Constitution d’un groupe de recherche et de veille sur l’apprentissage transfrontalier

Bilan du projet de recherche GREVAT
Ce projet vise à constituer un groupe de recherche pluridisciplinaire de veille et d’échange sur l’apprentissage à partir d’une étude des réformes actuelles de l’apprentissage en transfrontalier. Il conduit à comparer des systèmes de formation professionnelle dans plusieurs pays à partir des réformes actuelles de l’apprentissage ou de l’alternance en Europe, dans différents États (France, Allemagne, Luxembourg, Suisse, Italie).
par Jean-Luc Deshayes, 2L2S (EA 3478) & MSH Lorraine (USR 3261)

Cette pré-opération de recherche1 s’intéresse non seulement aux échelles de décision dans les « espaces-frontières » mais aussi aux frontières public-privé de dispositifs qui mobilisent structures de formation et entreprises, aux frontières de l’emploi (de la qualification à l’employabilité) et aux frontières sociales et de genre (les classes populaires entre accès rapide au travail et norme sociétale d’allongement de la scolarité).

Ce projet a donné lieu à deux évènements principaux, l’un à l’Université Paris Ouest Nanterre, l’autre à Sarrebruck. Le premier a permis à des chercheurs spécialisés dans l’apprentissage et à des connaisseurs de l’apprentissage transfrontalier (entre la Suisse, l’Italie et la France) de présenter leurs objets et méthodes. Le second a réuni des acteurs de la formation professionnelle de la Grande Région afin de dresser un bilan réflexif des pratiques et expériences transfrontalières en cours. L’ensemble doit permettre de déposer un projet de recherche commun et ouvert à de nouveaux chercheurs.

Journée d’étude sur l’apprentissage (PARIS)
Paris Ouest Nanterre, 5 Octobre 2015 :
Organisée par la MSH lorraine, l’IES et l’ IDHES à l’Université Paris X Nanterre

Les interventions ont permis à chacun des chercheurs de présenter ses terrains, ses méthodes, ses grilles d’analyse et ses principaux résultats et à l’ensemble des participants de réfléchir à une recherche sur l’apprentissage transfrontalier.

Programme de la journée et interventions
– Introduction : Jean-Luc Deshayes (projet GREVAT- MSH Lorraine), Maël Dif-Pradalier (recherche comparative France-Italie-Suisse)
– Maël Dif-Pradalier (Chercheur avancé du Fonds national suisse de la recherche scientifique) et Samuel Zarka (CNAM)
– Aurélien Casta, Chercheur associé à l’IDHES (Université Paris Ouest Nanterre) et au CLERSE (Université de Lille)
– Gilles Moreau, Professeur de sociologie, Université de Poitiers, GRESCO
– Nadia Lamamra (IFFP Suisse, Lausanne), Danuscia Tschudi (chercheuse à la SUPSI, Tessin)
– Andréa Lazzaroni (directeur d’un centre de formation à Varese, Italie et formateur)

Formation professionnelle en contexte transfrontalier: État des lieux, défis, perspectives (SARREBRUCK)
Grenzu berschreitende Berufsausbildung: Bestandsaufnahme, Herausforderungen, Perspektiven
Sarrebrûck, 11 décembre 2015, Universität des Saarlandes
Organisation : UNIGR for Border Studies, Université des Saarlandes, Université de Lorraine, Université de Luxembourg, Technische Universitat de Kaiserslautern, GRETI, MSH Lorraine.

Programme de la journée et interventions

Quelques expériences en matière de formation professionnelle dans le domaine du transfrontalier
Einige praktische Erfahrungen auf dem Gebiet der grenzüberschreitenden Berufsausbildung:

BILAN / BILANZ
– Sylvain Kubler (Université de Lorraine, Responsable apprentissage en transfrontalier Lorraine –Luxembourg)
– Christina Ehrhardt (Möbel Martin, Saarland), Birgit Gerber-Schmidt (Globus, Saarland)
– Julia Frisch, Sophia Dorka (Universität des Saarlandes,Interkulturelle Kommunikation)

LIMITES ET OBSTACLES / GRENZEN UND HINDERNISSE
Les limites – les obstacles de la formation professionnelle en transfrontalier et comment les dépasser?
Grenzen und Hindernisse der grenzüberschreitenden Berufsausbildung: Wie kann man sie überwinden?
– Marc Carlier (Centre de compétences de la Logistique de LIEGE en Province de Luxembourg, FOREM, Belgique)
– Alexandra Schwarz (Verbundausbildung Untere Saar (VAUS)/ Centre d’aide à la mobilité transfrontalière dans la formation professionnelle et technologique (CAMT), Saarland)
– Ines Funk, Rachid Belkacem, Isabelle Pigeron-Piroth (Saarland, Lorraine, Luxembourg)

LES BESOINS / DESIDERATA
La formation professionnelle : un enjeu territorial – Les besoins en matière de formation professionnelle en transfrontalier pour quels emplois de demain? Quels secteurs économiques?
Die Berufsausbildung: eine territoriale Herausforderung–Welche Bedürfnisse auf dem Gebiet der grenzüberschreitenden: Berufsausbildung für die Beschäftigungsverhältnisse von morgen? Welche Wirtschaftszweige?
Iris Hoffelt (Chambre de commerce de Luxembourg)
– Colette Hasser (Coordinatrice Formation Professionnelle transfrontalière, Conseil Régional Lorraine)
– Anne Funk (Ministerium für Finanzen und Europa, Saarland)
– Torben Anschau (isme.V. Institut für sozialpädagogische Forschung Mainz

Les principaux enseignements de ces deux journées*

1  Des tendances communes France/Italie/Suisse ans l’évolution de l’apprentissage
2  Des précautions de recherche et des questionnements intéressants à développer en transfrontalier à partir des recherches menées en France
3 Des questionnements suisses en transfrontalier à partir des recherches menées en Suisse
4 La construction de modalités d’apprentissage en transfrontalier entre la Sarre et la Lorraine dont les premières traductions ont démarré en 2015 est un analyseur privilégié.
5 L’analyse des difficultés du développement de l’apprentissage transfrontalier à l’IUT de Longwy permet de mieux cerner les enjeux.

*Le rapport complet sera prochainement publié.

  1. Des tendances communes France/Italie/Suisse ans l’évolution de l’apprentissage

Maël Dif-Pradalier (FNS, SUPSI), Samuel Zarka (CNAM)
L’apprentissage en France, Suisse et Italie: quelle(s) évolution(s)?
• En France comme dans d’autres pays européens (par exemple l’Italie), l’apprentissage est présenté comme un moyen de résorber le chômage des jeunes.
• Des politiques de promotion de l’apprentissage sont développées dans ces pays, depuis les années 1980-90.
• Des convergences sont observées :
– couplage formation initiale par apprentissage et formation tout au long de la vie
– l’apprentissage au service de l’employabilité
– financements publics directs et indirects en augmentation
• Des problèmes communs se posent :
– dépendance au contexte économique
– « mesures de transition »
• Des divergences demeurent :
– L’héritage institutionnel de chaque pays/région détermine des évolutions différenciées des pratiques de formation
L’évolution actuelle de l’apprentissage intègre des traits d’une convention « marchande ». Sur la base du terrain mobilisé (sources directes et indirectes), nous constatons la référence grandissante en France, mais aussi en Italie et en Suisse:
– à la « compétence »
– à l’ « employabilité » (capital humain)
– au « portefeuille de savoirs opérationnels »
– au centre de formation comme « prestataire de service ».

Vers une convention alternante?

vers une convention alternante ?

2. Des  précautions de recherche et des questionnements  intéressants à développer en transfrontalier à partir de recherches menées en France

Gilles Moreau, Professeur de sociologie, Université de Poitiers, GRESCO, propose un bilan de ses recherches sur l’apprentissage (en France) et  réfléchit à  l’intérêt qu’elles présentent  pour une recherche sur l’apprentissage transfrontalier

Comment sociologiser l’apprentissage ?

A- La construction de l’objet
Une entrée par les apprentis (sociographie de la population), en lien avec les politiques publiques, logiques institutionnelles.
Pourquoi cette entrée sociographique :
1 / Les directeurs de CFA (Centre de formation des apprentis)  cherchaient à  disqualifier l’école, à montrer que l’apprentissage attirait des élèves de niveau de plus en plus élevé, mettaient en scène leur capacité d’attraction : ces cas étaient-ils nombreux ? Il y avait peu de données  sur le recrutement social des apprentis. Les codages des milieux sociaux par l’Education  Nationale étaient  mal faits.
2 / Il y a un marché libéral de l’apprentissage.  On ne sait rien de ceux qui sont candidats et qui ne sont pas pris (chiffre noir du taux d’échec à l’entrée dans l’apprentissage, des  caractéristiques de ceux qui essaient d’y entrer et qui ne sont pas pris). J’ai seulement pu repérer dans le suivi de cohorte des données sur les le taux d’échec à la poursuite d’apprentissage (20-25%).
3 / D’autres aspects sont peu connus : les conditions de travail peu mesurées, l’analyse des conditions de recherche par le maître d’apprentissage etc…

B Les difficultés d’analyse
1/Politico-sociales :
– Pression institutionnelle à montrer la bonne insertion des apprentis
– Confrontation à la souffrance de ceux qui ne trouvent pas de travail : « aidez- moi, vous chercheur,  à trouver du travail »
Risque d’instrumentalisation  du chercheur par le patronat, les syndicats, y compris la FSU

2/Statistiques : les catégories endogènes
– Exemple : les Régions mettent en place une catégorie dans les années 90 leur propre nomenclature (pas d’Etat) : GFE, formation-emploi,  adéquationniste. Les Pays de la Loire voulaient qu’elle soit utilisée.
– Selon les directeurs de CFA, des métiers spécifiques échapperaient à des résultats  trop globalisants et trop pessimistes (sur les taux de rupture ou taux d’insertion).  Gilles Moreau préfère dire que le statut d’apprenti prime par rapport aux différences sectorielles et aux  cultures de métier, quitte à revenir à une approche sectorielle plus récemment (bâtiment, automobile) et  même si l’hypothèse de spécificité contenue dans cette position d’analyse reste discutable (voir « Le monde des apprentis »).
– Sur le vocabulaire : exemple dans un livre sur les apprentis dans les années 60  on appelait apprentis à la fois les élèves de CET (écoles professionnelles) et ceux qui faisaient leur apprentissage chez les maîtres d’apprentissage. Au fur et à mesure de la progression de la scolarisation, les premiers sont devenus des élèves, pas les seconds qui sont devenus restés apprentis. D’où une distinction, apprentissages salariés et scolarisés mais en gardent  le mot apprentissage pour souligner ce qu’il y a de commun : ils apprennent un métier, ils passent les mêmes diplômes. Je voulais garder le mot apprentissage : comment les penser ensemble contre les découpages institutionnels?  alors que leurs statuts sont différents (salariés, scolaires).
– Problème  aussi sur les statistiques des ministères de l’Education Nationale (hors apprentis) et du travail  (gère les contrats d’apprentissage): élèves et apprentis sont  distingués selon qu’il s’agit de formation initiale ou non. Les deux espaces ne sont pas pensés ensemble (repris au niveau des régions) alors qu’ils devraient l’être.
– 2005 (tardif) : Je comprends qu’il faut sortir les apprentis  de l’apprentissage pour  mieux comprendre l’apprentissage sinon on reste prisonnier des catégories statistiques et institutionnelles, ce qui m’a permis de nommer mon objet de recherche : « la formation professionnelle initiale des futurs ouvriers et des futurs employés ».
– Il faut non seulement garder dans le champ les élèves des Lycées Professionnels et les apprentis, mais aussi  étudier le rapport des apprentis salariés avec un ensemble de champs
– les publics des 80% au bac, décidé en 87 deux ans après 85
– le rapport aux autres dispositifs d’alternance (ex CFP de qualification, de professionnalisation, ex 92 revalorisation du salaire minimum des apprentis,
– et  penser les apprentis par rapport à l’ensemble de la jeunesse, pas seulement formation, travail).

3.  Des questionnements à développer en transfrontalier à partir de recherches menées en Suisse

Nadia Lamamra (IFFP Suisse, Lausanne)
Ce que nos recherches sur l’apprentissage permettent de questionner.
Elles ont mobilisé de nombreuses méthodes : analyse qualitative à base d’entretiens, analyses longitudinales, analyse secondaire des données, analyse documentaire, observation, analyse sémantique.

1 Toutes ces recherches conduisent à  l’analyse  d’un processus long  de transition école-travail (qu’une demande ou injonction politique invite à saisir) avec plusieurs seuils de transition :
-transition 1 fin de scolarité obligatoire, entrée en Formation Professionnelle ;
– transition 2 soit fin Formation Professionnelle  –entrée sur le marché du travail et insertion professionnelle, soit fin formation professionnelles-  entrée dans tertiaire ou supérieur.
Il y a complexification et allongement de cette période, les ruptures d’apprentissage sont un élément des difficultés de la transition école-travail et pas un phénomène en soi

2 La question de la santé au travail et de la souffrance est venue en cours de recherche ainsi que les stratégies des jeunes  face à la souffrance (de la souffrance qui conduit à un arrêt à ses conséquences après). Cette analyse s’inspire des travaux de Christophe Dejours en psycho-dynamique du travail et révèle les  changements dans le monde du travail.

3 En Suisse, on parle peu d’insertion, on met l’accent sur la transition (école-travail) avec des mesures ad hoc. Or, questionner l’insertion professionnelle, comme nous le faisons  permet de déconstruire le discours du modèle dual comme mobilité douce d’intégration vers le marché du travail, modèle présenté en Suisse  comme idéal. Ce n’est pas si doux que ça. Ce n’est pas qu’une transition aménagée.

4 Dans la Formation Professionnelle, se jouent des socialisations professionnelles :
– une socialisation au métier (langage, trucs, gestes techniques)
– une socialisation au travail  (au statut de salarié, on y apprend  la, hiérarchie, l’organisation du travail,  la division du travail, le respect des horaires,  et ainsi la violence de l’apprentissage des normes)
– mais il y a aussi  la transition comme moment d’apprentissage spécifique, espace  d’une socialisation propre, celle de l’emploi précaire, des nouvelles logiques fractionnées de l’emploi des jeunes, de la  flexibilité avec  des périodes de stage  de rien, de formation, de petits jobs.

5 Il y a une  tension structurelle entre produire et former (les apprentis sont des élèves et pas tout à fait des professionnels mais un peu). On retrouve cette tension chez les formateurs : dans les PME, peu de temps à consacrer aux apprentis, contradiction entre logique productive et temps de formation.

6 La Formation Professionnelle comme fabrique du genre. Elle produit du masculin et du féminin au travail. Dans le statut d’apprenti, la  division sexuelle du travail est présente.

7 La question des réseaux, liens forts et liens faibles, Granoveter, opportunité de construire des réseaux professionnels avec les employeurs, collègues de cours comme ressources (étude des tuteurs).

8 La question des filières : ex la création de l’AFP, filière de régulation du marché du travail, qualification à moindre coût, a été étudiée.

Conclusion : la question de l’apprentissage transfrontalier
Ne faut-il pas élargir la notion pas seulement aux franchissements de frontières mas au développement de la FP en dehors des frontières ?
Exemples : succursales suisses qui créent des apprentis suisses dans les pays concernés, Erasmus, pour bons apprentis suisses à qui on donne la  possibilité d’aller ailleurs, volonté d’ exportation du « miracle helvétique »,  avec Formation Professionnelle à la suisse.

4. La construction d’un apprentissage en transfrontalier entre la Sarre et la Lorraine dont les premières traductions ont démarré en 2015 est un analyseur privilégié


– Colette Hasser
, Coordinatrice Formation Professionnelle transfrontalière, Conseil Régional Lorraine)

Coopération Lorraine-Sarre
Deux évolutions importantes, deux vrais « bouleversements »  ces  deux dernières années :
– 4 décembre  2014 : accord cadre Grande  Région sur la Formation Professionnelle (FP) qui fait suite aux travaux du sommet Grande Région ;
– Début 2013 : une coopération construite conjointement par la Sarre et la Lorraine sur la FP transfrontalière se développe surtout  mais pas seulement sur l’apprentissage et  inspirée  largement  de l’expérience du Rhin Supérieur. Elle conduit à la  signature d’un  Accord stratégique  Sarre-Lorraine le 20 Juin  2014. Il définit une volonté commune de développer la  Formation Professionnelle Transfrontalière  dans l’apprentissage  ainsi que  des actions en matière sanitaire et sociale, de formation continue des Demandeurs d’Emploi et de stages pour les lycéens. Une première convention  sur l’apprentissage transfrontalier, transfert du modèle alsacien est élaborée et un guide rédigé.

A la rentrée 2015, 14 contrats  sont signés, 2 jeunes allemands en Lorraine dans une PME et dans une plus grande entreprise industrielle  et 12 jeunes lorrains en apprentissage dans des entreprises sarroises.

Des discussions avec la Rhénanie-Palatinat pour  les jeunes lycéens et les  Demandeurs d’Emploi se poursuivent. La Rhénanie Palatinat a déjà signé un accord sur l’apprentissage avec le Rhin-Supérieur.

Avec le Grand Duché de Luxembourg,  une  convention pour une expérimentation sur l’apprentissage Transfrontalier a été signée  au niveau national entre France et Luxembourg mais les domaines, les métiers ne sont pas encore définis.

Les termes de l’accord sont différents de l’accord Sarre-Lorraine : une possibilité d’apprentissage transfrontalier existe dans un  texte de loi luxembourgeois de 2010. Il ne s’agit pas de créer des formations mais de  mutualiser les moyens et de cofinancer des actions (ex une entreprise luxembourgeoise et une formation en France avec examen à passer selon les règles luxembourgeoises). Il s’agit d’aller chercher des cours ailleurs pour alimenter une formation définie au Luxembourg.

C’est en cela que l’accord est différent de celui de Sarre-Lorraine qui est construit sur l’équilibre économique et la réciprocité. Un jeune français peut faire un  apprentissage dans une entreprise sarroise et une formation dans un CFA lorrain en passant un examen français avec une expérience interculturelle en Allemagne et passer l’examen allemand après une période complémentaire. Un jeune allemand peut suivre le même circuit inversé (entreprise française, formation allemande, examen allemand et complément).

Les besoins collectés,  recensés et traduits par les représentants des entreprises en Allemagne (chambres consulaires) sont en grande partie comparables à la Lorraine. Ils traduisent un   destin économique et historique commun et attestent de la réalité d’un grand marché du travail  transfrontalier. La frontière n’est pas pertinente pour distinguer l’offre de formation. Les besoins de qualification technique, industrielle, commerciale, artisanale sont importants. Il faudra voir dans un deuxième temps le sanitaire et le social.

Quelques leçons et perspectives :

  • Il y a un accord sur une définition commune d’un périmètre pertinent comprenant toute la Sarre et la zone frontalière française. Les métiers sont  surtout ceux de techniciens : BTS
  • Aujourd’hui, il faut encore favoriser la mise en relation interculturelle en mobilisant les partenaires et en relevant les obstacles (ex sécurité sociale). La question des rémunérations différentes dans les conventions n’a pas été un obstacle.
  • Pour la reconnaissance des diplômes et la reconnaissance des qualifications, un jeune obtient d’abord un diplôme de son pays. A lui  de voir s’il il veut plus, c’est-a-dire un diplôme de l’autre pays.
  • Une réflexion basée sur des référentiels de compétences plus que sur des diplômes,  avec un accompagnement pour les différences d’un pays à  l’autre et la  construction d’un module de formation complémentaire éviterait deux examens.
  • Le recrutement des jeunes  fait l’objet d’un suivi commun de pôle emploi et de son équivalent allemand.
  • Une idée de certification des compétences résultant d’une co-construction de parcours en partant du profil du jeune  avec une partie et une reconnaissance à l’étranger semble souhaitable.

– Ines Funk (Université de la Sarre) présente les résultats d’une recherche «  Potentiels et risques d’une formation professionnelle transfrontalière en Sarre »
Elle énumère quelques difficultés : Manque d’intérêt, Langue, Obstacles juridiques, Différence des systèmes de formation, Coût, Accessibilité, Réputation de la formation par alternance. Elle les hiérarchise selon les acteurs :

Entreprises
– Investissement pour l’information et la recherche d’apprentis /stagiaires concernés.
– Obstacles : coût, obstacles juridiques, langue.
– Perception du risque.
Stagiaires/apprentis
– Investissement en Informations
– Reconnaissance, accessibilité, barrière de la langue.
– Lien entre les connaissances en allemand et l’intérêt pour la Sarre.
– Reconnaissent l’importance des connaissances en allemand trop tard dans la scolarité.
– Le risque de choisir un type de formation rare.

Elle précise ensuite les difficultés apparues dans la mise en œuvre de la formation

Entreprises
Un investissement plus élevé en encadrement.
– Temps d’absence, par exemple en raison de cours particuliers.
Apprentis/ stagiaires
– Mauvaise accessibilité des lieux de formation
– Concomitance du changement de système scolaire et d’une formation en langue étrangère.
– Grande importance des limites personnelles.
– Sous-évaluation de la problématique de la langue.
-C’est pour les « pionniers «  que c’est le plus difficile.

Les défis à relever sont donc :
L’ absence d’intérêt et le nombre limité de candidats concernés ou aptes.
Dans quelle mesure s’agit t-il d’une situation gagnant-gagnant pour la Lorraine et la Sarre ? La Lorraine perd-elle ses meilleurs élèves au profit de la Sarre ? Les jeunes Français avec une formation par alternance se vendent-ils en Sarre en dessous de leur valeur ?
Conseil et transmission, fixer le savoir passif et les expériences.
Type de projet, attentes irréalistes ou disproportionnées.

5. Une analyse des difficultés du développement de l’apprentissage transfrontalier à l’IUT de Longwy

Sylvain Kubler, responsable des formations en alternance à l’IUT de Longwy.
Les expériences de formation professionnelle transfrontalière à l’IUT de Longwy

L’IUT de Longwy
Une composante de l’Université de Lorraine (1969) – environ : 600 étudiants
3 départements :
Génie Electrique et informatique industrielle (GEII)
Génie Thermique (GTE)
Gestion des entreprises et des administrations (GEA)
Une situation géographique transfrontalière : à quelques kilomètres du Luxembourg et de la Belgique
Conduit au Diplôme universitaire de technologie (DUT)
En GEA, un DUT en Gestion Comptable et Financière et un DUT en Gestion et Management des Entreprises avec  2 parcours en formation initiale ou en formation par alternance
Possibilité de poursuite d’études en une année en vue de préparer une licence professionnelle : idem suivant 2 parcours en formation initiale mais  aussi en contrat de professionnalisation

Les formations transfrontalières

  • DUT GEA en Alternance en Transfrontalier (2013)
  • Licence professionnelle de gestion comptable (2014)
  • Licence PMO spécialité développement transfrontalier (2001)

Le caractère transfrontalier de ces formations apparaît à 3 niveaux :

  • Au niveau de la conception de ces formations (par des acteurs de part et d’autres des frontières)
  • Ou au niveau de la mise en œuvre (équipe pédagogique et publics d’étudiants transfrontaliers)
  • Ou au niveau de la reconnaissance de la formation (diplômes reconnus de part et d’autres des frontières)

DUT par alternance

  • Préparation en deux ans  sur les métiers de la gestion : des secteurs économiques en développement
  • Signature d’un contrat prévoyant une rémunération basée sur un pourcentage du SMIC et fonction de l’âge) – statut de salarié – rythme de l’alternance (soit 15 jours en entreprise et 15 jours en centre de formation)
  • Ou signature d’un contrat de professionnalisation de deux ans (avec possibilité en cas d’échec de faire une troisième année)
  • Pour intégrer le caractère transfrontalier de la formation : Quel montage institutionnel ?

La problématique à gérer :

  • Relation triangulaire partagée – une entreprise dans un pays, la formation théorique dans un autre pays
  • Pas de cadre réglementaire homogène – pas de définitions communes.
  • Des cultures différentes de part et d’autres et d’autres des frontières
  • La nécessité de trouver des solutions

Une solution trouvée avec les entreprises situées au Luxembourg  et en Belgique : un montage original

Signature d’une convention de formation entre l’IUT, l’entreprise et l’étudiant
+ Etablissement d’un CDD – contrat à durée déterminée unissant l’étudiant à l’entreprise
Coût de la formation à la charge de l’entreprise : 1500€
Rythme de l’alternance : 2 jours en entreprise et 4 jours en cours
2 étudiants concernés (Luxembourg) 2014 – 2015 / 2015 – 2016

Licence professionnelle de gestion comptable
En collaboration avec la chambre des salariés au Luxembourg

  • Une demande explicite de partenariat
  • Ouverture cette année – 2015/2016
  • La formation se déroule en formation continue à Luxembourg en cours du soir ou le samedi
  • 15 étudiants inscrits cette année (des salariés)= 1ère promotion
  • Reconnaissance par un diplôme français de niveau bac +3
  • Ces formations transfrontalières : une fonction d’insertion des étudiants sur le marché transfrontalier du travail

En licence de gestion comptable : 37 diplômés sur 44 étudiants (deux sites : Metz et Longwy) – 74% sont dans la vie active

En licence Petites et Moyennes Organisations – spécialité: développement transfrontalier
19 diplômés sur 21 étudiants – 75% sont dans la vie active

Pour quels apports :

  • La formation transfrontalière par alternance, une réponse aux besoins des étudiants
  • Poursuite des études en apprentissage : bénéficier d’un statut de salarié (disposer d’un salaire)
  • Trouver une entreprise d’accueil au Luxembourg ou en Belgique  (en vue d’une insertion professionnelle)

Quelques données :

  • 40 étudiants chaque année optent pour ce système de l’alternance
  • 13 étudiants par classe

La formation par alternance permet de :

  • Trouver des qualifications spécialisées en Gestion qui sont présentes de l’autre côté des frontières
  • Rajeunir la pyramide des âges dans l’entreprise
  • Connaître les jeunes avant leur éventuelle embauche en contrat plus durable (CDI)
  • Assurer le développement des entreprises et la structuration de certains services de l’entreprise

Mais de nombreuses limites aussi …

CONCLUSIONS PROVISOIRES DU PROJET GREVAT

Perspectives du groupe

  • Monter une opération à la MSH avec d’autres co-financements
  • Continuer à travailler avec les intervenants de la journée franc-suisse-italienne
  • Élargir le groupe au groupe apprentissage du CEREQ (Prisca KERGOAT, Danièle X)
  • Poursuivre le travail au sein de l’UNIGR sur la formation professionnelle transfrontalière Sarre-Lorraine-Luxembourg
  • Ouvrir le groupe à des chercheurs travaillant sur l’apprentissage Alsace-Rhin Supérieur
  • Ouvrir le groupe à des juristes et des historiens

Notes de bas de page :

 

  1. Responsables scientifiques du projet GREVAT (juin-décembre 2015) : Jean-Luc Deshayes, MCF HDR en Sociologie, 2L2S & MSH Lorraine, Université de Lorraine) Maël DIF-PRADALIER, Chercheur avancé, Fonds National Suisse de la recherche scientifique – FNS []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.