en 2015 pour les expérimentations 2016.

Prototype de lampe robotisée réalisé en 2015 pour les expérimentations 2016.

Photo de la salle des expérimentateurs (TangrIAm, 2015)

Photo de la salle des expérimentateurs (TangrIAm, 2015)

salle experience tangrIAm

Salle expérience tangrIAm


Notes de bas de page :

  1. Participants au projet de recherche :
    Philosophie – Archives H. Poincaré (UMR 7117)
    –   Manuel Rebuschi – MdC Université Lorraine, HDR, Archives Henri Poincaré (UMR 7117)  Logique, philosophie du langage, philosophie de l’esprit
    –   Fabrice Louis – Agrégé d’EPS, docteur en philosophie, Archives Henri-Poincaré (UMR 7117), LACES (Bordeaux)
    Philosophie de l’action, de l’esprit
    –   Marion Renauld – Docteur en Philosophie, Archives Poincaré (UMR 7117)
    Philosophie du langage, de la fiction, de l’art
    Psychologie – Interpsy (EA 4432), EPSaM (EA 4360)
    –   Stéphanie Caharel – MdC Université Lorraine, Interpsy (EA 4432)
    Psychologie physiologique et neuropsychologie
    –   Frédéric Verhaegen – MdC Université Lorraine, APEMAC, EPSaM (EA4360)
    Psychopathologie de la cognition, dysfonctionnement de la cognition, interactions pathologiques.
    Informatique, neurosciences – Loria (UMR 7503)
    –   Alain Dutech – CR INRIA Nancy-Grand Est, HDR – LORIA UMR 7503, INS2I
    Intelligence artificielle, apprentissage par renforcement, robotique cognitive
    –   Yann Boniface – MdC Université Lorraine, LORIA UMR 7503, INS2I
    Réseaux de neurones artificiels, apprentissage, auto-organisation
    –   Amine Boumaza – MdC Université Lorraine, LORIA UMR 7503, INS2I
    Intelligence artificielle, approches évolutionnaires, robotique autonome
    Partenaire extérieur : informatique, neurosciences
    –   Nicolas P. Rougier – CR INRIA Bordeaux Sud-Ouest, IMN UMR 5293, Labri UMR 5800
    Neurosciences computationnelles – Intelligence artificielle []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.