L’Expérience combattante du 19e siècle au 21e siècle

Bilan
Dans ce projet de recherche, il s’agissait d’appréhender les attitudes des soldats confrontés au feu du champ de bataille de la deuxième moitié du XIXe siècle à nos jours. Le choix de la barrière chronologique de la deuxième moitié du XIXe siècle se justifiait pleinement par les considérables  progrès de l’industrie armurière qui viennent radicalement modifier les approches du champ de bataille  et notamment le modèle occidental de la guerre mis en avant en 1989 par Victor Davis Hanson. L’approche  pluridisciplinaire et comparative a été systématiquement privilégiée.
par
Pr. François COCHET, CRUHL (EA 3945, université de Lorraine, Metz) & MSH Lorraine (USR CNRS 3261, université de Lorraine, Metz et Nancy)

Lire la suite

Le RSA est-il une innovation sociale ?

Bilan
La loi généralisant le Revenu de Solidarité Active institue en 2009 une nouvelle version du revenu minimum qui remplace le RMI et l’API (et les mesures d’intéressement afférentes). Notre recherche porte sur la manière dont le RSA peut ou non être considéré comme une innovation du dispositif de revenu minimum en France dans la substance du droit comme dans les procédures de son administration, et sur la manière dont l’argument de l’innovation a été mobilisé pour en défendre le principe.
par
Mathieu Béraud, Ali Boulayoune, Emilie Fériel, Jean-Pascal Higelé (porteur du projet IES-RSA), Andreana Khristova

A noter : Un article plus long de ces mêmes auteurs est également disponible en archive ouverte et en plein texte dans notre collection HAL-SHS : Cliquez sur ce lien

Lire la suite

L’information sur le nucléaire en débats : Réversibilité de la décision et (non) publics. Autour du centre de stockage des déchets de Bure. IDRéP.

Bilan
En quoi l’information constitue-t-elle un enjeu essentiel à la participation/non participation des publics aux choix technoscientifiques ? Prenant pour cas d’étude les « débats publics » (DP) autour de la réversibilité de l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Cigéo, Meuse/Haute-Marne), ce projet exploratoire a voulu examiner cette question en tenant compte de quatre dimensions : l’incertitude relative à une décision dite réversible engageant les générations futures ; les ressorts de la non-participation aux débats ; les incidences de la mémoire territoriale et de celle des catastrophes nucléaires sur la construction des informations ; les processus d’émergence de « communautés de publics » autour des mises en sens de l’information. Ces dimensions ont été examinées de manière compréhensive, dans le respect des différents acteurs et de leurs postures. Un axe plus pragmatique (épistémologie sociale) se proposait d’analyser théoriquement les conditions de possibilité d’un DP d’un point de vue épistémologique, dans le cadre spécifique de la discussion de technologies à haut risque nécessitant potentiellement la prise en compte d’informations sensibles.
par l’équipe du projet de recherche IDRéP

Lire la suite

Frontières de la production artistique : la sculpture entre Champagne et Lorraine (XIVe – début XVIIe siècle)

Bilan
Le projet de recherche FROPA (2010-2013) avait pour objectif d’établir une étude systématique des frontières et des flux de la production sculptée entre Lorraine et Champagne au temps d’apogée de la statuaire (vers 1300 – vers 1630) : analyse des œuvres des ateliers des zones frontières (Argonne, pays d’entre Marne et Meuse, Barrois, Bassigny, Blaisois), des influences réciproques, des déplacements des artistes et des officines de production.
par Prof. Patrick Corbet (université de Lorraine – Nancy ; MSH Lorraine & EA 1132 Hiscant-MA), porteur scientifique du projet FROPA

Lire la suite

Bloc-notes lorrain

La Maison des sciences de l’Homme Lorraine soutient en son sein des projets de recherche interdisciplinaires (elle n’héberge pas de laboratoires).
L’objectif de ce carnet est donc de valoriser la recherche en train de se faire dans les différents programmes de la Maison et les chercheurs ayant fait le choix de l’interdisciplinarité active en nous rejoignant. Pour ce faire, ils disposent d’un outil d’une grande souplesse et d’un espace d’expression très libre, afin d’être complémentaire des autres supports habituels de publication scientifique (revues à comité de lecture ou ouvrages…).