Qualifier, disqualifier, requalifier des lieux de détention, de concentration et d’extermination

Bilan
En sciences sociales, les lieux de détention, de concentration et d’extermination – liés à des conflits et guerres civiles du XXe siècle – font l’objet de travaux significatifs dans lesquels il s’agit de comprendre tant le fonctionnement de ceux-ci que la complexité des investissements mémoriels dont ils font l’objet, une fois qu’ils ne sont plus en fonction. Ainsi les commémorations, les mémoriaux, les musées deviennent-ils objets d’intérêt pour des chercheurs, attentifs à décrire les variations et enjeux de ces dispositifs. Dans le cadre du programme QUADIRE (2007-2011), les chercheurs ont procédé à une analyse contrastive – différents types de lieux au sein d’un même espace ou non ; différents statuts et fonctions attribués à un même lieu, quand celui-ci était encore en activité ; différents modes d’appropriation mémorielle en étant attentif aux logiques d’acteurs et de médiation qui sont à l’œuvre –, fondée sur une approche interdisciplinaire (anthropologie, histoire, littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie…) impliquant plusieurs expériences nationales.
par Béatrice Fleury & Jacques Walter, professeurs en sciences de l’information et de la communication (MSH Lorraine & CREM)

Précisément, il s’est agi d’interroger ce que nous désignons comme étant un processus social de qualification. Une perspective qui consiste à repérer le geste fondateur et le sens de celui-ci par lesquels des acteurs de la mémoire – qu’ils représentent les pouvoirs publics, des citoyens (regroupés ou non en collectifs) ou encore des victimes – font d’un lieu le site emblématique d’une histoire dont ils décident de commémorer un aspect. De même que, dans le cadre judiciaire, la qualification d’un fait permet d’affecter au responsable de celui-ci une sanction correspondante, le fait de nommer un lieu l’inscrit de façon particulière dans une histoire et permet à ceux qui prennent en charge sa dimension commémorative de lui attribuer un régime de valeurs et une sémantique.

Et la disqualification ? Celle-ci correspond à une phase de disgrâce au cours de laquelle le lieu peut tomber dans l’oubli, les valeurs qu’il représente pouvant ne plus correspondre aux attentes du moment.

Au vu de ces questionnements, les chercheurs ont progressivement mis au jour les couches d’empilements mémoriels. C’est d’ailleurs de traces dont il a été question, celles permettant d’accéder à des pans du passé mais aussi celles permettant au chercheur de se frayer un chemin jusqu’à eux. Une double exhumation qui confère une épaisseur temporelle et spatiale à un passé pouvant ou bien être oublié, ou bien se figer dans le geste commémoratif. Et si l’apaisement semble caractériser l’hommage rendu aux victimes, ne nous y trompons pas, elle n’est qu’apparente. Car une donnée consubstantielle des gestes relatifs à la qualification, disqualification, requalification, consiste en la présence récurrente de tensions et controverses. Ne serait-ce que parce que lorsque l’on qualifie un lieu, on peut en disqualifier ou requalifier un autre…

Ci dessous les couvertures de 4 ouvrages parus dans le cadre de ce programme :

Ces ouvrages sont disponibles sur le site du Comptoir des Presses d’Université

QUADIRE4-couv QUADIRE3-couv QUADIRE2couv


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.