La connaissance scientifique « élargie » : création, validation, diffusion

Bilan
Les agents épistémiques et scientifiques, qui sont les auteurs et les bénéficiaires des productions scientifiques, sont de plus en plus des agents « étendus » : ces agents incluent ou utilisent des calculateurs de types variés ; ces agents sont souvent des collectifs d’individus. Le présent projet visait à étudier les modalités de l’élaboration, de la validation, de la possession et de la transmission, au sein de l’institution scientifique ou au-delà, de cette « connaissance étendue » et à discuter les problèmes qu’elle soulève.
par Cyrille Imbert, CR CNRS (Archives Henri Poincaré & MSH Lorraine, université de Lorraine / CNRS)

1.     Informations générales

Le projet de recherche COLEXIA : “La connaissance scientifique « élargie » : création, validation, diffusion” (durée : 36 mois) était inclus dans l’axe 6 Sciences et cognition du programme scientifique de la MSH Lorraine.

2.     Résumé du projet

Les agents épistémiques et scientifiques, qui sont les auteurs et les bénéficiaires des productions scientifiques, sont de plus en plus des agents « étendus » : ces agents incluent ou utilisent des calculateurs de types variés ; ces agents sont souvent des collectifs d’individus. Le présent projet visait à étudier les modalités de l’élaboration, de la validation, de la possession et de la transmission, au sein de l’institution scientifique ou au-delà, de cette « connaissance étendue » et à discuter les problèmes qu’elle soulève.

3.     Résumé des résultats de la recherche

– Rappel des objectifs interdisciplinaires du projet et des enjeux de l’opération ainsi que de leur évolution au cours de la recherche (le devenir des questions de départ)
Un des buts de ce projet était de jeter des ponts disciplinaires entre les scientifiques, les anthropologues ou les sociologues, les historiens des sciences, les psychologues (en cognition distribuée) et les philosophes et épistémologues et d’une part ; et au sein de l’épistémologie, de créer au niveau international des interactions entre des champs et des communautés qui s’ignorent (épistémologie traditionnelle, philosophie des sciences, épistémologie formelle notamment).
Des interactions fortes se sont développées au cœur du projet entre épistémogues,  épistémologues formels et philosophe des sciences.
Les conférences, qui ont toutes été pluri-disciplinaires ont notamment permis de se rapprocher des sociologues des sciences et de la communauté en scientométrie.

Ces rapprochements se sont traduits par la soumission d’un projet ANR en collaboration avec des sociologues des sciences québecois.

– Etat de l’avancée des connaissances par rapport aux enjeux théoriques et à l’état du savoir dans le domaine au plan national et international
L’épistémologie sociale étudie la dimension sociale de la connaissance mais ne traite pas toujours le connaissance scientifique comme un cas spécial ; elle est de plus souvent indifférente dans ses méthodes aux contenus scientifiques et à leur appréhension par les agents d’un collectif – et elle se développe donc de façon en partie autonome par rapport à des champs comme la philosophie des sciences.

Le projet devait prendre compte les acquis de l’épistémologie sociale tout en essayant également d’étudier en quoi le caractère computationel et collectif de la science joue sur la production, la nature, la présentation et l’appropriation des contenus scientifiques.

Les colloques ont notamment permis de prolonger la thématique de l’analyse de la dimension collective de la science (thématique déjà étudiée par des auteurs comme Kitcher, Solomon, Gilbert, Longino, Wray) mais en développant fortement les approches par simulations numériques, qui étaient dans l’ensemble d’avantage consacrées aux questions d’épistémologie générale.

Le numéro de Synthese édité par Imbert et alii est emblématique de cette nouvelle approche. Pour citer l’introduction de ce numéro spécial :
“Scientists are not isolated agents: they collaborate in laboratories, research networks and large-scale international projects. Apart from direct collaboration, scientists inter act with each other in various ways: they follow entrenched research programs, trust their peers, embed their work into an existing paradigm, exchange concepts, methods and results, compete for grants or prestige, etc.

The collective dimension of science has been discussed by philosophers of science in various ways, but until recently, the use of formal methods has been restricted to some particular areas, such as the treatment of the division of scientific labor, the study of reward schemes or the effects of network structures on the production of scientific knowledge. Given the great promise of these methods for modeling and understanding of the dynamics of scientific research, this blind spot struck us as surprising. At the same time, social aspects of the production and diffusion of knowledge have been investigated in related fields like social epistemology, economics, and distributed cognition; but within these approaches, there is not always a focus on the unique properties of scientific communities and scientific knowledge. Overall, the study of science as a collective phenomenon is an active field of investigation, but scattered across different sub-disciplines, leading to insufficient integration of results and cross-fertilization.

In this context, the need was felt to integrate results and insights from epistemology, philosophy of science, formal approaches and empirical studies in order to analyze science and its collective dimension.

This was the subject of a conference held in Nancy, France, at the MSH Lorraine, in December 2011. The papers in this special issue were presented at this conference. The conference was made possible by generous support of MSH Lorraine (research project COLEXIA) and Archives Poincaré (UMR 7117, CNRS, Université de Lorraine).

This special issue is an effort to further the discussion that we began in Nancy. The papers in this issue rely on a variety of methods, but provide complementary views into the collective dimensions of science. We see this as a step on the way towards a more unified set of questions and methods of investigating them.

We would like to thank authors and referees for their work, as well as participant to the conference for their contributions and stimulating discussions, all of which contributed to the quality of the present papers.

Finally,we are grateful to the Synthese editors,OtavioBueno,Vincent F.Hendricks, Gila Sher and Wiebe van der Hoek for their trust and support of the project of a  special issue within this journal about the topic of the conference.We hope this spécial  issue will contribute to the advancement and integrated treatment of the investigated questions and the development of formal methods to tackle them.”

– Méthodologie mise en œuvre avec le calendrier qui a finalement eu lieu selon les différentes tâches de recherche
Les travaux ont utilisé des méthodologies diverses selon les thématiques traitées : analyse conceptuelle, étude de cas, mais aussi simulation numérique pour la travail mené en en collaboration par Thomas Boyer et Cyrille Imbert sur l’explication épistémique de la formation des groupes scientifiques. Pour cette partie du travail (la plus novatrice du point de vue de ses méthodes) l’année 2012 a été consacrée à la mise en place du modèle et à l’élaboration d’un code numérique pour son exploration et l’année 2013 à la présentation des résultats et leur interprétation via de l’analyse conceptuelle et des outils statistiques d’agrégation et de moyennage des données.

– Mode d’organisation de l’activité : Rôle des partenaires et des chercheurs
Les participants ont collaboré pour l’organisation des événements communs, ont fait des séances de travail (lectures, discussions, préparation de travaux collectifs, écriture) soit à Nancy soit par médias interposés (téléphone/skype).
Certaines opérations ont été montées en collaboration avec plusieurs institutions, notamment la MSH Lorraine, les Archives Poincaré, l’IHPST et l’université Lille 1.

 – Description des résultats notables de l’opération
Cyrille Imbert
a commencé à mettre en place un cadre conceptuel pour décrire le degré de compréhension des groupes scientifiques et l’évaluation des pratiques scientifiques sur ce point.
Thomas Boyer a développé deux modèles des stratégies de publication et des constitutions d’écoles scientifiques sur la base des contraintes scientifiques qu’impose l’activité communautaire. Un article décrivant la dynamique de la constitution des groupes collaboratifs a été écrit et soumis à une revue anglosaxonne. Catherine Allamel a publié sur le rôle de l’image comme élément de preuve public en science et Marion Vorms sur l’importance du format des représentations pour analyser ce qui dans les représentations est accessible aux agents. Lena Soler a publié sur le rôle des aspects tacites dans les pratiques expérimentales (ce qui est laissé tacite dépendant souvent des connaissances communes des groupes). Pierre Willaime a publié un article sur l’épistémologie de Wikipedia.

– Perspectives
Un projet JC a été soumis à l’ANR en janvier 2013 puis resoumis en octobre 2013.

4.     Indicateurs

– Nombre de doctorants engagés dans le projet, thèses soutenues : Un étudiant de master (Pierre Willaime) a fait un master et commencé une thèse sur le sujet du projet. Une thèse qui était déjà dans la thématique a été soutenue (Yannick Chin).

– Communications dans des colloques (ordre alphabétique et chronologique)

– Allamel, Catherine, 2011 « Semiotics and scientific image », Imag(in)ing the nano-scale: Interactions between science, public media and art, University of Bergen, January 26-29.

– Boyer, Thomas, 2011,”Whether scientists should try to go it alone: a formal model for the risk of split of a scientific community”, Collective Dimension of Science, Université de Nancy 2, 8-10 décembre 2011.

– Boyer, Thomas, 2011, “Is a bird in the hand worth two in the bush ? Or, whether scientists should publish intermediate results”, EPSA11, Université d?Athènes, 5-8 octobre 2011.

Boyer, Thomas, 2012, « Why should scientific collaborations form? Modeling from the micro », avec Cyrille Imbert, conférence « Epistemic groups and collaborative research in science », Archives Henri Poincaré, Nancy, 17-19 décembre 2012.

Boyer, Thomas, 2012, « L’unité d’un domaine de recherche scientifique, d’un point de vue pratique : une proposition », 4ème congrès de la Société de Philosophie des Sciences (SPS), Montréal (Canada), 1-3 juin

– Boyer, Thomas, 2012, « Mécanique quantique et unité de la recherche, d’un point de vue pratique », congrès de la Société de Philosophie Analytique (SOPHA), Paris, 4-6 mai 2012.

– Boyer, Thomas, 2012, « Should scientists try to go it alone? », conférence « Progress in Science », à l’Université de Tilburg (Pays-Bas), 25-27 avril 2012.

– Boyer, Thomas, 2012, « Why should scientific collaborations form? Modeling from the micro », avec Cyrille Imbert, journées d’étude « Modeling epistemic and  scientific groups : interdisciplinary perspectives », MSH Lorraine, Nancy, 25-26 novembre 2013.
– Boyer, Thomas, 2013, « Why should scientific collaborations form? Modeling from the micro », avec Cyrille Imbert, colloque « Decision, Games and Logic 2013 », KTH Stockholm (Suède), 17-19 juin 2013.

– Imbert, Cyrille, 2011,  “Collective science: how to describe and study understanding?”, conférence “The Collective Dimension of Science”, Nancy 8-10 décembre 2011 ; 3rd conference of the European  Philosophy of Science Assocaition (EPSA), Athens, October 5-8 2011.

– Imbert, Cyrille, 2011,”Complexity, efficient strategies and conservatism in the physical sciences”, avec Anouk Barberousse, Paris, IHPST-ENS, workshop “The Epistemic Life of Resource Limited Agents”, December 6 2011.

– Imbert, Cyrille, 2011,  “Collective Science: The Loss of Scientific Understanding”?  CLMPS 2011 conference, Nancy July 19-26 2011

– Imbert, Cyrille, 2011,  “Computational science and understanding: towards a logic of scientific sketches”, SPSP conference, Exeter, June 22-24th 2011

– Imbert, Cyrille, 2011,  “Compréhension individuelle et compréhension sociale”, Grande conférence des Archives Poincaré, 23 mars 2011

– Imbert, Cyrille, 2012: “Why should scientific groups form? Modeling from the micro” (avec Thomas Boyer), contributed talk, conference Epistemic groups and collaborative research in science, Nancy,  December 17-19th 2012.

– Imbert, Cyrille, 2012:”Scientific sketches and scientific understanding: how to get the advantage of theft over honest toil (and develop partial understanding in the context of collaborative science)”, selected contribution, congrès de la IVe congrès de la SPS, 1-3  June 2012 Montréal (Canada) (participation cancelled)

– Imbert, Cyrille, 2013:” “Collaboration et bénéfices épistémiques: presentation d’un modèle sequential”, September 5 2013, presentation invitée par Benoît Chevrier au LORIA (Nancy), journée  transdisciplinaire

– Imbert, Cyrille, 2013 : “Peut-on expliquer et comprendre des phénomènes physiques à partir de simulations numériques”, workshop “Science et Philosophie. Regards croisés sur les simulations numériques”, organisé par Stéphanie Ruphy, Grenoble 28 novembre et 10-11 décembre 2013

– Jebeile, Julie, 2011, “From models to simulations: how is it possible to overcome the loss of understanding?” à la conférence ECAP7http://www.esap.info/ecap7/ (Seventh European Conference of Analytic Philosophy), Milan, Italie, 1-6 septembre 2011 et à la conférence EMS 2011 (Epistemology of Modeling and Simulation), Pittsburgh, Etats-Unis, 1-3 avril 2011

– Jebeile, Julie, 2011, “Collective Understanding or Fragmented Understanding?” à la conférence CDS (The Collective Dimension of Science), Nancy, France, 8-10 décembre 2011

– Jebeile, Julie, 2012, “Cellular Automata Simulations: Are They Really of a Special Kind?” (travail en collaboration avec Vincent Ardourel), Turing Centenary Conference, CiE 2012 – “How the World Computes”, Cambridge

– Jebeile, Julie, 2012, (contribution acceptée)  18-23 juin 2012 “Verification & Validation of Computer Simulations: A Philosophical Analysis”, Models & Simulations 5, Helsinki  14-16 juin 2012

– Jebeile, Julie, 2012, « Des modèles classiques aux modèles numériques : quel(s) changement(s) pour la représentation ? » à l’Ecole CNRS Berder 2012, France 1-6 avril 2012

– Jebeile, Julie, 2013, Verification & Validation of Computer Simulations : A Philosophical Analysis, History and Philosophy of Computing 2, October 28-31 2013, ENS Paris.
– Jebeile, Julie, 2013, Explanatory models and de-idealization avec Ashley Graham Kennedy, à la quatrième conférence biennale de la “Society for Philosophy of Science in Practice”, Toronto, 26-29 juin 2013.

Jebeile, Julie, 2014, The role of empirical agreement in the validation of computer simulations avec Anouk Barberousse, Models& Simulations 6, University of Notre Dame, 9-11 mai 2014.

– Vorms, Marion, 2011, “Collaborative computer simulations in climate science” (with A. Barberousse and H. Galinon),workshop “Comment poursuivre collectivement des buts épistémiques?”, Archives Poincaré, Nancy, 8 April.

– Vorms, Marion, 2011 “Collaborative computer simulations in climate science” (with A. Barberousse and H. Galinon),workshop “Social epistemology and cognitive sociology”, Université de Provence, 24 March.

– Vorms, Marion, 2011  “How are Scientific Theories to Be Analysed? Representational and Computational Aspects” (withA. Barberousse), 7e congress of European Society for Analytic Philosophy, Milano, Italy, 1-6 sept.

 – Willaime, Pierre, 2013 Quelle expertise pour Wikipédia ?”. Journée “Wikipédia, objet scientifique non identifié”, 5 mai 2013, Paris.

 – Willaime, Pierre, 2013, “Fonder l’engagement normatif sur des desiderata épistémiques ?”. Journée L’engagement normatif en philosophie des sciences”, 22-23 janvier 2014, Nancy.

 – Willaime, Pierre, 2013 “Pragmatisme et épistémologie sociale” (avec Pierre Gégout). Journées scientifiques des Archives Henri Poincaré, 30-31 mai 2013, Nancy.

– Publications les plus significatives

  • Articles publiés

– Allamel, Catherine, 2011, « Interpréter une image dans les sciences et dans les arts : points communs et différences », Images&mirages@nanosciences,  A. Sauvageot Dir;Paris, Hermann,

– Allamel, Catherine, 2011, « The meaning of a scientific image: case study in nanoscience. A semiotic approach » Nanoethics, v°5, n° 2 (2011), pp. 165-173

– Allamel, Catherine, 2011, « L’image comme élément de preuve en astrophysique », Nouveaux actes sémiotiques, n°114, en ligne : http://revues.unilim.fr/nas/document.php?id=3824

– Barberousse, 2014, (avec Cyrille Imbert), , “Recurring models and sensitivity to computational constraints”, The Monist, special issue with title “Models and Simulations”, July, edited by Paul Humphreys.

– Bouriau, Christophe, 2013 (traduction commentée),Les fictions du droit. Kelsen, lecteur de Vaihinger. Présentation et traduction par Christophe Bouriau, ENS éditions, collection « La croisée des chemins », 2013.

– Thomas Boyer et Cyrille Imbert, 2012, compte-rendu de la conférence « Epistemic Groups and Collaborative Research in Science » à Nancy (15-17 déc. 2012), The Reasoner, Vol. 7, No. 2, février 2013, p. 20.

Boyer, Thomas,  2013, Compte-rendu de la conférence « Collective Dimension of Science » de Nancy (8-10 décembre 2011), The Reasoner, Vol. 6, No. 2, février 2012, p. 25.

– Boyer, Thomas, 2014, « Is a bird in the hand worth two in the bush? Or, whether scientists should publish their intermediate results », Synthese, 191 (1), p. 17-35

– Thomas Boyer-Kassem, Henri Galinon et Cyrille Imbert, 2014, compte-rendu de la conférence « Modeling epistemic and scientific groups: interdisciplinary perspectives » à Nancy (25-26 nov. 2013), The Reasoner, Vol. 8, No. 2, février 2014, p. 16.

Imbert, Cyrille, 2013, (avec Rawad El Skaf), Unfolding in the empirical sciences: experiments, thought-experiments and computer simulations“, Synthese, accepté

Imbert, Cyrille, 2013 (avec Anouk Barberousse) « Le tournant computationnel et l’innovation théorique », in La philosophie de la physique : d’aujourd’hui à demain, sous la direction de Soazig Le Bihan, Vuibert.

Imbert, Cyrille, 2014, (avec Anouk Barberousse), accepted with minor revisions, “Recurring models and sensitivity to computational constraints”, The Monist, special issue with title “Models and Simulations”, July, edited by Paul Humphreys.

– Jebeile, Julie, 2013, “Le tournant computationnel dans les sciences : la fin d’une philosophie de la connaissance” dans M. Silberstein et F. Varenne (eds.) “Modéliser & simuler. Épistémologies et pratiques de la modélisation et de la simulation, tome 1”, Editions Matériologiques, 2013

– Jebeile, Julie, 2014 “Nuclear Power Plant : our New Tower of Babel ?” dans C. Luetge et J. Jauernig (eds.), Business Ethics and Risk Management, Ethical Economy 43, Springer Science + Business Media Dordrecht, 2014

Jebeile, Julie, 2014“Centrale nucléaire : notre nouvelle Tour de Babel ?” dans les Actes du IVe Congrès de la Société de philosophie des sciences (SPS) (édition Vuibert, dans la collection « Philosophie des sciences»), conditionnellement accepté.

– Pouivet, Roger, 2011, “Sur la rationalité des croyances religieuses”, ThéoRèmes, 1 | 2011

– Pouivet, Roger, 2011, “Against Theological Fictionalism”, European Journal for Philosophy of Religion, vol. 3, n. 2 (2011)

– Pouivet, Roger, 2012, “Reid on Testimony, and Virtue Epistemology”, Philosophical News, n. 4,

– Soler, Lena, 2011, Tacit Aspects of Experimental Practices: Analytical Tools and Epistemological Consequences, European Journal for the Philosophy of Science (EJPS), Volume 1, Issue 3 (2011), 394-433, (numéro spécial sous la responsabilité de la Society for Philosophy of Science in Practice, Mieke Boon, Hasok Chang, Rachel Ankeny et Marcel Boumans).

Soler, Lena, 2013, Collins’ Taxonomy of Tacit Knowledge: Critical Analyses and Possible Extensions (co-écrit avec S. Zwart), In Tacit and Explicit Knowledge: Harry Collins’ framework, Thematic issue of Philosophia Scientiæ 17/ 3 (November 2013), edited by Léna Soler, Sjoerd D. Zwart, et Régis Catinaud.

Soler, Lena, 201X, A critical commentary of Hasok Chang’s framework for thinking scientific practices, in Rethinking Science After the Practice Turn, co-édité avec S. Zwart, M. Lynch et V. Israël-Jost. Projet en cours de soumission chez Routledge.

Willaime, Pierre, 2014  “Une analyse épistémologique de l’expertise dans Wikipédia”

– soumis à Philosophy of Science: Thomas Boyer & Cyrille Imbert « Scientific groups: the reasons for collaborating »

  • Volumes édités et ouvrages

– Thomas Boyer-Kassem, 201X Conor Mayo-Wilson et Michael Weisberg (eds.) (sous contrat), Scientific Collaboration and Collective Knowledge, New-York : Oxford University Press.

– Barberouse, Anouk & Ruphy, Stéphany (coéditeurs 🙂  (en cours) Un ouvrage en français pour non spécialistes sur la science collective du climat ; les textes de spécialistes nationaux internationaux (Roman Frigg : LSE, Wendy Parker : Ohio, Lenny Smith : LSE ; Franck Lecock, Minh-Ha-Duong ; etc.) seront traduits.

– Bouriau, Christophe, 2013, Kant, Vaihinger et le fictionalisme, Paris, éd. du Cerf

– Bouriau, Christophe, 2013 Traduction, notes et préface de Hans Vaihinger : La philosophie du comme si. Système des fictions théoriques, pratiques et religieuses, sur la base d’un positivisme idéaliste. Avec un annexe sur Kant et Nietzsche (édition populaire de 1923), Paris, Kimé, Cahier spécial 8 de Philosophia Scientiae, 2008. Nouvelle édition revue et corrigée, 2013.

Imbert, Cyrille (with Ryan Muldoon Jan Sprenger and Kevin Zollman), 2014, The Collective Dimension of Science, special issue of Synthese, 191 (1)

Imbert, Cyrille, 2011, (avec Paul Humphreys) : Models, Simulations and Representations, Routledge, Routledge Studies in the Philosophy of Science (en cours de publication)

– Imbert, Cyrille, 2011, (avec Roman Frigg et Stephan Hartmann) : « Models and Simulations 2 », numéro spécial de Synthese (à paraître), volume 180, n°1, pp. 1-77

– Pouivet, Roger, 2012 The Right to Believe: Perspectives in Religious Epistemology (ed., with Darek Lukasiewicz), Ontos Verlag, Franfurt/Main.

– Pouivet, Roger, 2013, Épistémologie des croyances religieuses, Paris : les Éd. du Cerf, 2013

– Soler, Lena, 2013, Tacit and Explicit Knowledge: Harry Collins’ framework, Thematic issue of Philosophia Scientiæ 17/ 3 (November 2013), co-édité avec Sjoerd D. Zwart et Régis Catinaud.

– Vorms, Marion Christopher Pincock. Models and simulations, 2012, special issue of Synthese

  • Traduction :

– Bouriau, Christophe, 2013, Traduction, notes et préface de Hans Vaihinger : La philosophie du comme si. Système des fictions théoriques, pratiques et religieuses, sur la base d’un positivisme idéaliste. Avec un annexe sur Kant et Nietzsche (édition populaire de 1923), Paris, Kimé, Cahier spécial 8 de Philosophia Scientiae, 2008. Nouvelle édition revue et corrigée, 2013.

– Séminaires, journées d’études et colloques

– International Conference: Modeling epistemic and scientific groups: interdisciplinary perspective, November 25-26th 2013, Thomas Boyer-Kassem (University Lille 3, STL & AHP), Henri Galinon (University Blaise Pascal, Clermont-Ferrand), Cyrille Imbert (CNRS, Archives Henri Poincaré, Nancy), Nancy, France, MSH Lorraine

– International Conference: epistemic groups and collabortive research in science, Nancy, France ; date: December 8-10th 2012.  6 conférenciers invités (keynote) : Dennis Bonnay (Nanterre), Bryce Huebner (Georgetown University) and Rebecca Kukla (Georgetown University, Washington, DC, USA), Christian List (London School of Economics, UK), Erik Olsson (Lund), Jan Sprenger (Tilburg); 10 conférenciers sélectionnés sur appel (22 soumissions), 5 invités extérieurs

– One-day workshop: “The collective pursuit of epistemic goals: how?”, suivi d’une conférence d’Alvin Goldman, Nancy (France), 8 avril, organisé par Cyrille Imbert (CNRS, Archives Poincaré, Université Nancy 2)

– One-day session: “Climate science and climate change: epistemological and methodological issues”. Date: 21 juillet 2011; Nancy, faculté de droit, organisé par Anouk Barberousse (IHPST, Paris) ; Cyrille Imbert (Archives Poincaré, UMR 7117 CNRS, Université Nancy 2) ; Stéphanie Ruphy (université de Provence, CEPERC)

– Journée  d’étude : Architecture des calculateurs, épistémologie et analyse de la science / One-day interdisciplinary workshop: “Computational architecture: why does it matter?”date: mercredi 2 novembre ; lieu : IHPST

– One-day workshop: The epistemic life of resource-limited agents (journée autour de John Woods) ; 6 décembre 2011 ; organisation : Cyrille Imbert

– International Conference: The Collective Dimension of Science, Nancy, France ; date: December 8-10th 2011.  5 conférenciers invités : Thagard, Kitcher, Zamora, Woods, Greco; 20 conférenciers sélectionnés sur appel (40 soumissions)

– Retombées en termes d’internationalisation
Les manifestations organisées ont permis d’établir des connections fortes avec les chercheurs à travers le monde. Cela s’est notamment manifesté par la co-édition d’un ouvrage par Thomas Boyer avec Conor Mayo-Wilson  puis LMU, Munich) et Michael Weisberg (université de Pennsylvanie) et l’édition d’un volume de Synthese par Cyrille Imbert en collaboration avec Ryan Muldoon, Jan Sprenger et Kevin Zollman.

La présentation des travaux du projet devant des audiences de haut niveau (conférences internationales) a permis d’améliorer la recherche et de publier les articles dans de bonnes revues.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.