COSSEC : Vers l’autonomie énergétique des communes rurales

Bilan du projet COSSEC :

Les laboratoires de recherche présents à l’IUT de Longwy : LERMAB  (Laboratoire d’étude et de recherche sur le matériau bois), CRAN (Centre de Recherche en Automatique de Nancy), Green (Groupe de Recherche en Électrotechnique et Électronique de Nancy), 2L2S, (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales) sont inscrits dans de nombreux projets de formation et de recherche afin d’élaborer des solutions d’autonomie énergétique pour les collectivités locales qui soient à la fois « fiables technologiquement, économiquement rentables et socialement acceptables ». Au sein de la MSH Lorraine, ils réfléchissent à la place des sciences sociales dans cette grille de lecture  et militent pour une collaboration entre chercheurs de différentes disciplines plus en amont des politiques publiques, intégrant une meilleure compréhension des pratiques, représentations et rapports entre groupes d’acteurs.  (responsables du projet MSH : Jean-Luc Deshayes, MCF HDR, Sociologie 2L2S,  Mohammed El Ganaoui, professeur, LERMAB).

Le projet :

La contribution des sciences  sociales aux projets écologiques des sciences de l’ingénieur (autonomie énergétique des communes rurales, habitat durable intelligent) en questions.

Les équipes de recherche présentes à l’IUT Henri Poincaré de Longwy (LERMAB, Laboratoire d’Etude et de Recherche sur le Matériau Bois, ,CRAN, Centre de recherche en automatique de Nancy, GREEN (Groupe de Recherche en Électrotechnique et Électronique de Nancy),2L2S Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales) sont inscrites dans de nombreux projets de formation et de recherche afin d’élaborer des solutions d’autonomie énergétique pour les collectivités locales qui soient à la fois « fiables technologiquement, économiquement rentables et socialement acceptables »

Ainsi en est-il d’une mutualisation transfrontalière des connaissances et compétences en matière de biomasse-

Energie et de ses procédés de valorisation énergétique afin de mettre au point des solutions optimisées pour produire de la chaleur et de l’électricité localement et diminuer le recours aux énergies fossiles. Un autre projet cherche à explorer différentes pistes pour proposer des solutions innovantes pour la mise en place de bâtiments durables, c’est-à-dire de bâtiments du futur, assurant une consommation énergétique optimale et prenant en compte les contraintes socio-économiques propres à chaque région.

La mobilisation des sciences économiques, des sciences de gestion et des sciences sociales est souhaitée. Cependant, le recours à ces disciplines est pensé, dans un premier temps, avec des objectifs normatifs : «prendre en considération le facteur humain », « la place de l’habitant », «les conditions de réception des innovations » ; contribuer à « des dynamiques de développement local ». L’enjeu pour ces disciplines serait donc d’une part de proposer des modèles d’acceptation sociale reposant sur une meilleure compréhension des comportements et, d’autre part, de reproduire des indicateurs aptes à en évaluer l’efficacité économique individuelle et collective (effets externes).

Réfléchir à la place des sciences sociales, c’est aussi interroger cette lecture des sciences sociales. On sait que la place des SHS dans un projet d’autonomisation des territoires vers un objectif d’indépendance énergétique dont les orientations indiquent la prééminence des sciences technologiques ou de l’ingénieur leur assigne souvent un rôle secondaire de lubrifiant d’un changement (dans les comportements des individus ou des acteurs). La sociologie rurale comme la sociologie de l’innovation ont analysé ce que classiquement on appelle la résistance au changement ou les comportements de ceux qui n’acceptent pas de se plier aux injonctions technocratiques fondées quant à elles sur des arguments à habillage scientifique et technique auxquels il serait quasi ridicule de s’opposer compte tenu de leur rationalité ou de leur évidence. De même la commande faite le plus souvent d’analyser l’acceptabilité sociale d’une innovation en accentuant sa dimension indiscutable et non controversable peut réduire la recherche en Sciences Humaines et Sociales au rôle d’une super  agence de communication cherchant à établir quel serait le bon dosage d’un marketing social du changement technique. La sociologie n’est pas le lubrifiant ou la science de l’acceptabilité.

Elle doit s’intéresser aussi à ceux qui refusent ou résistent aux innovations et elle gagne à recenser les bonnes raisons qui fondent ce refus ou ce rejet qui sont tout aussi justifiées que le fait d’accepter l’injonction technocratique et idéologique du « développement durable ».

Trois disciplines sont convoquées dans cette réflexion : l’énergétique, l’automatique et la sociologie ; l’interdisciplinarité est fondée et en l’occurrence pas si commune que cela.

L’intérêt majeur de notre réflexion est de se situer en amont de toute recherche proprement dite de manière à fédérer des chercheurs autour d’un enjeu de recherche partagé pour consolider un partenariat. Par ailleurs, le mérite du projet est de considérer les territoires ruraux qui sont de formidables espaces d’innovation sociale alors que les débats sur l’autonomie énergétique tendent à être urbano-centrés.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *