Frontières linguistiques, sociales et territoriales dans une entreprise frontalière

Bilan du projet de recherche SMARTBORDER
Le projet Smartborder visait à structurer un groupe de chercheurs issus de différentes disciplines (géographie, linguistique, sociologie) travaillant sur les frontières. Dans un premier temps, un protocole de recherche a été appliqué au cas d’une grande entreprise automobile frontalière, où se côtoient des employés français et allemands. Dans un second temps, un séminaire de deux jours a été organisé, réunissant une trentaine de chercheurs de la Grande Région, pour susciter d’autres recherches interdisciplinaires sur les frontières.
par Grégory HAMEZ, Maître de conférences, Université de Lorraine, LOTERR (EA 7304) & MSH Lorraine (USR 3261)

  1. Informations générales et résumé du projet
    Le projet Smartborder a été intégré dans l’axe 1 « Frontières, marges et transitions » du programme scientifique de la MSH Lorraine entre 2014 et 2015. Il visait à structurer un groupe de chercheurs issus de différentes disciplines (géographie, linguistique, sociologie) travaillant sur les frontières. Dans un premier temps, un protocole de recherche a été appliqué au cas d’une grande entreprise automobile frontalière, où se côtoient des employés français et allemands. Dans un second temps, un séminaire de deux jours a été organisé, réunissant une trentaine de chercheurs de la Grande Région, pour susciter d’autres recherches interdisciplinaires sur les frontières.
  2. Résumé des résultats de la recherche
    Les résultats seront présentés en deux temps :
    A.    Résultats relatifs au travail interdisciplinaire mené dans l’entreprise frontalière
    B.    Résultats liés à l’organisation du séminaire interdisciplinaire.

A.    Résultats relatifs au travail interdisciplinaire mené dans l’entreprise frontalière :

Contexte
La frontière nationale est un objet de recherche riche et mouvant ; riche, car la frontière a des effets dans différents domaines de la vie, qu’il s’agisse du territoire pratiqué, de l’espace vécu, de l’espace médiatique, de l’espace linguistique, de l’espace imaginé et finalement de l’identité des personnes et des groupes humains ; mouvant, car suivant les classes sociales, les pays voire la distance à la frontière terrestre pour les personnes d’un même pays, les représentations diffèrent sur la nature de la frontière.

Objectifs
Un enjeu scientifique majeur est de saisir les frontières nationales dans toute leur complexité. Or, les études scientifiques sur les frontières demeurent la plupart du temps cloisonnées entre disciplines différentes, voire entre pays distincts. En réunissant des chercheurs issus de trois pays (Allemagne, France, Luxembourg) et appartenant à des disciplines scientifiques différentes (géographie, études romanes, études germaniques, sociologie), l’objectif premier était de porter un regard holistique sur les frontières nationales. Les chercheurs engagés ont fondé le GRETI, Groupement de Recherches Transfrontalières Interdisciplinaires.
À travers leurs échanges, les chercheurs souhaitaient contribuer à faire progresser la connaissance des frontières :

  • d’un point de vue épistémologique, en questionnant les présupposés nationaux et disciplinaires lors de l’étude de l’objet « frontière » ;
  • d’un point de vue théorique, en proposant une définition de la frontière qui rende compte de sa complexité, à savoir d’une part la frontière comme objet d’étude, d’autre part comme catégorie analytique des phénomènes socio-spatiaux ;
  • d’un point de vue méthodologique, en testant différentes démarches sur des corpus qualitatifs et quantitatifs.

Évolution des objectifs
Les chercheurs étaient mus au départ par un idéal transdisciplinaire, dans l’idée de parvenir à un résultat irréductible à chacune des disciplines présentes au départ. Or, il n’a pas semblé opportun de creuser ce que serait une éventuelle transdisciplinarité, au regard de tout l’intérêt à construire une véritable interdisciplinarité. En effet, les chercheurs engagés ont dû faire face au défi que la définition de la frontière n’est pas la même suivant les disciplines scientifiques. Tandis que la géographie perçoit la matérialité de la frontière, la sociologie envisage plutôt son caractère modulaire et son caractère principalement analytique (Jeanpierre 2010). Une définition trop stricte et figée de la frontière aurait pénalisé les échanges entre les chercheurs. Il valait mieux considérer la frontière comme un « objet-frontière » (au sens de boundary-object, Star, Griesemer 1989).
L’entrée choisie a alors été la suivante : les contacts entre les chercheurs ont été continus dans la définition de l’objet de recherche, en termes des frontières sociales, territoriales et linguistiques dans l’entreprise, dans la définition de la méthodologie ainsi que dans son application (entretiens menés systématiquement par des binômes de chercheurs, avec compte-rendus réguliers au groupe). En revanche, chaque chercheur a par la suite lui-même analysé les résultats en suivant sa grille disciplinaire. Les résultats n’auraient donc pas pu être atteints dans un travail mono-disciplinaire ; et ils restent communicables dans différentes disciplines scientifiques.

Méthodologie mise en œuvre
L’entreprise en question est une grande entreprise allemande, située en France à proximité de la frontière allemande. Filiale d’un groupe allemand, dirigée par un Allemand et, comportant une certaine part de cadres allemands, elle emploie essentiellement des ouvriers français.
Des entretiens qualitatifs ont été menés auprès de 15 employés. Ces employés ont été choisis au regard de leur statut et de leur nationalité. Le service des ressources humaines de l’entreprise les a sélectionnés en fonction de la grille de critères proposée.

                            Tableau 1 : Salariés interviewés Ouvrier/Employé Cadre
Français 4 3
Allemand 0 4
Autre nationalité 3 1

L’entretien portait sur « la vie dans l’entreprise », afin de voir si la catégorie « frontière » émergeait de discours, et comment les salariés envisageaient les passages de frontière sociale et linguistique.
La durée médiane des entretiens était de 54 minutes. Les entretiens se terminaient par le remplissage d’un questionnaire relatif à la biographie linguistique des salariés, et par la réalisation d’une carte mentale sur papier libre – cette dernière illustrant leur espace de vie. Les entretiens ont été menés en avril 2014.

B. Résultats liés à l’organisation d’un séminaire interdisciplinaire.
Sur la base du travail de concertation engagé, les chercheurs du GRETI ont organisé les 26 et 27 novembre 2015 le GRETI Border Séminaire n°2, financé par l’UniGR avec l’aide logistique de la MSH Lorraine. Le GRETI Border Séminaire n°1 avait eu lieu à Dudelange (Luxembourg) les 5 et 6 mars 2015, organisé et financé par l’antenne luxembourgeoise de l’UniGR. Un troisième séminaire est prévu en juillet 2016 à l’Université de la Sarre.

L’objectif des GRETI Border Séminaires est de réunir pendant deux jours les chercheurs de la Grande Région travaillant dans le champ des border studies, afin de mettre en place des projets de recherche internationaux et interdisciplinaires. Cet objectif se fonde sur un double constat : d’une part, il y a un enjeu scientifique majeur à travailler de façon interdisciplinaire sur l’objet « frontière », ce qui reste encore rarement effectué au niveau mondial ; d’autre part, de nombreux chercheurs de la Grande Région travaillent sur les frontières mais de façon relativement cloisonnée. Le GRETI, groupement de recherches transfrontalières interdisciplinaires, est le maître d’œuvre de ces séminaires.
Les GRETI Border Séminaires s’inscrivent aussi dans un objectif à plus long terme : sur la base des travaux de recherche menés, organiser un colloque international à l’horizon 2018, intitulé « GRETI Border Colloque ».

3. Indicateurs relatifs au GRETI Border Séminaire

Participants au séminaire
Le séminaire a réuni 27 enseignants-chercheurs sur les deux jours. Ils ont été accompagnés par deux interprètes (français-allemand), et 3 personnels administratifs de l’Université de Lorraine (2 de la Direction des relations internationales, 1 de la MSH Lorraine). Toutes les universités de la Grande Région étaient représentées. Les chercheurs présents provenaient pour 6 d’entre eux de l’Université de Lorraine, 8 de l’université de la Sarre, 6 de l’université du Luxembourg, 2 de l’université de Trèves, 2 de l’université de Kaiserslautern et 2 de l’université de Liège. Une enseignante-chercheuse de l’Ecole de Management de Strasbourg (rattachée à l’université de Strasbourg) était également présente, car issue de l’Université de Lorraine et encore engagée dans des projets régionaux collectifs.

En tout, 9 disciplines scientifiques étaient représentées, principalement la géographie (10 chercheurs), mais aussi l’aménagement (4), les études culturelles (4), la linguistique (3), l’économie (2), la sociologie (1), l’histoire (1), les sciences politiques (1) et les sciences de gestion (1).

Principaux résultats

Le travail de recherche dans l’entreprise frontalière a eu les résultats suivants :
Présentation des résultats dans 3 colloques internationaux de différentes disciplines (Collège international des sciences du territoire, Paris 2014 et Grenoble 2016 ; EGOS, Athènes 2015)
– Élaboration d’un article conjoint, à paraître
– Intégration des résultats relatifs aux cartes mentales dans un mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches (Grégory Hamez, 2015, « Pour une analyse géographique des espace transfrontaliers : Contribution théorique et méthodologique » : Univ. Rouen, soutenance le 30/12/2015 devant un jury composé de A.-L. Amilhat-Szary (examinatrice), G. Baudelle (rapporteur), M. Bussi (président), S. de Ruffray (garante), Cl. Grasland (rapporteur), B. Reitel (rapporteur) et Ch. Schulz (examinateur).
– Les résultats en termes d’apprentissage linguistique ont été communiqués lors d’une audition au Conseil économique et social de la région Lorraine, en 2015. Le rapport est disponible en ligne ici.

Logo GRETI Border Seminaire

Le séminaire a produit des résultats dans deux directions :

1. Avancement des actions des groupes de travail
Trois groupes de travail sont constitués, et ont planifié un ensemble d’ateliers pour les 6 mois qui suivent :
– Groupe de travail « Les systèmes de formation professionnelle et les marchés de l’emploi dans le contexte transfrontalier de la Grande Région »
– Groupe de travail « Border textures – constructions discursives des régions transfrontalières ».
– Groupe de travail « Aménagement ».

2. Préparation des contributions au livre collectif « Réalités, perceptions et représentations des frontières de l’Union européenne », qui sera édité fin 2016.

Le livre sera structuré en suivant les trois parties suivantes :

  • Représentations textuelles et sociales : 4 contributions
  • Marché du travail et formation professionnelle : 4 contributions
  • Aménagement / Raumplanung : 4 contributions

Le calendrier est finalisé :
Remise des textes le 31 mai 2016
Envoi des commentaires aux auteurs le 15 juillet 2016
Date-limite pour les textes finalisés : 15 septembre 2016
Sortie du livre en décembre 2016

http://www.greti.org


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.