SLAM : Schizophrénie et Langage : Analyse et Modélisation

Bilan du projet SLAM :

Le projet SLAM – Schizophrénie et Langage : Analyse et Modélisation – s’intéresse à la modélisation formelle d’entretiens mettant en relation des patients schizophrènes et des psychologues dans un contexte clinique ou psychothérapeutique.

Lorsqu’une personne parle, elle donne un grand nombre d’informations par les phrases qu’elle produit sur le rapport qu’elle entretient avec le monde extérieur (avec son interlocuteur) et avec son environnement (immédiat).

Pour un locuteur compétent, il est souvent aisé de comprendre une conversation, sauf quand l’un des protagonistes présente des incohérences. Plusieurs questions apparaissent alors : le problème vient-il de la compréhension du destinataire ? de la capacité à manier la langue de l’énonciateur (supposé) incohérent ? d’un mauvais fonctionnement cognitif ? d’un jeu de langue ? L’humour peut être à la source de malentendus, mais parfois le problème est plus profond.

Une série d’études a mis en avant que, dans des interactions dialogiques, les patients schizophrènes font apparaître des ruptures complexes, rendant difficile, voire impossible, l’interprétation de leurs pensées.

Le projet :

Le projet SLAM visait à systématiser l’étude des conversations pathologiques dans le cadre d’une approche interdisciplinaire alliant psychologie, linguistique, informatique et philosophie. Elle s’est concentrée notamment sur les conversations impliquant des personnes souffrant de troubles psychiatriques. A cet effet, elle s’est déployée selon trois modules : corpus, formalisation, épistémologie.

Une première problématique de l’opération était de constituer une ressource libre basée sur les transcriptions d’entretiens entre un patient et un psychologue. Le rôle explicite de ce dernier est uniquement de maintenir l’interaction. Sa participation à l’échange est restreinte et permet d’envisager le dialogue comme un discours porté par le patient.

Ces échanges sont ensuite analysés sous plusieurs aspects : tout d’abord il s’agit de mettre en avant les usages pathologiques de la langue par la détermination de ruptures décisives ; ensuite les extraits spécifiques sont modélisés formellement à partir d’une théorie classique pour la modélisation du discours, la SDRT ; par ailleurs, les objets de discontinuité sont interrogés par la partie épistémologique, discutant de la position de rationalité du patient par rapport à son discours.

Les trois axes précédents ont structuré l’organisation de l’opération. Il faut entendre que si ces trois axes ont été séparés, ils ont travaillé en synergie.

Du point de vue méthodologique, il était prévu de constituer la ressource sur les trois années de l’opération par des entretiens avec des groupes de 10 patients souffrant de troubles de différentes natures.

Le projet a fait évoluer ces objectifs en fonction de la réalité du terrain. Tout d’abord, il est apparu d’une trop grande complexité de gérer la large diffusion de la ressource. Nous avons travaillé sur la question de la réidentification des patients à partir des données médicales, et nous ne pouvons raisonnablement pas considérer que la ressource produite ne permet pas cette réidentification, malgré une anonymisation poussée. Ces travaux ont fait l’objet d’une publication [7] lors d’une journée consacrée à ces questions, et a conduit M. Amblard à participer à l’organisation d’un workshop sur ces thématiques lors de TALN 2015 à Caen (ETeRNAL).

Par ailleurs, les campagnes de recueil des données ont été plus complexes qu’attendu. La première partie a pu se finaliser sans trop de difficulté, ce qui nous a permis de travailler sur un corpus de taille acceptable. La seconde campagne prévue à l’Hôpital Saint Antoine à Paris a bien eu lieu, mais nous avons rencontré à la fois des difficultés organisationnelles à l’intérieur du service et des problèmes techniques (notamment avec le système EEG qui reste fragile et nécessite un temps de calibrage important). De fait, nous n’avons pu finaliser que 5 patients en un peu plus de deux ans. Il nous apparaît que le protocole prévu était trop complexe, non pas pour lui même, mais pour le type d’interaction institutionnelle que nous avions envisagé. Ces deux constats nous conduisent à revoir profondément l’organisation de futures campagnes de recueil de données.

L’accès aux patients et d’obtention d’autorisations ont été plus complexes que prévus, ce qui a retardé le démarrage du projet. Cependant, Nous avons pu finaliser notre recherche sur la majeur partie des aspects escomptés au départ. De plus, nous nous sommes ouvert au traitement générique du corpus : normalisation et annotation automatique. Nous avons implémenté une chaîne de traitement qui permet d’enrichir la ressource d’informations sur les disfluences (ruptures produites à l’oral), l’analyse en catégories morpho-syntaxiques et plusieurs éléments lexicographiques. Ce travail de constitution de l’outil et d’analyse des données sur la ressource a donné lieu à plusieurs publications [1], [5] et [6]. Il est à noter que cet aspect du projet n’était pas envisagé au départ du projet mais s’est imposé comme objet de recherche.

Par ailleurs, dans une dynamique similaire, nous avons poursuivi l’outillage numérique de la production d’annotations. En particulier nous avons encadré deux projets tutorés d’étudiants de master 1 sciences cognitives. Ces étudiants ont travaillé par groupe de 2 pendant 6 mois, les uns sur la constitution d’un manuel d’annotation de la ressource en SDRT, les autres sur l’utilisation de ce manuel ainsi que du logiciel d’annotation Glozz sur ces questions. Il est apparu que ce type d’annotations est très complexe à produire et à analyser. Nous disposons aujourd’hui d’une méthodologie et des outils pour envisager de passer à une annotation de ce type à plus grande échelle.

