Les procès-verbaux du Bureau des longitudes (1795-1932), histoire et savoirs

Bilan du projet BDL / 1795-1932
Ce projet s’inscrit dans les thématiques de la MSH Lorraine qui étudient les institutions scientifiques (projet HISE), ainsi que les mouvements des idées, de leur développement et de leur diffusion au sein des communautés (Bioesmat et Kultmat).
L’équipe s’est proposée de préparer les bases pour une étude historique sur le Bureau des Longitudes dans la longue durée (1795-1932) à partir d’une source inédite : les procès-verbaux des séances. Ce fonds constitue un patrimoine archivistique presque inexploité et d’une très grande importance pour l’histoire des sciences et des techniques, et également pour les sciences si on pense, par exemple, aux études très actuelles sur le changement climatique ou sur l’étude du niveau de la mer. Dans ces études, on a besoin en effet des données scientifiques anciennes pour étudier leur évolution jusqu’à l’époque contemporaine, et ces données ont été systématiquement recueillies dans les missions scientifiques dont le Bureau des longitudes fut promoteur.
par Martina Schiavon, LHSP – Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS, Université de Lorraine) & MSH Lorraine (USR 3261, CNRS, Université de Lorraine)

Sommaire du bilan :
La pré-opération LongiNumEt
Le projet BDL 1795-1932
Liens avec la formation
Conclusion
Résultats et publications
Perspectives
Indicateurs
Autres retombées et ressources en ligne

Les procès-verbaux des sciences permettent d’étudier les prosopographies et le travail mené par ses prestigieux membres (provenant de sections des mathématiques de l’Académie des sciences), anciens navigateurs et marins, officiers militaires, géodésiens et fabricants d’instruments de précision.
Les procès-verbaux des séances du Bureau des longitudes comportent 22.000 feuillets manuscrits (puis dactylographiés vers la fin de la période considérée), avec de nombreuses lettres inédites, des études scientifiques et techniques, des pré-études soumises à l’appréciation du Bureau avant leur éventuelle publication, ainsi que des études et des données scientifiques qui n’ont jamais été publiés. Grâce à la pré-opération LongiNumEt (qui a permis d’obtenir un projet BSN5), ces archives sont désormais numérisées et mises en ligne sur un site web dédié (adresse prochainement).
Le projet s’est occupé de constituer un réseau national et international de chercheurs intéressés par l’exploitation historique et scientifique du corpus numérisé. Il s’agissait notamment de concevoir, une fois achevé la mise en ligne des documents, une étude historique sur la longue durée du Bureau des longitudes en tant qu’institution scientifique.
La pré-opération LongiNumEt s’était proposée d’établir les bases pour la restauration, la numérisation et la mise en ligne des procès-verbaux du Bureau des longitudes ; l’opération BDL 1795-1932 s’était initialement donné comme objectif de préparer une étude sur la longue durée du Bureau des longitudes en s’appuyant sur la mise en ligne – sur un site web dédié – du corpus d’archives numérisées.
Par conséquent, ces deux projets de recherche sont étroitement liés : ce qui suit sera ainsi un bilan tiré dans la continuité de ces deux opérations.

La pré-opération LongiNumEt

Déposée en 2012 (Axe 6 Sciences et cognition de la MSH Lorraine), la pré-opération LongiNumEt fut validée scientifiquement en novembre 2012 pour la durée d’un an. Son objectif était de préserver un patrimoine archivistique peu connu et exceptionnel en histoire des sciences et des techniques. Dans un premier temps, un pré-inventaire des archives à numériser fut établi. Il s’agit des procès-verbaux des séances du Bureau des longitudes de 1795 jusqu’à 1932 (année qui permet encore la communication de documents). Ce corpus de documents inédits se compose de notes manuscrites à l’intérieur desquelles sont collées un grand nombre des lettres inédites, des études scientifiques et techniques reçues et/ou rédigées par ses membres, des pré-études soumises à l’appréciation du Bureau avant leur éventuelle publication, ainsi que des études qui n’ont jamais été publiées. Diverses possibilités de numérisation furent mises à l’étude afin de choisir la solution optimale qui permettait de respecter les documents originaux tout en obtenant des images de grande qualité. De même, on a souhaité réaliser une base de métadonnées assez riche, source inédite de données scientifiques et historiques pour les chercheurs. Un consortium entre le Bureau des Longitudes, l’Observatoire de Paris, et l’Université de Lorraine (le LHSP – Archives Henri Poincaré et la MSH Lorraine) a pu être constitué. En partenariat avec le TGIR HUMA-NUM, le consortium a déposé un projet BSN5 auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Porté par le Bureau des longitudes, propriétaire du fonds et intéressé par la préservation de ses archives et par leur exploitation scientifique, et mené en partenariat avec l’Observatoire de Paris, expert en numérisation des fonds astronomiques, qui a suivi des étapes de restauration et de numérisation d’archives, la MSH Lorraine et les Archives Henri Poincaré, le projet fut financé à la hauteur de 70.000 € et permit d’atteindre un des objectifs de la pré-opération : la numérisation des procès-verbaux en vue de leur préservation sur le long terme et de leur diffusion sur un site web dédié.

L’équipe de l’opération BDL prévoyait également l’organisation de deux journées internationales d’étude sur le « Bureau des longitudes (1795-1932) : contexte national et international » réalisées avec des membres du Bureau des longitudes et du Board of longitude project. Ce projet britannique, dirigé par Simon Schaffer, a notamment constitué le volet historique d’un grand plan de numérisation d’archives réalisé par la Cambridge Digital Library sur les archives du Board of Longitude (1714-1828) ainsi que sur les archives connexes de certains astronomes royales membres du Board (Nevil Maskelyne, John Pond) et du National Maritime Museum. Le Board of Longitude project compte également d’un Advisory Board, dont Martina Schiavon, coordinatrice du projet MSHL, est membre. Les journées internationales organisées les 12 et 13 novembre 2013 à Nancy, ont ainsi visé à constituer un réseau de chercheurs nationaux et internationaux dont le propos était de :

  • renforcer les contacts existant entre la France et la Grande-Bretagne, pays dans lesquels les membres des bureaux de longitudes ont entretenu des contacts importants et dans lesquels deux grands projets de numérisation étaient réalisé ou envisagé ;
  • établir les contacts avec de chercheurs travaillant sur les institutions analogues à l’étranger : en particulier nous avons établi de contacts avec de chercheurs portugais et des Pays-Bas ;
  • inscrire l’histoire du Bureau des longitudes dans un cadre comparatif et international.

LoNginumEt affiche novembre 2013Le projet BSN5 (Bibliothèque scientifique numérique) fut validé par la Ministère de l’enseignement et de la recherche en décembre 2013. Avec le soutien de la MSH, les Archives Poincaré ont en particulier réalisé un site web spécialement dédié (prochainement disponible) et qui héberge les procès-verbaux numérisés. Le suivi et la validation des grandes étapes de ce projet ont été assurés par un Comité de pilotage pluridisciplinaire et pluri-institutionnel composé de six personnes choisies parmi les partenaires du projet. Côté Université de Lorraine, ce comité comporta trois membres des Archives Poincaré : Martina Schiavon (MCF – AHP), Laurent Rollet (MCF – AHP) et Pierre Couchet (chargé du développement et programmation aux Archives Poincaré). Il a également permis le recrutement, en septembre 2015, pour 12 mois, d’un ingénieur d’études, Julien Muller, qui, en collaboration de Pierre Couchet, s’est chargé de la réalisation d’un site de test, ainsi que de l’intégration progressive des métadonnées, de leur indexation, de l’enrichissement du corpus et de sa mise en ligne. Depuis le recrutement de Julien Muller, des opérations de valorisation du site web prévues dans le cadre du projet BDL 1795-1932 ont pu commencer : en particulier, certains procès-verbaux ont pu être transcrits et seront bientôt mis en ligne. Il faut en fait rappeler que nous ne disposons, pour le moment, de la transcription des procès-verbaux pour la seule période 1795-1854. Cette transcription concerne 6696 manuscrits et a été réalisée par Jean-Marie Feurtet dans le cadre de sa thèse de l’école de Chartres soutenue en 20051 . Il nous manque ainsi les transcriptions des procès-verbaux pour la période 1854-1932, soit environ 15.304 manuscrits2 .

Le projet BDL 1795-1932

Parallèlement au projet BSN5, Martina Schiavon a déposé un projet MSH : Les procès-verbaux du Bureau des longitudes (1795-1932) : histoire et savoirs (BDL/1795-1932). Validé scientifiquement à partir de janvier 2014 et pour une durée de 24 mois, cette opération MSH se proposait initialement de s’appuyer sur le corpus des procès-verbaux numérisés pour préparer une étude historique de longue durée sur le Bureau des longitudes. En effet, initialement, le projet BSN5 prévoyait une finalisation de la numérisation en fin 2014 ; on avait ainsi initialement prévu, dans le cadre de l’opération MSH, de recruter deux vacataires pour réaliser des missions ponctuelles aux archives et visant à compléter les questions qui sont seulement abordées dans les procès-verbaux des séances. D’un point de vue méthodologique, il est évident que les procès-verbaux doivent s’étudier à partir d’un croisement avec les archives provenant d’autres institutions (tels que l’Académie des Sciences, les Archives Nationales, le Service historique de la défense, le Service d’Outre-Mer à Aix-en-Provence, les grandes écoles), ainsi que d’autres fonds nationaux et étrangers (tels que les minutes du Board of Longitude) afin d’explorer les aspects comparatifs des institutions analogues créées en Grande-Bretagne, au Portugal et aux Pays-Bas, par exemple. Néanmoins, des questions purement administratives ne nous ont permis de disposer des images numérisées qu’à la fin de l’été 2015. Nous avons ainsi donné priorité au dépouillement des fonds d’archives nationales par des missions ponctuelles réalisées par les membres du projet, afin de compléter pour ensuite valoriser les archives progressivement mises en ligne. De même, la préparation d’une étude historique sur la longue durée demandait des moyens plus importants : ainsi, grâce au projet MSH, un consortium de chercheurs (réseau national et international) a pu être constitué afin de déposer un dossier ANR (voir rubrique « Perspectives »).

Dans le cadre de notre projet, nous avons privilégié le financement de missions ponctuelles réalisées par le soin de membres du projet qui avaient une certaine connaissance des procès-verbaux du Bureau des longitudes pour y avoir déjà travaillé avant leur numérisation ou ayant une bonne connaissance des archives (Guy Boistel, Colette Le Lay, Martina Schiavon et Laurent Rollet). D’un point de vue méthodologique, ce choix est motivé du fait que les procès-verbaux du Bureau des longitudes doivent être étudiés à partir d’un croisement avec les archives provenant d’autres institutions : des missions ont ainsi été réalisées aux archives de l’Académie des sciences, aux archives de l’Observatoire de Paris, aux Archives nationales (en particulier, les séries F/17 du ministère de l’Instruction publique et F/14 du ministère des Travaux publics), aux Archives nationales d’Outre-mer, au Service historique de la défense (Terre et Mer), aux archives des grandes écoles (École normale supérieure, École polytechnique), aux archives privées des membres du Bureau des longitudes (LHSP-Archives Poincaré, fonds AP des Archives nationales, archives nationales de Rome).

Le financement a donc permis d’étudier plus de 40 cartons d’archives du Bureau des longitudes déposées dans le fonds F/17 des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine ; 23 dossiers des membres de l’Académie des sciences ; 2 dossiers d’anciens navigateurs au Service historique de la Défense de Vincennes ; divers dossiers contenant des manuscrits du Bureau et conservés dans la bibliothèque de l’Observatoire de Paris ; etc. Certains manuscrits ont servi pour documenter les publications des membres comme par exemple les articles publiées par Colette Le Lay sur l’astronomie populaire, par Martina Schiavon sur Hervé Faye ou encore l’ouvrage à paraître de Guy Boistel sur les calculateurs (voir la rubrique « Sélection des publications » pour une liste complète).
Ces missions ont également permis de dresser un inventaire précis (mais pas encore complet) des documents du Bureau des longitudes conservés aux Archives nationales. Ces études archivistiques serviront ainsi d’appui à l’exploitation scientifique des procès-verbaux numérisés qui est actuellement en cours et à documenter des études ponctuelles sur le Bureau des longitudes, telles que l’histoire de la profession de calculateur pour la Connaissance des temps, ou encore sur la filiation de l’observatoire du Bureau des longitudes de Montsouris avec l’Observatoire d’Alger lors du projet de géographie coloniale suivi par l’Amiral Ernest Mouchez.

L’exploration systématique de ces archives a permis de valider notre hypothèse de départ, à savoir que les procès-verbaux des séances constituent un outil précieux de travail pour l’historien mais qui doit être complété avec des recherches complémentaires. Par ailleurs, nous avons pu constater que ces recherches complémentaires demanderont de moyens plus importants, ce que nous a motivés à déposer un pré-projet ANR.
En ce qui concerne sa dimension proprement historique, et contrairement à ce qui ont affirmé certains historiens qui ont vu le Bureau seulement comme une « lorgnette » pour y voir clair dans l’évolution de l’Observatoire de Paris pendant ses soixante années de tutelle ou encore comme une « sinécure » dans la carrière de ses membres, l’opération BDL/1795-1932 s’est proposée de montrer que le Bureau des longitudes constitua lieu collectif de l’administration de la science française, un lieu scientifique de vie à part entière et qui joua un rôle de premier plan dans le contexte scientifique, militaire, économique et industriel français dans la longue durée. Siège où Science, Armée, Industrie et État ont promu ou limogé des hommes et/ou des lignes de recherche et/ou des entreprises, les membres de l’opération BDL/1795-1932 se sont proposés de montrer, en s’appuyant sur l’étude de la vie de cette institution à partir de ses procès-verbaux, que le Bureau des Longitudes fut une petite académie toute spéciale qui sélectionnait ses membres dans les sections de l’Académie des sciences. En particulier, en interrogeant l’épistémologie sous-jacente à la conception unifiée des savoirs perpétuée au sein du Bureau des Longitudes, le groupe de chercheurs du projet BDL/1795-1932 s’est fixé comme propos de comprendre comment l’astronomie a pu être le moteur de tout un panel de la recherche en France, et d’étudier la conception unifié de ces savoirs.
En nous appuyant sur les études qui avaient déjà croisée le Bureau des longitudes, sur les documents d’archives qu’on a pu explorer, ainsi que sur celles dont nous disposons avant la numérisation, nous n’avons pu que réaliser seulement partiellement ces propos. Certaines publications montrent quelques résultats3 .

Si l’ambition de l’opération était ainsi, au départ, de préparer une étude sur l’histoire du Bureau des longitudes dans la longue durée, nous avons renforcé le réseau de chercheurs susceptibles d’être concernés par cette étude d’une part, et précisé les étapes dans lesquelles cette étude pourrait se réaliser d’autre part (comme on l’a précédemment dit, cette étude nécessitera de moyens plus importants et d’un temps plus long que ceux initialement prévus). Dans le cadre d’une demande ANR déposée en octobre 2015, l’opération de recherche nous a permis de constituer une équipe de chercheurs nationaux et internationaux que nous estimons capable d’étudier différents volets historiques : nous ne citerons ici que la question de l’étude de l’instrumentation scientifique, que nous a permis de fédérer de chercheurs du Conservatoire national des arts et métiers, de Paris 1 – Université Sorbonne, du Service hydrographique et océanographique de la Marine, du Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Matematisch-Physikalischer Salon, du Deutsches Museum de Munich, de l’Adler Planetarium de Chicago, etc.

Par ailleurs, notre projet d’étude ANR s’est fixé comme propos de produire, à partir d’une étude institutionnelle du Bureau des longitudes dans la longue durée, des connaissances nouvelles, interdisciplinaires et comparatives, en favorisant ainsi un dialogue entre science et société.

Un autre volet du projet était la valorisation du site web dédié aux procès-verbaux afin de cibler un public large allant des spécialistes aux amateurs, en passant par les enseignants et les érudits. Nous avons projeté de créer des expositions virtuelles sur l’histoire du système métrique décimal et son évolution, Arago et la vulgarisation scientifique, Henri Poincaré membre du Bureau des longitudes, les archives du Bureau des longitudes, source pour une histoire du changement climatique, etc.

Ne pouvant pas encore disposer des fichiers numérisés, nous avons choisi de cibler des questions plus ponctuelles en fonction des études existantes (ou qu’il a été possible de réaliser à partir des archives dépouillées).

Affiche colloque BDL 2014Une deuxième rencontre, organisée le 25 novembre 2014 à Nancy, nous en a donné l’occasion. Lors de cette rencontre, trois nouveaux membres du projet nous ont exposé leurs études sur les explorations des pôles terrestres (Frédérique Rémy), la métrologie et les questions connexes de géodésie (Michael Kershaw), ainsi que sur l’implication du Bureau des longitudes dans les observations du niveau de la mer à Brest depuis 300 ans (Nicolas Pouvreau). Nous avons ainsi pu élargir l’éventail de compétences du Bureau des longitudes et en particulier établir des relations avec le Service hydrographique et océanographique de la Marine qui contient dans ses archives plus de 200.000 documents papiers remontant, pour les plus anciens, au début du 19e siècle. Actuellement, le SHOM s’oriente aussi vers la diffusion en open data de l’ensemble de cette collection, ce qui fournira, prochainement, une voie de valorisation des procès-verbaux du Bureau des longitudes. Il est clair en effet que les données recueillies au cours des expéditions soutenues par le Bureau des longitudes, constituent aujourd’hui un précieux outil scientifique pour des sujets d’étude de longue durée, tels que le changement climatique ou l’évolution du littoral. Il est aussi clair, pour les membres de notre recherche, que l’analyse des données anciennes utiles pour la compréhension du changement climatique, par exemple, ne pourra se faire que par une équipe pluridisciplinaire et qui comporte, notamment, dans son sein des historiens.

Liens avec la formation
On signalera notamment :
– L’encadrement du Master d’Anne Hoff, étudiante de master à distance (« logique, épistémologie et histoire des sciences » – Madhelis), par Martina Schiavon. Anne Hoff travaille actuellement sur le groupe d’« anciens navigateurs » membres du Bureau des longitudes : Borda, Fleurieu, Rosily-Mesros, Rossel, Roussin, Baudin. Son étude d’une population d’acteurs du Bureau comportera en particulier la préparation d’une base de données de ces membres qui permettra d’une part de faire le lien entre leur parcours et leur affectation au Bureau des longitudes et, d’autre part, de mieux étudier l’évolution dans la professionnalisation de ces marins. La particularité de cette étude est de croiser les archives personnelles de ces acteurs (conservées principalement aux Archives de l’Académie des sciences, au Service historique de la Défense et aux Archives nationales) avec les procès-verbaux du Bureau des longitudes. Cette étude constituera le fondement pour une exposition virtuelle sur les anciens marins et qui sera mise en ligne sur le site dédié.

– Le travail de thèse de Frédéric Soulu, étudiant au Centre François Viète, dirigé par Guy Boistel et avec le soutien d’un comité de pilotage de thèse composé par Martina Schiavon, Sylvie Thénault et Stéphane Tirard. La thèse de Soulu porte sur le «Développement de l’astronomie française en Algérie : astronomie de province ou astronomie coloniale ?» et un de ses volets comporte les relations entre l’Observatoire d’Alger et le Bureau des longitudes.

Conclusion

L’opération MSHL BDL/1795-1932, se fixait trois objectifs :
– bâtir l’ossature d’une étude sur la longue durée du Bureau des longitudes à partir du corpus numérisé et constitué de l’ensemble de ses procès-verbaux des séances sur la période 1795-1932 ;
– étudier les différents types de savoirs produit par le Bureau des Longitudes au cours de son histoire (des savoirs théoriques et expérimentaux, mais aussi des rapports d’expéditions, des instruments, des cartes, des dispositifs techniques innovants, des livres et des journaux spécialisés, etc.) ;
– ouvrir les résultats de ces recherches sur un site web dédié.
Sur ces trois objectifs, nous n’avons pu atteindre que le premier qui figure dans le pré-projet ANR déposé en octobre 2015. Du deuxième, concernant les savoirs produits par le Bureau des longitudes, nous n’avons pu faire qu’une cartographie de ce qui a été fait et envisager ce qui reste à faire. Le troisième, pour le moment, n’a pas pu être atteint complètement.

Résultats obtenus :

Publications

L’opération BDL/1795-1932 a permis de financer l’édition de deux ouvrages :
Pour une histoire du Bureau des longitudes, sous la direction de Martina Schiavon et Laurent Rollet, à paraître en 2016 (PUN-éditions universitaires de Lorraine, Collection Histoire des institutions scientifiques). Issu des deux rencontres de 2013 et 2014, le propos de cet ouvrage est de faire le point sur notre connaissance du Bureau des longitudes et de proposer de nouvelles pistes d’étude qui restent à explorer.

Les procès-verbaux du Bureau des longitudes (1855-1932), Martina Schiavon & Laurent Rollet (dir.), à paraître en 2017 chez PUN-éditions universitaires de Lorraine, contiendra notamment de transcriptions des procès-verbaux pour la période post-1854.

Signalons également ces ouvrages et publications édités par des membres du projet et en relation avec les recherches réalisées dans le cadre de l’opération :

– Martina Schiavon, Itinéraires de la précision. Géodésiens, artilleurs, savants et fabricants d’instruments de précision en France, 1870-1930, PUN-éditions universitaires de Lorraine, 2014.
– Boistel Guy, Le Lay Colette, Le Gars Stéphane (éds.), Hervé Faye (1814-1902) ou l’art de la rupture, Revue de la SABIX, n°55, École Polytechnique, septembre 2014
Richard Dunn and Rebekah Higgitt (dir.), Navigational enterprises in Europe and its Empires, 1730-1850, Palgrave-MacMillan, 2015.
– Boistel, Guy, Pour la Gloire de M. de la Lande : une histoire humaine et scientifique de la Connaissance des temps, 1678-1914, à paraître (édité par l’IMCCE).

Sélection des publications :
– Fernando B., Figueiredo, Astronomical and Nautical Ephemerides in late 18th Century Portugal, in Pour une histoire du Bureau des longitudes, sous la direction de Martina Schiavon et Laurent Rollet, à paraître en 2016.
– Boistel Guy : Hervé Faye et Ernest Mouchez, ou l’astronomie française entre science et politique à la fin du XIXe siècle, in : Boistel Guy, Le Lay Colette, Le Gars Stéphane (éds.), « Hervé Faye (1814-1902) ou l’art de la rupture, Revue de la SABIX, n°55, École Polytechnique, septembre 2014, p. 81-92.
– Boistel, Guy, Un bréviaire pour les astronomes et les navigateurs ? Les éphémérides de la Connaissance des Temps et ses calculateurs, de Lalande à Loewy, 1776-1905, Archives Internationales d’histoire des sciences, 64/172-173, 463-480.
– Boistel Guy, From Lacaille to Lalande : French Work on Lunar Distances, Nautical Ephemerides and Lunar Tables, 1742-1785, in Richard Dunn and Rebekah Higgitt (dir.), Navigational enterprises in Europe and its Empires, 1730-1850, Palgrave-MacMillan, Chapitre 4 , 2015.
– Boistel Guy, Profession calculateur du Bureau des longitudes et de la Connaissance des temps, Pour une histoire du Bureau des longitudes, sous la direction de Martina Schiavon et Laurent Rollet, à paraître en 2016.
– Davids, Karel, Florijn, Van Swinden and the Longitude Committee (1787-1818), in Pour une histoire du Bureau des longitudes, sous la direction de Martina Schiavon et Laurent Rollet, à paraître en 2016.
– Michael Kershaw, A different Kind of Longitude : The Metrology of Location by Geodesy, Navigational enterprises in Europe and its Empires, 1730-1850, Palgrave-MacMillan, Chapitre 8, 2015.
– Michael Kershaw, ‘A thorn in the side of European geodesy’: measuring Paris-Greenwich longitde by electric telegraph, British Journal for the History of Science, 47:637-660, Dec 2014.
– Michael Kershaw, 20th century longitude: when Greenwich moved (forthcoming).
– Colette Le Lay, L’annuaire du Bureau des Longitudes et la diffusion scientifique : enjeux et controverses (1795-1870, Romantisme, n°166, 2014/4, pp. 21-31.
– Colette Le Lay, Sur la lune rousse, avec le manuscrit original d’Arago pour l’Annuaire du Bureau des longitudes, Site Bibnum, janvier 2015
– Colette Le Lay, « Les comètes » dans les Leçons de cosmographie d’Hervé Faye (1853), Site Bibnum, février 2015
– Colette Le Lay « Du côté des lettres (4) : une lettre de Joseph Liouville à Peter Gustave Lejeune Dirichlet (1854) » — Images des Mathématiques, CNRS, 2015.
– Colette Le Lay — « Vie et mort d’un enseignement : la cosmographie (1830-1968) » — Images des Mathématiques, CNRS, 2016.
– Colette Le Lay, « Lalande, Arago et les comètes : utiliser les peurs pour les combattre ?», in Pour une histoire du Bureau des longitudes, sous la direction de Martina Schiavon et Laurent Rollet, à paraître en 2016.
– Suzanne, Débarbat, “L’histoire du Bureau des longitudes vues par ses décrets”, in Pour une histoire du Bureau des longitudes, sous la direction de Martina Schiavon et Laurent Rollet, à paraître en 2016.
– Richard Dunn & Rebekah Higgitt, “The Bureau and the Board : change and collaboration in the final decades of the British Board of Longitude”, in Pour une histoire du Bureau des longitudes, sous la direction de Martina Schiavon et Laurent Rollet, à paraître en 2016.
– Jean-Marie Feurtet, “Une lente mise en orbite : l’observatoire de Marseille et le Bureau des longitudes (1795-1822) », in Pour une histoire du Bureau des longitudes, sous la direction de Martina Schiavon et Laurent Rollet, à paraître en 2016.
– Nicolas Pouvreau, « Mesures du niveau de la mer à Brest ou l’observatoire méconnu du Bureau des longitudes (première moitié du 19e siècle) », in Pour une histoire du Bureau des longitudes, sous la direction de Martina Schiavon et Laurent Rollet, à paraître en 2016.
– Frédérique Rémy, “Le Bureau des longitudes et les glaces polaires”, in Pour une histoire du Bureau des longitudes, sous la direction de Martina Schiavon et Laurent Rollet, à paraître en 2016.
– Laurent Rollet, Portrait of Henri Poincaré as a Young Philosopher: the Formative Years (1860-1873), in De Paz Maria & DiSalle Robert (Ed.), Poincaré, Philosopher of Science: Problems and Perspectives, Springer, 2014, 3-23.
– Laurent Rollet & Françoise Birck, « La Faculté des sciences de Nancy dans le processus de constitution d’universités régionales (1854-1918) », in El Gammal Jean, Germain Éric & Lormant François (Ed.), L’université à Nancy et en Lorraine : histoire, mémoire et perspectives, Nancy, PUN – Éditions universitaires de Lorraine, 2015, 82-112.
– Laurent Rollet, Philippe Nabonnand & Etienne Bolmont, Les ambitions parisiennes contrariées d’Émile Mathieu (1835-1890), Images des mathématiques, CNRS, 2015
– Laurent Rollet (Ed.), La correspondance de jeunesse d’Henri Poincaré. Les années de formation : de l’École polytechnique à l’École des mines (1873-1878), Berlin, Birkhäuser, 900 pages, à paraître en 2016.
– Laurent Rollet, Françoise Birck, Etienne Bolmont & Jean-René Cussenot (Ed.), Dictionnaire biographique des enseignants de la Faculté des sciences de Nancy (1854-1918), Nancy, PUN-Edtions universitaires de Lorraine, 700 pages, à paraître en 2016.
– Simon Schaffer, ‘Swedenborg’s lunars’, Annals of science 71 (2014), 2-26.
– Simon Schaffer, ‘Chronometers, charts, charisma: on histories of longitude’, Science Museum Group Journal, 2 (2014).
– Martina Schiavon, « Hervé Faye (1814-1902) », in Etienne Belmont et Laurent Rollet. Dictionnaire biographique des enseignants de la Faculté des sciences de Nancy (1854-1918), PUN – Editions universitaires de Lorraine, 2016, Collection Histoire des institutions scientifiques (à paraître).
– Martina Schiavon, ‘‘The Bureau des longitudes: An Institutional Study’’, Richard Dunn and Rebekah Higgitt (dir.), Navigational enterprises in Europe and its Empires, 1730-1850, Palgrave-MacMillan, Chapitre 5, 2015.
– Martina Schiavon, « Hervé Faye, la géodésie et le Bureau des longitudes », Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque et de l’Histoire de l’école polytechnique, SABIX, 2014, Hervé Faye (1814-1902) ou l’Art de la rupture, pp.42-62.

Perspectives

Un des propos du projet BDL/1795-1932 était de préparer les bases pour une étude de l’histoire du Bureau des longitudes dans la longue durée en s’appuyant sur les procès-verbaux numérisés. Ces documents ainsi que les recherches ponctuelles qu’on a pu réaliser pendant ces deux années de projet au sein de la MSH Lorraine nous ont montré la nécessité de moyens plus importants pour réaliser cette étude ainsi que pour mieux étudier l’action du Bureau des longitudes dans un contexte international. C’est pourquoi, depuis 2013, nous avons déposé deux pré-projets ANR : acceptés en premier instance, ils ont été refusés en deuxième. Cependant, les rapports des évaluateurs nous ont encouragés à retenter une troisième fois. Ainsi, en octobre 2015, Martina Schiavon et Laurent Rollet ont préparé un pré-projet ANR qui porte sur : « Le Bureau des longitudes (1795-1932) : de la Révolution à la Troisième République ». Le projet s’organisera autour d’un partenariat étroit entre les trois institutions suivantes : Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie – Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine), le Bureau des longitudes et la Maison des sciences de l’Homme Lorraine (USR 3261 CNRS / Université de Lorraine). Le choix de privilégier ces trois partenaires est motivé par la relation de continuité directe entre le projet BSN5, les projets MSH et le présent projet ANR. Par conséquent, le projet est porté par trois chercheurs membres de ces trois institutions et engagés de longue date dans des recherches concernant l’histoire du Bureau des longitudes et l’histoire des institutions scientifiques :
Nicole Capitaine, astronome émérite de l’Observatoire de Paris, membre du Bureau des longitudes ;
– Martina Schiavon, historienne des sciences et des techniques, maître de conférences à l’Université de Lorraine
– Laurent Rollet, historien des institutions scientifiques, maître de conférences à l’Université de Lorraine.
Le travail d’étude et de recherche projeté permettra de comprendre, par exemple, comment les savoirs du Bureau des longitudes prennent corps et se diffusent au sein d’une société et d’une communauté de scientifiques, d’ingénieurs, d’artilleurs et des marins aussi bien à une échelle nationale qu’internationale.

Par ailleurs, il est maintenant indispensable de valoriser le site web dédié par des études et des expositions thématiques, afin de proposer une réflexion sur les influences réciproques entre la science et les transformations sociétales, pratiques, économiques, culturelles et politiques. Cette recherche se fera en tenant compte de la place internationale occupée par cette institution scientifique dans une double perspective : une perspective d’histoire des sciences et des techniques centrée sur la reconstitution des processus et des pratiques de fabrication des savoirs ; une perspective d’histoire sociale des sciences et des techniques qui s’attache à identifier des phénomènes contingents des acteurs et des réseaux d’acteurs dans une institution fortement déterminée par le politique, des systèmes de sociabilité et d’échange ainsi que des enjeux sociaux, politiques et socio-économiques associés à son fonctionnement et à son évolution. Pour les fonds étrangers, il faudra explorer les minutes du Board of Longitude (1714-1828), les archives des membres du Board of Longitude (Nevil Maskelyne, John Pond, Georges Biddell Airy, etc.), les manuscrits du National Maritime Museum, etc. dont une bonne partie est déjà disponible sur le web. Il faudra également consulter, pour certains sujets, les imprimés de l’époque, notamment le Rapport annuel sur l’état de l’Observatoire de Paris, le Bulletin astronomique, sans oublier, pour le cas anglais, le Nautical Almanac and Astronomical Ephemeris, la presse quotidienne ainsi que certains fonds d’archives allemands, hollandais, nord-américains et portugais.

Indicateurs

– Équipes lorraines et françaises engagées : 10
– Équipes étrangères engagées : 6
– Nombre de chercheurs (Equivalent Temps Plein) impliqués : 3
– Nombre de doctorants engagés dans le projet : 1
– Publications significatives : 4
– Séminaires, journées d’études et colloques organisés dans le cadre du projet : 2

– Communications dans des colloques et retombées en termes d’internationalisation :

– Guy Boistel, colloque « Astronomie et Lumière », ATRST/DGRST d’Algérie, Bibliothèque
Nationale d’Algérie, 21-22 décembre 2015. Sujet de l’intervention ; « Le rôle de l’observatoire du Bureau des longitudes dans la préparation scientifique des missions d’exploration du Sahara, 1875-1902 ». Publication des actes prévue en 2016.
– Guy Boistel, Participation comme historien référent à la valorisation des collections de la Connaissance des temps et de l’Annuaire de l’IMCCE, par l’IMCCE. Projet en cours de structuration.
– Guy Boistel, Colette Le Lay, « Journée d’étude Hervé Faye ou l’art de la rupture », 26 septembre 2012, Nantes. Co-organisation et communications.
– Colette Le Lay, Conférence au séminaire du Centre François Viète : « Joseph Liouville (1809-1882) et le Bureau des longitudes”, 3 novembre 2015.
– Simon Schaffer “Newton et les Longitudes”, Maison des Sciences de l’Homme Lorraine, Nancy, November 12, 2013.
– Simon Schaffer “Réseaux Globaux et la Circulation des Dispositifs Scientifiques”, Centre Alexandre Koyré, EHESS, Paris, March 25, 2014.
– Simon Schaffer “La Numérisation des Archives”, Bureau des Longitudes, Paris, April 1, 2014.
– Simon Schaffer (conference organizer), “Longitudes Examin’d”, National Maritime Museum, Greenwich, July 25-26, 2014.
– Simon Schaffer “Man is Not Lost: Finding the Longitude with the Cambridge Digital Library”, University of Cambridge Alumni festival, September 26, 2014.
– Simon Schaffer “Longitude and empire”, paper presented at Science and Empire Study Day, National Maritime Museum, 18 October 2014.
– Simon Schaffer “Swedenborg’s Lunars”, Swedenborg Society, 24 January 2015.
– Simon Schaffer “Régimes de savoir et les voyageurs scientifiques au 18e siècle”, Centre Koyré, EHESS, 24 March 2015.
– Simon Schaffer “Digital Longitude”, National Maritime Museum, Greenwich, 23 April 2015.
– Simon Schaffer “La machine à voyager: colonialisme et temporalité”, Conférence on “Les techniques du faire croire”, EHESS, Paris, 29 May 2015.
– Martina Schiavon, Conférence plénière “The French Bureau des longitudes (1795-1932): Historical project, Work in progress”, 7° Encontro Luso-Brasileiro de Historia da Matematica, Oct 2014, Óbidos, Portugal.
– Martina Schiavon, “Poincaré au Bureau des longitudes’’, 7° Encontro Luso-Brasileiro de Historia da Matematica/ Simposio Henri Poincaré, Oct 2014, Obidos, Portugal. 2014.
– Martina Schiavon, “A journal for mariners and mathematician practitioners: The Nautical Almanac and astronomical ephemeris and the Board of Longitude (1767-1828)”, Congrés international de l’European Society for the History of Science, Sep 2014, Lisbonne, Portugal.
– Laurent Rollet, “Les espaces d’enseignement à la Faculté des sciences de Nancy (1854-1918) : chefs de travaux et chargés de cours », Conférence invitée à la journée d’études « L’offre locale d’enseignement scientifique et technique, 19e-20e siècle, approches disciplinaires, Université Paris-Sud, 27 mars 2014.
– Laurent Rollet, “Les enseignants de la Faculté des sciences de Nancy (1854-1918)”, Colloque « L’Université à Nancy et en Lorraine : histoire, mémoire et perspectives », Nancy, Université de Lorraine, 17-18 septembre 2014.
– Laurent Rollet, “Former des ingénieurs pour l’aviation en Lorraine : Une histoire de l’Institut d’aérodynamique et de météorologie de Nancy (1910-1914)”, Colloque « Conflits et progrès scientifiques et techniques en Lorraine à travers les siècles », Metz, Université de Lorraine, 17-18 octobre 2014.
– Laurent Rollet , “Les professeurs de la Faculté des sciences de Nancy au 19e siècle”, Conférence invitée au Séminaire « La prosopographie, objets et méthodes » organisé par les Archives nationales, le LAMOP et le LAHRA, Paris, Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine), 4 mars 2015.

– Autres retombées :
De nouvelles collaborations ont pu être établie : Centre Alexandre Koyré, Universidad nacional autónoma de México, Groupe d’histoire des sciences d’Orsay (Université Paris 11), Laboratoire Paul Painlevé (Université de Lille 1), Institut for Noehellenic Research, Athens, Conservatoire national des arts et métiers (Paris), Université Paris I – Panthéon Sorbonne , Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Matematisch-Physikalischer Salon, Deutsches Museum de Munich, …

– Autres ressources en ligne :
– Site web du projet : prochainement!
– Continental Connexions (by Richard Dunn) :
http://www.rmg.co.uk/discover/behind-the-scenes/blog/continental-connections
– Site du Board of Longitude : http://cudl.lib.cam.ac.uk/collections/longitude


Notes de bas de page :

  1. Jean Marie Feurtet, Le Bureau des longitudes (1795-1932) : de Lalande à Le Verrier, thèse de l’Ecole des Chartres, 2005. []
  2. Ce chiffrage n’a été fait que tout récemment, après réception des images numérisées. []
  3. Voir notamment les articles publiés dans l’ouvrage collectif à paraître Pour une histoire du Bureau des longitudes, édité par Laurent Rollet et Martina Schiavon, et l’article The Bureau des longitudes, An institutional study, de Martina Schiavon – 2015 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *