AMONT : Représentations et approches théoriques du monde rural

Bilan du projet AMONT
Ce projet organisait des séminaires sur les représentations et les approches théoriques du monde rural dans les projets « Monde rural-Université en Lorraine »

Entre 2014 et 2015, trois séminaires ont été organisés, en lien avec 3 autres projets de recherche liés au thème « Ruralité 2013 » menés au sein de la MSH Lorraine :
MEDICAMP : Se soigner en zones rurales lorraines : les itinéraires de soins de populations résidant en zones « déficitaires en soins de premiers secours » (responsabilité scientifique : Virginie Vinel)
COSSEC : Vers l’autonomie énergétique des communes rurales (responsabilité scientifique : Mohammed El Ganaoui)
CIRCOU : Circuit court et de proximité en milieu rural (responsabilité scientifique : Bernard Balzani)
Le séminaire a conduit la MSH à institutionnaliser un partenariat avec la MSH Bourgogne. Des journées ont été organisées dans le cadre du réseau « recherche et territoires ruraux ».  Il a par ailleurs permis à l’équipe de participer activement à l’élaboration du programme PSDR et à y prendre une part active. Des étudiants des masters Projter et ISA ont pu travailler ensemble à la MSH. Un mémoire a été réalisé. Une des étudiantes est actuellement inscrite en thèse à l’Université de Lorraine sur les questions soulevées.
Voici les contenus de ces séminaires :
Gilles Laferté

Gilles Laferté

1. Lectures du monde rural : réflexion partagée avec Gilles Laferté
Le séminaire de recherche « Lectures du monde rural : réflexion partagée avec Gilles Laferté » s’est déroulé à Nancy le 13 janvier 2014, à la MSH. Gilles Laferté est Directeur de recherche INRA (Département de Sciences Sociales, CESAER Dijon) et Chercheur associé au Centre Maurice Halbwachs (équipe ETT, ParisSur).

Article en préparation.
Affiche du séminaire Les territoires ruraux au prisme des statistiques

Affiche du séminaire Les territoires ruraux au prisme des statistiques

2. Les territoires ruraux au prisme des statistiques

Lundi 12 janvier 2015
9h30-17h
Nancy (France)

Argumentaire général
Cycle de séminaires « Recherche et Territoires ruraux »
Projet AMONT –
Organisation : Jean-Luc Deshayes, Ingrid Voléry & Alissia Gouju
Axes 1 et 3 de la MSH Lorraine

Peut-on s’intéresser aux territoires ruraux en faisant l’économie des statistiques ? Et que font-elles au rural ?

Si les chercheurs ont longtemps privilégié les monographies permettant d’approcher un monde «  homogène » dont il convenait d’apprécier l’organisation sociale et culturelle propre , les statistiques – et surtout les typologies et classements territoriaux qu’elles alimentent – sont devenues incontournables à partir des années 1970, sous l’effet conjugué de facteurs politiques et institutionnels mais aussi culturels et scientifiques. D’un côté, se développe l’idée selon laquelle ces territoires doivent être entrainés dans une dynamique modernisatrice, initiée par l’Etat, et prenant appui sur les villes : c’est l’époque des plans d’aménagement du territoire permettant d’entrainer « de l’extérieur » des territoires en « retard ». Dans ce sillage, les statistiques constituent un instrument permettant de classer et de comparer les espaces à partir d’étalons communs. De l’autre, les chercheurs tendent à s’accorder sur une fin de la paysannerie (Mendras, 1967) qui entrainerait, avec elle, la fin de la ruralité et ils tournent le regard vers la forme urbaine, à l’aune de laquelle les degrés d’urbanisation et de développement territorial, vont être mesurés. Quelle trace cette histoire laisse-t-elle sur les statistiques territoriales contemporaines ? Et au centre de quels nouveaux enjeux et usages se retrouvent-elles ? Pour alimenter la réflexion, ce premier séminaire se propose d’interroger ce que les statistiques territoriales – dans leurs indicateurs et les classements qu’elles produisent – nous disent des représentations des territoires ruraux et des logiques de classement qui s’y arriment.

Chercher la trace que le culturel laisse dans l’œil de l’observateur du territoire est une entreprise déjà engagée par les géographes ayant interrogé les usages des métaphores organicistes – et leur caractère genré – dans la description des territoires au début du XXème siècle (Berdoulay, 1982 ; Séchet, 2012). Mais ce travail doit être étendu aux instruments statistiques – non seulement pour mettre en critique la pertinence des indicateurs (Berger et Rouzier, 1995) mais pour interroger les matrices idéologiques qui les sous-tendent (Blanc, 1997 ; Jean, 2006 ; Jean et Dionne, 2007 ; Mischi et Renahy, 2008). Que disent-ils des visions des espaces « ruraux » ? Sont-ce seulement des formes urbaines « affadies » par une moindre densité de l’habitat, des services et de l’activité économique ? Comment analyser les références persistantes à la démographie des territoires (par exemple, la part des personnes âgées systématiquement associée au déclin alors même que certaines chercheurs pointent le regain de population de certains territoires ruraux et la vivacité d’un économie résidentielle à laquelle contribuent fortement certaines fractions des populations dites «âgées » (Talandier, 2008)) ? Que penser également de l’absence de référence au passé et au présent migratoire de certaines campagnes lorraines, « blanchies » et « autochtonisées » par les indicateurs, à l’heure actuelle utilisés dans les typologies institutionnelles faisant autorité  ? Comment interpréter la référence récente à la nature, à tout le moins à des« paysages artificialisés » qui sont ensuite opposés à des « paysages agricoles » jugés par définition plus proches de cette nature ? Il s’agira ici de réfléchir à la façon dont les statistiques participent d’un double travail de catégorisation et de hiérarchisation des territoires qui, pour être pleinement saisi, doit être rapproché des autres « territoires » (l’urbain, la zone urbaine sensible, le périurbain, la friche, l’espace « sauvage » ou « domestiqué » (Descola, 2004)) et articulé à des rapports sociaux d’âge (présupposé âgiste dans la vision de ce qui constitue le dynamisme territorial), d’ethnicisation (blanchiment des campagnes à rapprocher de l’ethnicisation d’autres espaces – ZUS par exemple) ou encore de classe sociale (à travers la disqualification du périurbain, lieu de résidence supposé de groupes sociaux déclassés par leur consommation standardisée, leur incapacité à faire communauté et leur conservatisme politique).

C’est au crible de ces dimensions que nous proposons de passer les statistiques faisant aujourd’hui autorité dans les espaces professionnels du développement territorial.

Programme

9h30-10h  Accueil des participants

10h-10h40  Statistiques territoriales et genre
Sophie Louargant est maître de conférences en géographie à l’Université Pierre-Mendès-France de Grenoble et membre du laboratoire Pacte. Elle développe une analyse culturelle, sociale et politique des territoires et des territorialités en mobilisant deux entrées privilégiées, les approches par genre et la culture de l’anticipation (prospective).
10h40-11h20  Statistiques territoriales et ethnicité
Simona Tersigni est maître de conférences en sociologie à l’Université Paris ouest-Nanterre et membre du laboratoire Sophiapol. Ses recherches concernent les migrations, les relations interethniques, les frontières et les espaces en partage.
(Pause)
11h30-12h10  Statistiques territoriales et classes sociales
Violaine Girard est maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Rouen, membre du Groupe de recherche innovations et sociétés (GRIS) et rattachée à l’équipe « Enquêtes, terrains, théories » du Centre Maurice Halbwachs. Elle est l’auteure d’une thèse de sociologie consacrée aux trajectoires résidentielles de pavillonnaires des classes populaires, à partir d’une enquête menée au sein d’un territoire périurbain et industriel. Elle interrogera donc la manière dont on pense et on catégorise les territoires périurbains.
12h10-13h Mise en discussion / échange avec la salle
13h-14h Pause repas (sur inscription)
14h30-15h10 Statistiques territoriales et âge
Fréderic Balard est socio-anthropologue à l’Université de Lorraine, membre du Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S). Il travaille depuis plusieurs années sur la longévité et le vieillissement (notamment le très grand-âge). Il interrogera les expériences du territoire vécues par les personnes âgées.
15h10-15h50 Espaces ruraux en Lorraine, des territoires inégaux face aux crises
Philippe Debard, chargé d’études à la direction régionale de l’INSEE Lorraine. Spécialiste de l’étude des statistiques, il proposera son analyse des espaces ruraux lorrains. Il a réalisé de nombreux diagnostics de territoires (département, parc naturel, Pays, …). Il proposera une approche du développement des espaces ruraux à partir de la théorie de la base économique. Et s’interrogera sur les effets de la crise financière et économique de 2008 et de la crise des dettes souveraines apparue en 2011.

15h50-16h30 Mise en discussion / échange avec la salle

Chacune de ces interventions sera articulée à celle d’un professionnel du développement territorial confronté à l’usage des statistiques territoriales dans son quotidien professionnel.

 

Affiche Recherche et Territoires

Affiche Recherche et Territoires

3. Rencontres Recherche et Territoire

Mercredi 04 février 2015
8h30-17h30

Nancy (France)
Muséum Aquarium de Nancy
34 Rue Sainte-Catherine

Les territoires et les enjeux dont ils font l’objet pour les acteurs locaux, supposent des données, des analyses et des réflexions approfondies qui peuvent alimenter des recherches interdisciplinaires ou des partenariats autour de projets communs.

