À la recherche du souffle d’Aliento

Aliento n’est pas seulement un acronyme d’Analyse Linguistique & Interculturelle des Énoncés sapientiels et Transmission Orient/occident – occident/orient (projet ANR issu d’une collaboration entre l’ATILF, l’INALCO et la MSH Lorraine), c’est aussi le mot espagnol signifiant « souffle ».
par Florence Serrano, post-doctorante (langue et littérature espagnole médiévale et latin) depuis octobre 2014 sur le projet ALIENTO. Elle nous fait part de ses premières impressions nancéiennes …

Dès que je dis étudier les proverbes, je sens beaucoup d’intérêt pour cet objet d’étude : on aime les proverbes ! L’enthousiasme de personnes de tous horizons est étonnant et je dois dire que c’est la première fois que j’en fais l’expérience. Les Américains disent d’un axe de recherche à la mode qu’il est « sexy », mais il semble que l’attrait exercé par les proverbes ne tient pas de cela : peut-être résistent-ils au passage du temps et sont-ils enfouis dans les tréfonds de la société, savante ou pas. Le proverbe est certes populaire – dans le microcosme de la littérature espagnole, il est lié comme par antonomase à la figure de Sancho Pansa et on se souvient aussi du proverbier de Mal Lara au titre évocateur de La filosofía vulgar (1568) – mais cela ne lui porte pas préjudice pour autant.

Portada de "Origen de la filosofía vulgar" (Sevilla, 1568) - Juan de Mal Lara

Portada de “Origen de la filosofía vulgar”
(Sevilla, 1568) – Juan de Mal Lara
Source : http://www.filosofia.org/aut/002/1568fv.htm

Une immersion dans la littérature sapientielle médiévale. Comprendre le fonctionnement des divers éléments qui la constituent : l’articulation de l’exemplum et du discours édifiant, l’insertion d’un proverbe dans ce discours édifiant, en d’autres termes, d’un énoncé sapientiel bref (ESB) au sein d’un fragment de discours édifiant et tâcher d’identifier les énoncés qui ont un potentiel pour devenir un proverbe. Car « on ne naît pas proverbe, on le devient » est par ailleurs le titre de la communication de Marie-Christine Bornes-Varol et de Marie-Sol Ortola, les porteuses du projet, au congrès international « La phrase autonome », célébré les 20 et 21 novembre 2014 à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense et au Colegio de España).

Il faut donc se délester d’une conception du proverbe « type » et déconstruire les énoncés au sein de la plate-forme créée par les collègues de l’ATILF (Benjamin Husson, Jessika Perignon, Jean-Marie Pierrel et Étienne Petitjean) afin d’analyser tous les éléments sémantiques, morphosyntaxiques et rhétoriques qui composent les énoncés. C’est le quotidien des post-docs du projet ; nous sommes des baliseurs d’énoncés sapientiels brefs. Au vu du nombre de textes, de leur longueur et par conséquent du nombre d’énoncés, on pourrait céder au désespoir, à la panique… Point du tout ! Contrairement à l’acception argotique, nous balisons sans peur (mais pas sans reproche, d’où la phase d’harmonisation qui viendra ensuite). Comme pour une thèse de Doctorat qui en arrive à sa phase de rédaction, il s’agit de travailler « sin prisa pero sin pausa », c’est-à-dire «sans hâte mais sans arrêt », une variation de l’adage antique bien connu « festina lente ».

Le projet est trilingue (français, espagnol, anglais), ce qui lui garantit une vaste diffusion. Dans la pratique, au-delà d’un ancrage scientifique en philologie romane (ou sémitique pour d’autres collègues) et en humanités numériques, les baliseurs sont aussi des traducteurs. En plus de ces trois langues, ils traduisent des textes en latin, catalan, hébreu et arabe médiéval vers les trois langues du projet…

Voilà pour ces quelques impressions deux mois après mon arrivée à la MSH Lorraine*.

* Je remercie Alissia Gouju, Marie L’Etang et Marie-Sol Ortola pour leurs relectures du texte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.