Carrières testimoniales. Les devenirs-témoins de conflits des XXe et XXIe siècles

Bilan
S’interroger sur ce qui fait qu’un sujet particulier témoigne d’une expérience extrême (d’un point de vue individuel et collectif) revient à tenter de comprendre non seulement le rapport que lui-même entretient avec une expérience historique, mais aussi le rapport que le groupe auquel il appartient entretient à cette personnalité et à l’événement. Dans le programme CARTEST (2011-2013), il s’est agi de comprendre ce qui fait que, dans un contexte spécifique, une personne est – ou n’est pas – un « bon » témoin.
par Béatrice Fleury & Jacques Walter, professeurs en sciences de l’information et de la communication (MSH Lorraine & CREM)

Sachant que l’on n’est pas un « bon » témoin par essence et qu’on acquiert ce statut. A contrario, on peut le perdre… Mais il faut aussi tenir compte du fait que des événements peuvent eux aussi connaître une mise à l’honneur ou une mise à l’index qui conduit à disqualifier faits et témoins dans un même mouvement. Sous cet angle, on peut convoquer le concept de Bruno Latour (2009), le « faitiche », qui rend compte d’une tension instituée entre des faits, constatables objectivement et indépendants des désirs et croyances, et des fétiches, relatifs à la dimension sacrée qui circule au sein d’un groupe et fonde une part de son identité. D’où un programme scientifique qui, du fait de ces caractéristiques mouvantes, se décline en trois temps.

Avec « Le témoin itératif » (2011), les chercheurs ont mis au jour les facteurs conduisant un sujet à témoigner, de façon ponctuelle au début, de façon plus fréquente ensuite, voire récurrente ; et ce, en examinant les continuités, les éventuelles évolutions ou variations des modes d’intervention et des récits. Dans « Le témoin consacré/le témoin oublié » (2012), ils se sont employés à inventorier et étudier les facteurs de stabilisation et de légitimation qui contribuent à faire d’un témoin une personnalité consacrée, ou à l’inverse, d’étudier les raisons qui font que celui-ci peut être mis à l’écart ; ce qui pose aussi la question de la relation à des publics. Enfin, dans le cadre du « Le témoin pollinisateur/Le témoin réflexif » (2013), ils se sont attachés à cerner l’impact de certains témoins qui, par leur stature et par le statut de leurs témoignages, modèlent des prises de parole, deviennent des « ressources » ou « matrices » testimoniales tant pour des personnes voulant témoigner du même conflit que d’autres ; ce qui conduit à s’interroger sur les interdiscours, les genres, les grilles de lecture, les mécanismes d’appropriation entre pairs.

Cette recherche a donc porté sur une dynamique qui peut concerner empiriquement des témoins particuliers ou des ensembles de témoins (au-delà des seules victimes). Autrement dit, les carrières ont pu être envisagées individuellement et/ou collectivement, qualitativement et/ou quantitativement ; ce qui, sur le plan méthodologique, a nécessité, par exemple, aussi bien des études de cas que des approches prosopographiques. D’où la mise en place d’un programme se situant dans les « impensés » de travaux menés jusque-là. En effet, il a traité d’une question en arrière-fond des résultats obtenus ailleurs mais sans que cette dernière ait fait l’objet d’un approfondissement systématique.

Ci dessous les couvertures des ouvrages parus dans le cadre de ce
programme :

Ces ouvrages sont disponibles sur le site du Comptoir des Presses d’Université

CARTEST2-couv CARTEST 1 & 2


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.