Suite à la publication d’un premier répertoire des relations entre monde académique et monde rural en 2011 par la DRAAF Lorraine, la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine et le Carrefour des Pays Lorrains ont organisé en janvier 2013 la première rencontre régionale entre le monde de la recherche et les acteurs des territoires ruraux. Cette journée avait pour objectif de faire découvrir des travaux de recherche sur les questions qui intéressent les acteurs des territoires dits ruraux, d’en susciter de nouveaux et de créer des conditions favorables au renforcement des partenariats entre la recherche et les territoires.

Suite au succès de cette première rencontre qui a rassemblé plus de 160 personnes, la MSH Lorraine a lancé un appel à projets de recherche interdisciplinaire thématiques sur les questions rurales (4 projets de recherche soutenus et financés pendant 1 an).

Nous vous avons proposé le 04 février 2015 de faire un point sur ce qui a émergé de ces projets et, à l’instar de la première édition, de mettre en avant la grande variété et la richesse des collaborations possibles entre le monde de la recherche et les acteurs des territoires.

Les territoires et les enjeux dont ils font l’objet pour les acteurs locaux, supposent des données, des analyses et des réflexions approfondies qui peuvent alimenter des recherches interdisciplinaires ou des partenariats autour de projets communs.

Suite à la publication d’un premier répertoire des relations entre monde académique et monde rural en 2011 par la DRAAF Lorraine, la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine et le Carrefour des Pays Lorrains ont organisé en janvier 2013 la première rencontre régionale entre le monde de la recherche et les acteurs des territoires ruraux. Cette journée avait pour objectif de faire découvrir des travaux de recherche sur les questions qui intéressent les acteurs des territoires dits ruraux, d’en susciter de nouveaux et de créer des conditions favorables au renforcement des partenariats entre la recherche et les territoires. (Voir aussi à ce sujet la vidéo réalisée à l’époque en cliquant sur ce lien).

Suite au succès de cette première rencontre qui a rassemblé plus de 160 personnes, la MSH Lorraine a lancé un appel à projets de recherche interdisciplinaire thématiques sur les questions rurales (4 projets de recherche soutenus et financés pendant 1 an).

Nous vous proposons aujourd’hui de faire un point sur ce qui a émergé de ces projets et, à l’instar de la première édition, de mettre en avant la grande variété et la richesse des collaborations possibles entre le monde de la recherche et les acteurs des territoires.

Pour voir la vidéo de la journée c’est ici.

Programme de la journée

Introduction:

Alissia GOUJU, assistante chargée de mission au Carrefour des Pays Lorrains. Projet AMONT, MSH Lorraine.

Conférence 1: Les différentes caractérisations du territoire, leurs évolutions et incidences entre chercheurs et société

Francis AUBERT, directeur de la MSH Dijon, professeur d’économie AgroSup Dijon

Gilles LAFERTE, INRA& MSH Dijon, Directeur de Recherche INRA, département de sciences sociales, CESAER Dijon et chercheur associé au Centre Maurice Halbwachs

Dominique VALCK, président du Conseil de Développement Durable du Grand Nancy

Conférence 2: Ressources territoriales et territoires ressources

Animation: Sylvain Plantureux, ENSAIA

Simon EDELBLUTTE, géographe à l’Université de Lorraine, laboratoire LOTERR, et Mickaël PICON étudiant géographe à l’Université de Lorraine, Laboratoire LOTERR. Projet REVERTER, MSH Lorraine.

Philippe LADEN, ingénieur au Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) et Henri GIRAUD ingénieur de recherche en télédétection, Service Régional de Traitement d’Image et de Télédétection (SERTIT), Université de Strasbourg.

Franck BESANCON, enseignant-chercheur, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy.

Conférence 3 : Associer les disciplines pour mieux penser l’aménagement

Vincent BRADEL architecte de formation, et Marc VERDIER architecte-urbaniste, tous deux sont enseignants à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy et chercheurs au Laboratoire d’Histoire de l’Architecture Contemporaine (LHAC)

Jean-Marie SIMON, thèse de géographie « les paysages, outils de connaissance des territoires urbains », Ecole doctorale Fernand Braudel, Université de Lorraine.

Conférence 4: Santé de territoires et territoires de santé

Virginie VINEL socio-anthropologue à l’Université de Franche-Comté, Déborah KESSLER-BILTHAUER anthropologue à l’Université de Lorraine, et Joëlle KIVITS sociologue de la santé à l’Ecole de Santé Publique de Nancy. Projet Médicamp, MSH Lorraine.

Marie PERSIANI, directrice de l’Instance Régionale d’Education et de Promotion de la Santé (IREPS)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *