Vocabulaire visuel des fêtes en Europe, XVIe-XVIIe siècles

Bilan du projet de recherche 2VFE/16-17
Le but de la pré-opération de recherche  « Vocabulaire visuel des fêtes en Europe, XVIe-XVIIe siècles » a été de concevoir les grandes articulations, en vue d’en effectuer la réalisation, d’un dictionnaire alphabétique des grandes notions qui entrent en jeu dans la compréhension ainsi que les grands réseaux d’images allégoriques les plus souvent déployées et remployées dans les fêtes dynastiques ou religieuses de la première modernité, de manière à identifier un langage et une mémoire iconiques communs à l’Europe de cette période.
L’équipe constituée a rassemblé la bibliographie (sources et critique) et continue la veille bibliographique, a dépouillé une partie des sources, a mis au point la méthodologie des notices, de manière à pouvoir poursuivre sur la lancée d’un projet de recherche au cours duquel la rédaction de cet outil pourra être réalisée.
par Anne-Elisabeth Spica, Écritures (EA 3943) & MSH Lorraine (USR 3261)

  1. Objectifs et enjeux de la recherche menée

Une des manières de concevoir et de comprendre l’unité culturelle européenne, à travers la discordia concors de ses États et de ses différences civilisationnelles ou confessionnelles, repose dans l’identification des lignes de force d’un langage européen de l’image à l’époque moderne, celui des images allégoriques des fêtes, tel qu’il a circulé, en fonction des relations internationales et des grands événements nationaux, pendant les cent cinquante années dans lesquelles s’enracine une large part de notre modernité à l’échelle du Vieux Continent. C’est dans cette perspective qu’est apparue l’intérêt de les rassembler sous la forme d’un Vocabulaire visuel, de manière à les rendre enfin accessibles et lisibles clairement à tous, en associant des chercheurs en LSH d’horizons convergents : histoire, histoire de l’art, arts du spectacle, langues vivantes, lettres modernes, sans oublier les lettres classiques (nombre de ces documents sont écrits ou légendés en latin).

Il n’était pas question de proposer une base de données de ces images, qu’il s’agisse des milliers d’estampes sous forme de feuilles volantes ou de tableaux, et des milliers de relations de fêtes. Les grandes bibliothèques patrimoniales à l’échelle de l’Europe ont déjà numérisé une bonne quantité de ces fonds et il était d’autant plus inutile de répliquer les numérisations pour lesquelles il aurait fallu acquitter des sommes considérables en termes de droits de reproduction, sans apporter quoi que ce soit de plus à la communauté. Il n’était pas non plus question de proposer une série de livres collectifs sur tel ensemble de fêtes ou tel espace (ville, pays…) : ces deux dernières décennies, plusieurs collectifs ont déblayé largement le terrain, soit pour proposer un survol européen (Spectaculum europeaeum, theatre and spectacle in Europe, Histoires du spectacle en Europe (1580-1750), dir. P. Béhar et H. Watanabe O’Kelly), soit pour tel pays : on pourra songer aux répertoires de M. Fagiolo pour l’Italie.

En revanche, l’analyse des données et les grandes lignes de compréhension de ces documents polyvalents sous la forme d’un livre de synthèse qui met l’accent non pas sur le perçu, mais sur la connaissance de la circulation des idées, des images et de la mémoire commune à la fin de la Renaissance et au début du XVIIe siècle, ainsi que les tensions et les non-dits de ce discours visuel, reste à faire. En effet, c’est offrir un point de vue documenté historiquement pour envisager une part au moins de l’inconscient des images de mémoire contemporaines.

L’objectif a été de se donner les moyens de construire un réseau de références facile à manier, à destination des étudiants, chercheurs, professionnels du tourisme et amateurs en histoire de l’art, arts du spectacle, littérature et histoire de la première modernité et de proposer un outil d’aide à la lecture des images de mémoire qui profilent une Europe moderne (L’adjectif est entendu dans son acception périodisante, de la Renaissance à la fin de l’Ancien Régime) ; il s’agit à terme de fournir un guide de déchiffrage aussi fiable que possible de ces discours mémoriels d’éloquence muette très complexes et de leurs ouvrages d’escorte, dont il n’existe pas à ce jour de catalogue complet, et d’aider le lecteur à s’orienter dans les méandres d’une bibliographie secondaire particulièrement abondante du fait de la diversité des disciplines qui croisent ce domaine.

L’objectif corollaire, de ce fait, a été de démontrer la fertilité des trans- et pluri-disciplinarités, quand l’objet d’étude est lui-même à la croisée de plusieurs disciplines et que la méthode choisie (iconologie pour une philologie de l’image et visual studies) se doit d’aller puiser confirmation et validation des hypothèses dans les sources et les disciplines voisines, en raison du fait que l’image, si elle peut être un langage, n’est pas une langue : elle demande donc, pour être « lue », interprétée et « entendue » dans ses multiples résonances, les apports de points de vue divers, forgés dans diverses disciplines.

Enfin, il s’agissait de promouvoir l’idée que ces documents patrimoniaux encore méconnus  constituent en effet un vecteur essentiel de la valorisation d’un patrimoine pluriséculaire à fort rayonnement encore aujourd’hui, et c’est pourquoi la journée d’étude conclusive de ce pré-projet, en octobre 2014 (publiée en 2015, voir infra), a porté spécifiquement sur la Région Lorraine, riche à ce titre d’un passé remarquable. Cette manifestation a été l’occasion de mettre en valeur, d’une façon très claire, à quel point cet espace géographique avait été, dans cette période chronologique précise, un lieu d’échanges tout à fait exceptionnel, qu’il vaudra la peine d’éclairer plus encore s’il est donné à ce pré-projet la possibilité de se développer en projet.

2. Calendrier, méthodologie et évolution du projet

Les préconisations de méthode ont été fixées lors de la première réunion de l’équipe à Metz en janvier 2014, à l’occasion d’un séminaire adossé au centre de recherche du porteur de projet (Ecritures). Dans la mesure où l’équipe s’est composée de chercheurs lorrains, parisiens, normands et belges, il a été décidé d’une alternance des lieux de réunion entre Metz et Paris (INHA).

Il s’est d’abord agi de définir un empan géographique cohérent, en fonction d’une diachronie cohérente, celle de la première modernité (1500-1680) : en l’occurrence, l’espace-charnière souvent appelé la Dorsale catholique de l’Europe, et particulièrement les manifestations festives aussi bien profanes que sacrées dans les villes et régions suivantes, qui témoignent d’un passé extrêmement riche et inventif : Rome, Florence, Savoie, France, Lorraine, Allemagne du Sud, Flandre du Sud.

Dans le même temps, il s’est agi de collecter systématiquement, à travers les catalogues de bibliothèques patrimoniales (en ligne ou papier) ainsi que les ouvrages secondaires, une bibliographie aussi exhaustive que possible tant des sources que de la littérature critique. Cette collecte, qui permettait d’identifier les titres les plus pertinents (les « indispensables » du champ de recherche) a été l’occasion de constituer un fonds documentaire de références ciblé et dynamique, à disposition de l’équipe dans les locaux messins, qui a été et sera fort utile pour continuer le travail.

Enfin, les dépouillements ont été répartis par secteurs géographiques. Il fallait en effet que le travail soit réparti de manière à ce que les membres du projet, relevant d’institutions éloignées les unes des autres, puisse avancer seuls ou en petits groupes ; trois rencontres dans l’année ont été programmées (janvier, mai, octobre 2014) pour croiser les résultats et confronter les lignes convergentes ou de divergence, afin de préciser le contenu des notices envisagées.

Ensuite, dans un premier temps d’arpentage méthodique des documents, associé à la poursuite de la très vaste bibliographie secondaire, l’équipe s’est attachée aux combinaisons allégoriques, dans la mesure où l’imaginaire de la première modernité privilégie en termes d’images parlantes la déclinaison symbolique des représentations non référentielles, sur le modèle des hiéroglyphiques humanistes. Ce faisant, charge était donnée à chacun de tester trois modèles d’organisation des notices, pour déterminer l’agencement formel des éléments qui doivent apparaître, en particulier l’usage de l’illustration visuelle et de la bibliographie, le nombre d’exemples, les types de renvois, ainsi que les longueurs approximatives selon les types d’entrées.

Lors de la deuxième réunion, en mai 2014 à Paris, et première confrontation des résultats obtenus par chacun sur son corpus, est alors apparu le fait que la collecte était d’une infinie richesse, bien plus que soupçonné au départ, offrant des même des combinaisons inédites par rapport aux dictionnaires allégoriques, mythologiques et hiéroglyphiques composés à la même période (ainsi ceux de Pierius, Conti, Ripa, Ricci, Picinelli, pour ne citer que les plus connus). Cette prolifération, cependant, obéissait à des impératifs précis de visualité et de discursivité politique ou dynastique que seule la confrontation des résultats collectés, zone par zone a permis de mettre au jour de façon flagrante.

Dans ces conditions, il a paru nécessaire de réorienter le projet, pour lui donner plus de pertinence et d’efficacité encore, en adoptant un point de vue plus surplombant : non pas repérer et élucider dans leurs variations et leurs remplois les 200 principaux motifs allégoriques qui circulent dans l’imaginaire politique européen (« politique », y compris au sens où le pouvoir spirituel a, entre Réforme et Contre Réforme, une forte incidence géopolitique et stratégique), car cela aurait revenu, finalement, à réécrire en les synthétisant ces mêmes dictionnaires. Or ceux-ci, malgré l’obstacle de la langue latine vite franchi toutefois par les chercheurs intéressés qui dans l’état actuel ne peuvent faire l’économie d’une bonne pratique de cette langue (au moins pour les 10 ans à venir ?), sont facilement accessibles dans les principaux fonds patrimoniaux. Mais cibler les différents outils intellectuels et matériels mis en œuvre pour déployer le discours, la visibilité rhétorique de ces chaînes de messages à l’intérieur desquelles se déploie le lexique symbolique dans la seule manifestation de la fête, ou en d’autres termes ces 200 images desquelles l’équipe était partie.

Il s’est alors agi de tester concrètement cette réorientation. Plusieurs futures entrées possibles (une allégorie, un matériau, un dispositif visuel, un élément de réception) ont été réparties entre les membres de l’équipe, à rédiger tout en continuant le très large travail de dépouillement, de manière à croiser aussi bien les éléments apparents – ce lexique et ses concrétisations dans l’événement ou dans la relation – et les éléments immatériels déterminant l’interprétation ou la sous-tendant ; ce changement d’orientation impliquait, évidemment, de réduire considérablement le nombre d’entrées, d’étoffer en revanche la rédaction des notices conservées et du coup d’effectuer un travail de sélection et de répartition, d’abord individuellement ou en petits groupes selon la localisation académique des membres de l’équipe, puis dans la confrontation des résultats obtenus séparément.

Cette confrontation a été l’objet de la dernière réunion, qui s’est tenue le lendemain de la journée d’étude conclusive le 18 octobre 2014 ; cette réunion a été aussi l’occasion d’élargir l’équipe du pré-projet, en vue de passer au dépôt du projet, aux porteurs liégeois et lovanien du projet Belspo avec lequel il est apparu que celui-ci entrait le plus en résonance : La société du spectacle – La fête baroque entre Italie et Anciens Pays-Bas (1585-1685), recentrée finalement sur les fêtes organisées par les jésuites en Italie et en Flandre du sud. Une coopération scientifique est décidée, qui pourra se développer dès lors que ce pré-projet pourra déboucher sur le projet à proprement parler prévu à la suite, de manière à rendre les deux entreprises parfaitement complémentaires : d’une part, l’offre d’une aide à la rédaction des notices (deux chercheurs et deux doctorants du projet Belspo rejoindront l’équipe 2VFE 16/17), ainsi que l’apport d’une série d’études de cas, en particulier le très riche matériau mis au jour par La Société du spectacle, constitué par un ensemble de relations manuscrites) ; d’autre part, la prise en compte dans le Vocabulaire des difficultés de méthode et d’appréhension du lexique latin des fêtes, de manière à rendre ce dernier outil encore plus opératoire.

Enfin, une dernière réunion en mai 2015, à Paris, élargie aux nouveaux collègues historiens et historiens de l’art belges, a été l’occasion de tester une série d’autres notions à partir de la rédaction-martyr de notices, et de fixer définitivement la liste des notions et la présentation des notices ; les derniers doublons ont été éliminés et les éléments nécessaires à l’intelligence des fêtes, mais qui ne pouvaient plus faire l’objet d’une entrée distincte, ont été répartis dans les notices identifiées.

3. Résultats, apports et perspectives

Ce sont donc cinquante entrées qui ont été retenues au fur et à mesure de la moisson des dépouillements, en fonction du corpus assigné à chacun et mis en commun lors des réunions de l’équipe, qui feront l’objet d’une notice assez longue chacune, regroupant d’autres lexies secondaires à leur tour reprises par un index nourri en fin de volume, de manière à multiplier les lectures et les possibilités d’information. Ces entrées comprennent à la fois les grandes constellations symboliques, qu’il n’était pas question d’abandonner car il reste indispensable de les identifier vite et facilement ; les artefacts dans leur complexité (un « feu d’artifice » n’a rien à voir avec ce que nous entendons maintenant par ce terme) ou dans leur matérialité, l’arrière-plan culturel des concepteurs ou l’histoire des lieux (les images des fêtes lorraines, en apparence anodines ou suffisamment étranges pour sembler un pur produit d’une imagination débridée ne peuvent se comprendre hors du rapprochement avec la symbolique festive de la cour de France au même moment), les conditions du spectacle (lorsqu’on tire une « boîte » – sorte de feu d’artifice –, la combustion des poudres ne permet pas du tout de voir ce que rapporte la relation…) qui, à leur tour, imposent de prendre en compte des dispositifs cognitifs (comment lit-on une allégorie ? Comment compose-t-on un discours symbolique ? Jusqu’à quel point pouvait-il être reçu ? Qui voit, et quoi ? Que faut-il voir, entre spectacle, éventuellement inachevé, et relation, éventuellement imaginaire, qui achève la fête et l’éloge du dédicataire ? etc.).

Appuyées sur des exemples choisis en lien avec la bibliographie rapportée en fin de volume, elles permettront de saisir et de comprendre globalement la fabrique du discours, d’entrer dans l’arrière-boutique de l’élaboration des stratégies persuasives de la symbolique politique à l’époque moderne, et donc de prendre en charge les processus d’invention, de manifestation et de réception de ces événements.

D’autre part, trois formats ont été identifiés : un format long, pour faire le point sur une technique ou un matériau (les « feux », les métaux, les pierres…) ou sur l’entour circonstanciel (les aléas, les finances, les accompagnements musicaux…) ainsi que sur les effets de réception (perspective, lecture…). Un format intermédiaire, pour les notices de mise au point sur des éléments connexes à d’autres champs de recherche en synchronie historique (symbole, carrousel,…) ; enfin, des notices brèves pour inscrire dans le champ de réception de la fête des notions ou des realia qui relèvent elles aussi d’autres domaines (mythologie, soleil héraldique…).

L’intérêt de cette perspective est de renouveler l’appréhension d’un tel corpus par rapport à l’état du savoir ; les projets d’envergure nationale ou internationale qui l’ont déjà appréhendé ont mis l’accent, soit sur le repérage des ouvrages (bases textuelles ou iconographiques), soit sur une perspective nationale d’étude, soit sur la conception de l’absolutisme royal : autant de points de vue statiques sur un objet par excellence mouvant.

L’équipe a cherché, sans se positionner contre telle ou telle perspective mais plutôt de manière à toutes les prolonger, à permettre au lecteur intéressé une interprétation active de la fête, pour prendre en compte justement la mobilité et le mouvement des constructions intermédiales et polysémiques qu’elles déploient jusque dans l’agencement cognitif que ce système appelle : non seulement récits et descriptions textuels, estampes fixes, décors éphémères, témoignages peints encore conservés, mais aussi images animées de mémoire inscrites à leur tour dans un discours politique-chrétien où se décèle l’archéologie mentale de l’Europe moderne.

Cette année de pré-projet a tenu les objectifs qui avaient été fixés au moment du dépôt de dossier :

– Définir la bibliographie (sources et critiques) : à ce jour, ce sont plusieurs milliers de titres qui ont été rassemblés et identifiés, adossés à une bibliographie critique d’une quarantaine de pages.

– Mettre au point une méthode de travail et de conception des notices

– Tester l’équipe : de fait, les chercheurs (en poste ou doctorants, de l’université de Lorraine ou d’ailleurs) ont parfaitement collaboré, sans divergences de méthode ou de point de vue.

– Élaborer la liste des entrées du Vocabulaire

Les suites du projet de recherche, au sein de la MSH Lorraine, permettraient de passer à la réalisation du projet à proprement parler. Cette structure légère et cette durée offriront les conditions optimales à la rédaction et à la publication de ce Vocabulaire, pour lequel divers chercheurs ou curieux plus grand public ont manifesté leur intérêt.

4. Indicateurs

– Nombre d’équipes de recherche impliquées :
Équipes lorraines : 2 (CRULH et Ecritures)
Équipes françaises : 4 (HiCSA, EA 4100, LASLAR, EA 4256, EA 4395 Lettres Idées Savoir, CPTC, EA 4178).
Équipes internationales : 1 (GEMCA, UCL) et une seconde à venir : Transitions (Liège)

– Nombre de chercheurs ETP impliqués :
Coordinatrice du projet à 80%, 2 collègues de son laboratoire à 20%, une collègue du CRULH à 10%, 1 collègue de Paris I à 10%, 2 collègues de Caen à 15% chacun, 1 collègue de Paris XII à 10% ; 3 collègues belges à 5%.

– Nombre de doctorants engagés dans le projet :
2 doctorants (Paris I et Dijon) ; 1 thèse soutenue

– Communications dans des colloques :

Rosa De Marco, Un incunable de l’imagination : La conqueste du char de la Gloire du jésuite Pierre Le Moyne (1628), 1er colloque biennal des Cahiers Haut-Marnais (octobre 2014)

Grégory Ems, The Adventures of the Soul in an Emblematic Manuscript of the Belgian Royal Library. International Association for Neo-Latin Studies. Sixteenth International Congress, 2-7 août 2015 (Vienne, Autriche).

Anne Spica, L’allégorie, figure et image, Poétique et enjeux de l’allégorie classique, XIIIe colloque du CIR 17 (Toronto, 8-10 mai 2014), dir. M.-Chr. Pioffet, Actes à paraître en 2016.

Anne Spica, Métamorphoses de Persée dans la culture emblématique des XVIe et XVIIe siècles, colloque « Héros grecs à travers le temps », dir. L. Baurain Rebillard, Metz, 28-30 mai 2015, Actes à paraître.

Anne Surgers, L’habit royal dans les entrées solennelles, Voir l’habit : discours et enjeux du vêtement du Moyen Âge au XVIIe siècle, 20 mars 2014, Actes à paraître.

– Publications significatives :

Vincent Dorothée, Femmes fortes et Amazones : les figures féminines belliqueuses et les festivités princières au sein des échanges franco-lorrains (1580-1652), Le Verger- bouquet VI, « La fête à la Renaissance » (automne 2014)

Grégory Ems, Variété des « mises en scène » emblématiques dans la province jésuite flandro-belge au xviie siècle, XVIIe Siècle n° 269 (4/2015), p. 705-734.

A. Spica (éd.), Actes de la journée d’étude conclusive : Fêtes en Lorraine, XVIe-XVIIe siècles : images d’histoire et de mémoire, Metz, CRULH, 2015 (plusieurs communications proposées par les membres de l’équipe).

Le travail engagé dans l’équipe a contribué à porter dynamiquement la réflexion de deux des membres engagés dans les commémorations nationales, en 2015, autour du règne de François Ier et à la confection de l’exposition organisée à la BNF et du catalogue (le commissaire de l’exposition faisait partie de l’équipe) :  François Ier, pouvoir et image.

– Séminaires, journées d’études et colloques organisés dans le cadre du projet :

Séminaire « L’exemplarité du prince politique-chrétien et ses figures », Metz, 21 février 2014 (interventions des membres de l’équipe : Grégory Ems, « Construire une figure exemplaire du prince politique-chrétien : les manifestations emblématiques du collège des jésuites de Bruxelles consacrées à Léopold-Guillaume de Habsbourg, 1648-1656 » et Anne Spica, « Symbolique de l’exemplarité : l’expression emblématique du prince politique-chrétien en Europe au XVIIe siècle dans les textes et dans les fêtes »

Journée d’étude conclusive (17 octobre 2014, MSH Lorraine, Metz – programme (pdf))

3 séminaires, à Metz (20 janvier et 18 octobre 2014) et à Paris (27 mai 2014)

– Retombées en termes d’internationalisation
Ces retombées ont à peine commencé à se concrétiser ; des collaborations, nous l’avons mentionné, sont en voie d’élargissement avec un plus grand nombre de chercheurs de l’UCL et une équipe de Liège, Transitions ; des contacts informels se poursuivent en attendant de pouvoir passer d’un pré-projet à un véritable projet de recherche au sein de la MSH Lorraine. En effet, sans financement pour se réunir et échanger dans le cadre de la confection des notices du Vocabulaire, ou participer à la base de données documentaires sur les fêtes baroques que ces collègues de Liège pilotent, les choses restent très virtuelles. La participation à la base de données serait importante pour pouvoir « essaimer » vers un réseau italien en lien avec nos collègues liégeois.

– Autres retombées (sociétales, économiques, partenariales …etc.)
Comme indiqué ci-dessous, elles seront envisagées dans la transformation du pré-projet en projet (partenariats avec les musées lorrains), si poursuite il peut y avoir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.