REVERTER : Réversibilité de l’usage des territoires – Application à une vallée industrielle lorraine

Bilan du projet REVERTER :

Cette pré-opération avait pour objectif de mettre en place une méthodologie multiscalaire (de la parcelle à la vallée via le quartier et la ville-usine) visant à l’identification de pistes innovantes, telle l’agriculture, pour la réutilisation des anciens espaces industriels délaissés. Il s’agissait de construire un consortium et un projet solide avec des chercheurs de différentes disciplines autour de la thématique de requalification d’anciens sites industriels en zone de production agricole, dans le contexte d’une ancienne vallée industrielle fordiste, exposée à de nouvelles dynamiques périurbaines.

Le projet REVERTER (janvier 2014 – janvier 2015) se fondait sur un croisement d’approches géohistorique et économétrique appliqué à l’ancienne vallée sidérurgique de l’Orne. Il visait à fournir, aux acteurs de territoires marqués par les systèmes industriels passés de la sidérurgie, des éléments d’information et de décision pour orienter au mieux des stratégies de requalification des espaces délaissés par l’industrie. Ces travaux ont permis tout d’abord de mettre en évidence l’impact, toujours fort sur le territoire, de l’activité sidérurgique qui ne s’est pas résumée qu’à des sites de production. Ils ont également démontré, par la mesure d’aménités paysagères au travers d’enquêtes de terrain, la réappropriation forte, par la population locale, de certains espaces de friches recolonisés par la végétation suite aux opérations de paysagement mises en œuvre.

Dans un contexte où la tendance à la consommation des sols agricoles pour l’extension urbaine est remise en cause, le projet REVERTER a pour objectif de mettre en place une méthodologie visant à identifier des pistes innovantes de réutilisation des espaces industriels délaissés. En effet, dans un contexte de mutation économique, certains pays occidentaux doivent faire face à une déprise industrielle causant de nombreux changements d’usage de ces sols anthropisés. Cela se traduit notamment par l’abandon de larges espaces de friches industrielles – estimés à 100 000 ha en France (ADEME, 2011) – dont les sols sont fréquemment dégradés et le fonctionnement de l’écosystème altéré. À l’échelle des vallées industrielles lorraines (tant du textile vosgien que de la sidérurgie du Pays-Haut meurthe-et-mosellan et du Nord-Ouest du département de la Moselle), il apparaît que cette déprise économique laisse des paysages industriels hérités en déshérence, ouverts à de nouvelles mutations souvent mal maîtrisées (périurbanisation exacerbée par la proximité du pôle d’emploi luxembourgeois, implantations concurrentielles de nouvelles zones commerciales attirées par ces consommateurs, etc.). Ainsi se sont développés, au cœur même des territoires, des délaissés fonciers qui se caractérisent par un lourd passif environnemental et constituent un vrai problème pour les gestionnaires (au premier rang desquels les collectivités). En effet, ceux-ci disposent de peu d’informations objectives pour établir leurs décisions sur les solutions de requalification à appliquer, alors que ces terrains, souvent centraux dans la trame urbaine, représentent en réalité une réelle opportunité de développement urbain et/ou d’amélioration du cadre de vie, à l’aune des paradigmes aujourd’hui dominants du développement durable.

Ainsi, le projet REVERTER visait à étudier la pertinence sociétale et les conséquences d’une requalification de zones de friches en systèmes de production agricole. L’équipe de recherche s’est particulièrement intéressée à la traduction de cette évolution possible et innovante sur les paysages hérités de l’industrie, tout en replaçant celle-ci dans des dimensions géohistorique, territoriale, économique et sociale. Ce premier travail a fait l’objet d’un stage de 6 mois (niveau M2) effectué par M. Picon. Devant le très bon travail de ce stagiaire (rapport soutenu à son école avec mention TB en septembre), nous avons décidé de le prolonger jusque fin octobre pour qu’il puisse élargir un peu son étude. Le travail, un volume de presque 200 pages, est terminé et a été rendu le 1er décembre 2014.  Il a été utilisé pour les demandes de financement PSDR pour lesquels REVERTER était une pré-opération.

Ensuite, une attention particulière a été portée sur l’estimation de l’acceptabilité des habitants à consommer des productions alimentaires produites par cette filière. Ce travail a fait l’objet d’un stage de 6 mois d’août à décembre, confié à D. Téa. Il était encadré par Philippe Lerouvillois (ECOTA) et Geoffroy Séré (Laboratoire Sols et Environnement, Université de Lorraine/INRA). Il a également été l’occasion d’une collaboration avec le Laboratoire d’Economie Forèstière (AgroParisTech, INRA). Sur la base d’enquêtes de terrain, suivies par une exploitation statistique des résultats, les aménités paysagères de différents scénarios de requalification ont pu être évaluées. Le travail a été rendu au début de 2015.

Enfin, l’étude a été conduite sur deux échelles spatiales complémentaires : l’échelle d’un site modèle de friche industrielle à savoir l’ancienne cokerie d’Homécourt, et à l’échelle de la vallée de l’Orne.

Indicateurs :

Deux mémoires de master :
– PICON M. (2014), Autour de l’Orne industrieuse : paysages industriels hérités, Mémoire présenté en vue d’obtenir le diplôme de Master « Identification, Aménagement et Gestion du Foncier », Conservatoire National des Arts et M2tiers,  École Supérieure des Géomètres et Topogrpahes, 191 p.
– TÉA D. (2015), Réversibilité de l’usage de sols, application à une vallée industrielle Lorraine, Mémoire de Master 1, ESITPA – École d’ingénieurs en Agriculture de Rouen, 67 p.

Interventions :
 – Intervention de M. Picon sur « les approches paysagères appliquées aux vallées, et en particulier à celle de l’Orne », lors des journées scientifiques de la Zone Atelier Moselle (ZAM) à Mirecourt les 23 et 24 juin 2014.
– Intervention de M. Picon et S. Edelblutte au nom de toute l’équipe sur « Paysages et territoires hérités de l’activité industrielle : contraintes et ressources ». 2èmes Rencontres « Recherche & Territoires en Lorraine », Carrefour des Pays Lorrains et Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine, 4 février 2015, Nancy

Le travail sur REVERTER a permis enfin à M. Picon d’obtenir une allocation doctorale de 3 ans (octobre 2015 – septembre 2018) pour travailler sur le sujet de l’évolution et la reconversion des paysages des vallées sidérurgiques du Nord lorrain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *