EPI : Education et pratiques inclusives

Bilan du projet EPI :

Notre  projet  visait à établir des partenariats (Equipes de recherche et champs de pratiques) pour  étudier,  dans un contexte international, scolaire et  inclusif, la question de « l’accessibilité didactique ». L’accessibilité didactique est l’ensemble des conditions qui permettent aux élèves d’avoir accès aux savoirs. Etudier  cette question du point de vue de la « dynamique topogénétique », c’est nous intéresser à la classe comme « micro-société » où des rapports d’exclusion, inclusion se jouent dans les relations entre les places que chacun peut assumer et celles que les autres les laissent assumer en les reconnaissant comme sujets capables d’apprendre.Rappel des objectifs interdisciplinaires du projet et des enjeux de l’opération ainsi que de leur évolution au cours de la recherche (le devenir des questions de départ)

Notre projet à pour but de s’intéresser aux pratiques des enseignants dans différents pays et contextes  où sont présents des élèves reconnus institutionnellement en situation de handicap ;  et à ce qui se joue en termes de rapports exclusion-inclusion à l’intérieur de la classe.  Ainsi, notre réponse à l’appel d’offres visait à construire les partenariats  nécessaires tant avec des équipes de recherche que pour trouver des terrains d’observation en Allemagne, Suisse, Belgique et Canada.

État de l’avancée des connaissances par rapport aux enjeux théoriques et à l’état du savoir dans le domaine au plan national et international

Le projet s’inscrit dans le contexte d’une politique éducative internationale visant à renforcer le droit à la scolarisation pour les élèves handicapés. En France, comme dans de nombreux pays signataires des conventions issues des instances internationales (ONU, 1994 , 2002, 2006 etc.) , cette notion d’accessibilité renvoie à la préoccupation forte de rendre possible « l’accès à  tout pour tous ». Dans le cadre de l’éducation nationale, il convient de souligner qu’il s’agit aussi d’une accessibilité aux savoirs et à la connaissance. Or, si l’accent a souvent été mis sur l’accès de n’importe quel enfant à l’établissement scolaire le plus proche de son domicile, il ne faut pas oublier que l’accès au savoir est aussi  et avant tout, celui des situations d’enseignement et d’apprentissage proposées. L’un de nos objets d’étude est celui de l’accessibilité didactique, non seulement par le biais des situations mais aussi par l’étude des contrats associés à ces situations et institutions. Notre hypothèse est que la scolarisation des élèves en situation de handicap ne va pas de soi pour les enseignants. C’est pourquoi nous avons choisi de nous centrer sur  une discipline scolaire –  les mathématiques – qui pose problème à beaucoup d’élèves mais aussi à de nombreux enseignants désarmés devant l’hétérogénéité de leur classe. Nous allons nous intéresser à la question de l’accessibilité didactique à partir de l’étude de la dynamique topo-génétique dans le cadre de classes du premier degré et du second degré qui accueillent des élèves handicapés. Nos questions sont alors : quelles sont les situations mathématiques « favorables » pour rendre possible l’accès au savoir ? Quels sont la place et le rôle des acteurs (enseignant-élèves) pour créer des conditions d’accessibilité didactique ?

La pertinence du projet est de s’intéresser aux pratiques des enseignants dans différents contextes (national et  international)  et à ce qui se joue en termes de rapports exclusion-inclusion à l’intérieur de la classe et qui reste invisible à la société. En outre, en travaillant finement avec les enseignants nous pouvons les aider à concevoir des situations qui permettent aux élèves d’assumer leur place d’élève et de citoyen dès les premiers apprentissages.

Du point de vue des concepts : la notion d’accessibilité didactique est une notion qui n’a pas vraiment été travaillée dans la littérature de recherche sur la scolarisation des élèves handicapés. Un certain nombre de travaux se sont intéressés à l’accessibilité matérielle qui était considérée comme une condition essentielle de l’accès de n’importe quel citoyen aux lieux publics. Des travaux de recherche se sont aussi intéressés à l’accessibilité pédagogique qui est celle qui s’intéresse aux conditions de scolarisation des élèves handicapés. Une définition donnée par Hervé Benoît est la suivante : « L’accessibilité pédagogique correspond aux pratiques et aux savoir-faire professionnels que développent les enseignants, avec le support d’aides techniques spécifiques ou généralistes, pour promouvoir des réponses pédagogiques adaptatives, susceptibles de réduire la situation de handicap au sein même de la classe. » Or dans notre cas, nous allons nous intéresser à l’accessibilité didactique qui est celle spécifique aux savoirs, notamment mathématiques. Le problème de l’accessibilité didactique n’est pas seulement un problème didactique mais c’est aussi un problème social et scolaire. Montrer que les phénomènes observés lors des rencontres des élèves avec des situations mathématiques sont de même nature que ceux observés dans d’autres institutions nous paraît aller dans le sens d’une prise en charge plus favorable de ces personnes en leur attribuant pleinement le statut d’élève qui est « capable » d’apprendre. Montrer que l’accessibilité didactique est un problème professionnel pour les acteurs (et notamment les enseignants), et que des changements de culture professionnelle sont possibles, nous paraît essentiel.

Le problème de la scolarisation des élèves en situations de handicap est abordé peu fréquemment du point de vue des pratiques des acteurs, et notamment des pratiques en classe.  Depuis 2013, notre perspective est de s’intéresser au point de vue micro, celui des acteurs, dans un cadre très localisé qui est celui d’une classe et/ou d’un établissement scolaire. Nous mettons en place un dispositif de travail collaboratif avec les enseignants qui nous permet de concevoir, observer, analyser des situations de classe. Ce travail conjoint est  filmé et les films sont transcrits. En outre, des entretiens d’auto-confrontation simples et croisés sont  menés, ce qui complète notre recueil de données. Notre perspective est  de recueillir des données  à partir de ce même dispositif, mais dans des contextes variés. Des aménagements peuvent être envisagées comme celui du recueil la parole des acteurs à la première personne (les élèves)  pour mieux comprendre les effets des pratiques.

Dans ce projet,  ce n’est pas le chercheur qui construit un savoir mais la coopération permet la construction de praxéologies, qui non seulement nourrissent la recherche mais donnent les moyens d’action aux professionnels, notamment les enseignants. Ce travail se fait actuellement  dans le cadre de deux écoles de Nancy et de trois collèges de Marseille (où sont implantées des ULIS). Le partage de responsabilités entre chercheurs et enseignants est ainsi bousculé, et nous assumons cet autre partage comme une condition importante pour le changement des pratiques pédagogiques, et donc pour l’accessibilité didactique.  Dès lors, il est important pour notre projet  de type anthropologique de trouver des équipes d’enseignants acceptant que leurs  pratiques soient filmées et coanalysées de manière multicatégorielle et pluri-disciplinaire (pairs et chercheurs).

Des contacts  ont été établis avec les quatre pays concernés :

Canada : Symposium  « Construire une communauté éducative pour tous », REF Montréal, les 19,  20, 21 et 22 octobre 2015. Contact avec les membres du Laboratoire international sur l’inclusion scolaire (LISIS) et en particulier Nathalie Trépanier, Ph.D. sciences de l’éducation (Montréal).

Suisse : Collaboration avec Greta Pelgrims, Professeur, Université de Genève (Sciences de l’éducation), et avec Jacques Kottelat, chercheur  et particien sur l’inclusion dans les écoles biennoises.

Allemagne : des collaborations ont été effectives avec 2 terrains de pratiques : l’Awo Kinderhaus du Bonheur à Humburg et une école à Wasserliesch.  Des captations ont pu être  réalisées dans une classe.

Belgique :   Des collaborations sont engagées et un symposium sur la thématique de l’école et du handicap  a pu être organisé à l’Université de  Mons, Congrès AREF  du 4 au 5  juillet 2016.

Perspectives : cette pré opération  a conduit à des collaborations avec les équipes de recherche et les terrains d’observations. Elles restent néanmoins à poursuivre soit du coté des équipes de recherche (Allemagne) soit du coté des terrains de pratiques (Canada, Suisse)

Publications significatives :

Direction d’ouvrage. Pelgrims, G., Perez, J.-M.,  (dir.) (2016 ). L’école dite inclusive ? Injonctions, conceptions et pratiques effectives. Suresnes : INSHEA.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *