TRAQT : Transferts de Qualification Transfrontaliers

Bilan du projet TRAQT :

Il s’agit donc ici de réfléchir sur les échelles pertinentes de reconnaissance des qualifications des personnes (Etat, Europe, Grande région, zones transfrontalières) et sur les conditions de transfert des qualifications (droit à la reconversion, modalités de reconnaissance des diplômes, rôle des intermédiaires de l’emploi…) dans l’espace transfrontalier de la Grande Région.

Les terrains interrogent les échelles nationales, européennes, transfrontalières, locales, inter-territoriales, les inégalités sociales et les conditions salariales de reconnaissance ou de maintien de la qualification personnelle.

Le projet :

Le programme de recherche « Transferts de Qualification Transfrontaliers » (TRAQT)1 s’intéresse aux transformations des institutions du salariat dans trois marchés internes (sidérurgie, travail social, banques) qui s’entrouvrent et se complexifient. Il croise diverses échelles (différents niveaux, inscription inter-territoriale [Vanier, 2008] notamment transfrontalière, inscription dans un espace sociétal élargi), diverses fractions de classe (qui se redéfinissent en fonction de ceux qui partent, de ceux qui restent ou de ceux qui passent) et diverses dimensions de la qualification (rapports à l’école, à l’emploi, au travail).  La partition des qualifications est une construction datée et localisée, un élément au cœur de la relation salariale. José Rose (2012) confirme que la définition de la qualification a une dimension contingente dans la mesure où elle s’inscrit dans des contextes historiques et sociétaux singuliers. Elle relève d’un rapport social car elle est l’objet de conflits et de négociations et parce que sa reconnaissance dépend finalement du rapport de force entre employeurs et salariés. La qualification est donc une construction sociale mettant en jeu les divers acteurs concernés par la production, l’usage et la reconnaissance des qualités acquises et exercées par les personnes. Elle articule trois registres conflictuels renvoyant aux caractéristiques des personnes, au contenu des activités et aux modes de classification des emplois. « Le travailleur apporte aussi son origine familiale, une conception de sa place dans le monde » (Rose, 2012). José Rose insiste encore sur la variété des situations sectorielles et professionnelles et sur la spécificité de la période récente qui, par le mouvement d’individualisation de la relation salariale, rend plus difficile la reconnaissance des qualifications et rend moins cohérentes les correspondances entre leurs différents registres.

Les questionnements initiés par le programme de recherche TRAQT se sont progressivement enrichis. Il a été pensé dans le cadre de l’axe « frontières, territoires, échanges » de la MSH Lorraine avec un triple objectif de réflexion sur les frontières. Il s’agissait, dans un premier temps, de mobiliser les différentes approches conceptuelles de la frontière dans l’analyse. Une définition plus politique conduit à prendre en compte la diversité des échelles (Europe, Etat, Région, agglomérations, institutions transfrontalières) présentes dans les espaces transfrontaliers qui seraient passés d’un statut périphérique à un centre initiant de nouveaux cadres de référence, de nouvelles pratiques, de nouvelles structures de décisions. Une deuxième appréhension de la frontière s’éloigne de la frontière d’Etat et du territoire pour étudier les « nouvelles » frontières sociales, réticulaires, gestionnaires qui interagissent avec les premières. Une dernière interrogation concerne le nomadisme du concept. De terrain à objet puis à catégorie analytique, il risque de conduire à une surinterprétation transfrontalière. Les deux autres préoccupations initiales s’inscrivaient dans les objectifs interdisciplinaires de la MSH : une attention à la boîte à outil du comparatiste dans les sciences sociales, une mise en évidence de la multiplicité des frontières dans les espaces-frontières.

La problématique centrale visait aussi à vérifier l’hypothèse, dans les situations de transferts de qualification transfrontaliers, d’un passage de la qualification à l’employabilité, c’est-à-dire, d’une qualification inscrite dans des droits collectifs liés à l’emploi à une évaluation individualisée et récurrente comme condition d’accès à l’emploi. Le statut du travailleur frontalier a ainsi évolué, après une perte d’emploi, d’une inscription dans les institutions collectives du salaire dans le pays d’accueil puis dans le pays d’origine vers un droit individualisé à la formation, à l’accompagnement ou au reclassement partagé entre les deux Etats concernés. Les trois terrains d’enquêtes choisis, la sidérurgie, les banques et le travail social correspondent à trois marchés internes qui s’entrouvrent. Ils évoluent après avoir initialement été caractérisés par une correspondance entre diplôme, qualification reconnue dans les conventions collectives et salaire, par la possibilité de faire carrière et donc par un recrutement de cadres privilégiant les ressources internes aux arrivées extérieures à l’entreprise.

Les terrains d’enquêtes sont devenus peu à peu révélateurs non seulement d’une évolution des espaces de référence, des transformations du salariat et des résistances qu’elles engendrent mais aussi, dans le bassin transfrontalier de Longwy, terrain principal de l’étude, du devenir d’une génération, celle de l’après-sidérurgie ou de l’après-reconversion. Ce qui ne signifie pas que les références ou les institutions nées de sidérurgie restent dominantes, ni que tous les individus concernés aient vécu une socialisation paternaliste (il y a eu de nombreux départs et arrivées), mais que l’inscription socio-historique des phénomènes observés se situe dans trente années de stratégies permanentes de restructuration et de politiques de reconversion. Les trois terrains d’étude y sont confrontés, la sidérurgie dans l’espace frontalier, les banques luxembourgeoises qui ont beaucoup embauché entre le milieu des 1990 et le milieu des années 2000 avant de se délocaliser ou de se restructurer avec de nombreux plans sociaux ces dernières années et les éducateurs spécialisés dans leur travail quotidien.

Ces évolutions sont enfin contemporaines de l’allongement de la scolarisation qui a produit, même si elle stagne depuis le milieu des années 1990, de nouvelles conditions de déroulement des parcours universitaires et professionnels. L’étude du devenir des étudiants de l’IUT GEA de Longwy est précieuse pour en prendre la mesure.

Ce sont donc toutes les dimensions de la qualification et leurs interactions qui sont concernées par les transferts transfrontaliers : travail, emploi, diplômes. Les étudier dans la durée à partir d’un même terrain permet, même si des questions théoriques et méthodologiques importantes demeurent, de proposer une grille de lecture en termes d’espaces localisés de qualification. Celle-ci permet de réunir une approche en termes d’espaces sociaux localisés (contraintes à distance structurantes, morphologie sociale singulière, usages et modes de reconnaissances spécifiques) et une lecture à partir des institutions du salariat.2. L’évolution des politiques de gestion de la main d’œuvre dans les branches étudiées définit-elle de nouveaux espaces de qualification ? Dans quelles mesures s’inscrivent-ils alors dans de manière spécifique dans des espaces localisés ? Contribuent-ils à limiter les capacités d’initiatives locales ou non et surtout au profit de quels groupes sociaux ? (Charlot, 1994)3

Résultats :

On ne peut pas analyser les questions de territoire et de frontières sans prendre en compte les rapports sociaux qui les constituent. Cependant, plusieurs conceptions coexistent : les premières insistent sur la nouvelle centralité des espaces frontaliers, les secondes sur le développement à côté de la frontière d’état de nouvelles frontières, les troisièmes sur la prégnance des rapports économiques et sociaux.

Ouvrages :

– Deshayes J-L, 2016, Je travaille au Luxembourg, Une socio-histoire d’un espace de qualification transfrontalier, Nancy, PUN. (à paraître)

Direction Ouvrages collectifs :

– Balzani B., Deshayes J-L., Gillet M., Meyer J., Rihoux J., 2015,  Protéger l’enfant par-delà les frontières, Nancy, PUN.

Contributions à ouvrage collectifs :

 2016
Deshayes J-L., 2016, Le recouvrement territorial de la question sociale : Discours, politiques publiques  et transformations du salariat dans le Longwy des années 1980, in Expressions territoriales émergentes, entre conflits et concertation, Guérin-Pace F.  et  Mesclier E., Paris, Karthala, 2016.

 2015
– Deshayes J-L., Gillet M., 2015, « Les éducateurs spécialisés à l’épreuve des frontières » ,in  Balzani B., Deshayes J-L., Gillet M., Meyer J., Rihoux J., Protéger l’enfant par-delà les frontières, Nancy, PUN, 2015
– Deshayes J-L., 2015, « De multiples frontières en mouvement, in  Balzani B., Deshayes J-L., Gillet M., Meyer J., Rihoux J., Protéger l’enfant par-delà les frontières, Nancy, PUN, 2015,
– Deshayes J-L., 2015, « Comment comparer ? », in  Balzani B., Deshayes J-L., Gillet M., Meyer J., Rihoux J., Protéger l’enfant par-delà les frontières, Nancy, PUN, 2015,

2014
Deshayes J-L., Balzani B., Gillet M.,  Lhuillier V.,  Rihoux  J., 2014,  Innovation sociale et multiplicité des frontières. Les apports du programme de recherche-action Proximam Lotharingie in L’économie sociale et solidaire face aux défis de l’innovation sociale et du changement de société, Jean-Pascal Higelé, Vincent Lhuillier, Presses Universitaires de Nancy, France, mai 2014, pp 303-325

2013
– Deshayes J-L., 2013,- « Je travaille au Luxembourg », effets-frontières et transformations du travail et de l’emploi dans la Grande Région / ‘Ich arbeite in Luxemburg’, Grenzeffekte und Wandel im Bereich Arbeit und Beschäftigung in der Großregion »in Mobilité et valeurs européennes dans la Grande Région, Mobilität und europäische Werte in der Großregion, Édité par Laurence Potvin-Solis, Vincent Meyer, PUN .
– Balzani B.,  Deshayes J-L., Gillet M.,  Rihoux J., 2013,  Les apports méthodologiques de trois recherches menées dans l’espace transfrontalier franco-belgo-luxembourgeois, in Philippe Hirlet, Jean-Louis Meyer, Yvette Molina, Béatrice Muller (dir.), Travail social sans frontières : innovation et adaptation, EHESP, coll. « Politiques et interventions sociales », pp 77-92
– Deshayes J-L, 2013, Effets frontières et transformations de l’emploi : une mise en débat théorique de la littérature sur le travail frontalier, in R Belkacem, I Piroth, Le travail frontalier au sein de la Grande Région Saar-Lor-Lux. Pratiques, enjeux et perspectives, PUN, 502 pages

Articles de revues avec comité de lecture :

– Deshayes Jean-Luc, Une lecture de la désindustrialisation  dans le  Bassin de  Longwy des années 1980 à 2015 à partir des transformations du salariat, in revue Meridiana, 2016.(à paraître)
– Deshayes Jean-Luc, Mobilité ou mobilisation? Les sidérurgistes du bassin de Longwy  et leurs enfants dans les années 1980/, p 57-71,   Les Mondes du Travail, n° 14,  Dossier/Sous les mobilisations géographiques – mars 2014
– Deshayes Jean-Luc, L’employeur territorial, une notion utile pour comprendre la (dé)strcuturation de l’emploi, p 69-80, Travail et emploi, 2013/4 (n° 136) Éditeur : DARES
– Deshayes Jean-Luc, Employment at the frontiers, revealing of the new frontiers of employment, CLR News, (1):30-38 , 2012 , http://www.clr-news.org/C…s/CLR%20News%201-2012.pdf – Deshayes Jean-Luc, Lectures de travail frontalier et nouvelles approches des frontières : entre non-dits et excès d’usages, Revue des sciences sociales, (48):146-151 , 2012

  1.  Il est présenté de manière plus détaillée en annexe en fin de volume. []
  2. Les stratégies des firmes et les politiques de reconversion de l’après-sidérurgie  peuvent être analysées comme le passage d’un local conquis à un local octroyé (Deshayes, 2010 a et b). []
  3. Trois articles écrits récemment contribuent à ce questionnement sociologique : une interrogation sur les lectures de la frontière à partir d’une recension des recherches menées sur le travail frontalier, une tentative de conceptualisation de la notion d’employeur territorial, une analyse de la résistance à la mobilité sous l’angle de la qualification (Deshayes, 2011, 2013, 2014). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *