Frontières linguistiques, sociales et territoriales dans une entreprise frontalière

Bilan du projet de recherche SMARTBORDER
Le projet Smartborder visait à structurer un groupe de chercheurs issus de différentes disciplines (géographie, linguistique, sociologie) travaillant sur les frontières. Dans un premier temps, un protocole de recherche a été appliqué au cas d’une grande entreprise automobile frontalière, où se côtoient des employés français et allemands. Dans un second temps, un séminaire de deux jours a été organisé, réunissant une trentaine de chercheurs de la Grande Région, pour susciter d’autres recherches interdisciplinaires sur les frontières.
par Grégory HAMEZ, Maître de conférences, Université de Lorraine, LOTERR (EA 7304) & MSH Lorraine (USR 3261)

Lire la suite

Qualifier, disqualifier, requalifier des lieux de détention, de concentration et d’extermination

Bilan
En sciences sociales, les lieux de détention, de concentration et d’extermination – liés à des conflits et guerres civiles du XXe siècle – font l’objet de travaux significatifs dans lesquels il s’agit de comprendre tant le fonctionnement de ceux-ci que la complexité des investissements mémoriels dont ils font l’objet, une fois qu’ils ne sont plus en fonction. Ainsi les commémorations, les mémoriaux, les musées deviennent-ils objets d’intérêt pour des chercheurs, attentifs à décrire les variations et enjeux de ces dispositifs. Dans le cadre du programme QUADIRE (2007-2011), les chercheurs ont procédé à une analyse contrastive – différents types de lieux au sein d’un même espace ou non ; différents statuts et fonctions attribués à un même lieu, quand celui-ci était encore en activité ; différents modes d’appropriation mémorielle en étant attentif aux logiques d’acteurs et de médiation qui sont à l’œuvre –, fondée sur une approche interdisciplinaire (anthropologie, histoire, littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie…) impliquant plusieurs expériences nationales.
par Béatrice Fleury & Jacques Walter, professeurs en sciences de l’information et de la communication (MSH Lorraine & CREM)

Lire la suite

L’information sur le nucléaire en débats : Réversibilité de la décision et (non) publics. Autour du centre de stockage des déchets de Bure. IDRéP.

Bilan
En quoi l’information constitue-t-elle un enjeu essentiel à la participation/non participation des publics aux choix technoscientifiques ? Prenant pour cas d’étude les « débats publics » (DP) autour de la réversibilité de l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Cigéo, Meuse/Haute-Marne), ce projet exploratoire a voulu examiner cette question en tenant compte de quatre dimensions : l’incertitude relative à une décision dite réversible engageant les générations futures ; les ressorts de la non-participation aux débats ; les incidences de la mémoire territoriale et de celle des catastrophes nucléaires sur la construction des informations ; les processus d’émergence de « communautés de publics » autour des mises en sens de l’information. Ces dimensions ont été examinées de manière compréhensive, dans le respect des différents acteurs et de leurs postures. Un axe plus pragmatique (épistémologie sociale) se proposait d’analyser théoriquement les conditions de possibilité d’un DP d’un point de vue épistémologique, dans le cadre spécifique de la discussion de technologies à haut risque nécessitant potentiellement la prise en compte d’informations sensibles.
par l’équipe du projet de recherche IDRéP

Lire la suite