Concernant l’investissement dans le projet, chacun des partenaires a respecté ses engagements. Le caractère intrinsèquement pluridisciplinaire contraint pour sa réussite que chacun réalise les parties prévues. Sans cela, le projet ne peut exister. Il reste que nous avons réussi à organiser des journées d’étude et de travail au début du projet de manière assez régulière (environ tous les 4 mois). Ces journées ont laissé place d’une part à un travail plus précis, et donc mobilisant des chercheurs spécifiques, et d’autre part à l’organisation de workshop à caractère plus général.

Les résultats obtenus au cours du projet sont très encourageants. Nous avons pu étudier précisément les phénomènes choisis autours de la schizophrénie. Plus encore, nous avons également pu montrer que des patients en remédiation avancée (prêts à être réinsérés en dehors du milieu hospitalier) ne produisaient plus ce type de dysfonctionnement. Ces éléments sont significatifs en ce qu’ils nous permettent d’envisager notre objet d’étude véritablement comme un marqueur de la schizophrénie.

Actuellement nous préparons la suite du projet. Nous souhaitons finaliser l’outil en cours de développement et étendre sa couverture, d’une part vers de la transcription automatique et d’autre part sur des éléments d’analyse syntaxique. Par ailleurs, nous souhaitons constituer un nouveau corpus. Des discussions ont longuement été portées avec l’hôpital psychiatrique de Nantes ainsi qu’avec l’hôpital d’Aix-en-Provence. Ces deux pistes nous permettent raisonnablement de trouver un environnement favorable. Nous souhaitons valider nos résultats sur ce nouveau corpus. Sur le versant théorique, nous nous concentrons sur les aspects de modélisation cognitive.

Communications dans des colloques

[1] Analyse lexicale outillée de la parole transcrite de patients schizophrènes
Maxime Amblard, Karën Fort, Caroline Demily, Nicolas Franck, Michel Musiol
Traitement Automatique des Langues, ATALA, 2015, Natural Language Processing and Cognition, 55 (3), pp.25

[2] L’hypothèse des troubles du langage et de la pensée au risque de la formalisation sémantique du discours.
Michel Musiol, Maxime Amblard, Manuel Rebuschi
Analyse des discours Hors-Normes : approches, concepts et méthodes., Jun 2015, Sherbrooke, Canada

[3] Using SDRT to analyze pathological conversations. Logicality, rationality and pragmatic deviances
Manuel Rebuschi, Maxime Amblard, Michel Musiol
Manuel Rebuschi and Martine Batt and Gerhard Heinzmann and Franck Lihoreau and Michel Musiol and Alain Trognon. Interdisciplinary Works in Logic, Epistemology, Psychology and Linguistics: Dialogue, Rationality, and Formalism, Springer, pp.1–24, 2014, Logic, Argumentation & Reasoning, 978-3-319-03043-2

[4] L’interaction conversationnelle à l’épreuve du handicap schizophrénique.
Maxime Amblard, Michel Musiol, Manuel Rebuschi
Recherches sur la philosophie et le langage, 2014, 31, pp.1-21

[5] Étude quantitative des disfluences dans le discours de schizophrènes : automatiser pour limiter les biais
Maxime Amblard, Karën Fort
TALN – Traitement Automatique des Langues Naturelles, Jul 2014, Marseille, France. pp.292-303, 2014

[6] Quantitative study of linguistic phenomenas as indices of Thought and Language Disorders
Maxime Amblard
(In)Coherence du Discours 2, Dec 2014, Nancy, France

[7] L’impossibilité de l’anonymat dans le cadre de l’analyse du discours
Maxime Amblard, Karën Fort, Michel Musiol, Manuel Rebuschi
Journée ATALA éthique et TAL, Nov 2014, Paris, France

[8] Interpreting conversations in pathological contexts
Manuel Rebuschi, Maxime Amblard, Michel Musiol
Investigating semantics: Empirical and philosophical approaches, Oct 2013, Bochum, Germany.

[9] Schizophrénie, logicité et compréhension en première personne
Manuel Rebuschi, Maxime Amblard, Michel Musiol
Évolution Psychiatrique, Elsevier, 2013, 78 (1), pp.127-141

[10] L’expérimentation du lien entre troubles cognitifs et (in)cohérences du discours: les risques de la formalisation.
Michel Musiol, Maxime Amblard, Manuel Rebuschi
SLAM Workshop (In)cohérences du discours, Dec 2013, Nancy, France

[11] Approche sémantico-formelle des troubles du discours : les conditions de la saisie de leurs aspects pyscholinguistiques
Michel Musiol, Maxime Amblard, Manuel Rebuschi
27ème Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes, Jul 2013, Nancy, France

Présentations invitées :

  • Maxime Amblard, 2015, « SLAM : Schizophrénie et Langage, Analyse et Modélisation », journée restitution PEPS HuMaIn du CNRS, février 2015, Paris
  • Maxime Amblard, 2014, « Modèle de la langue à l’épreuve du discours chez les schizophrènes », séminaire professionnel, hôpital psychiatrique Saint Jacques, Décembre 2014, Nantes
  • Maxime Amblard, 2014, « SLAM : Schizophrénie et Langage, Analyse et Modélisation », journée de synthèse du DÉFI ITMM, CNRS, janvier 2014, Paris

Organisation de manifestations scientifiques

  • 3 journées d’étude (10. 2012, 07.2013, 11.2013)
  • une cinquantaine de réunions de travail
  • 3 éditions de (In)Cohérence du Discours (2013-14-15), en décembre. Les trois éditions ont reçu des participants étrangers, les présentations ont quasiment intégralement été faites en anglais.
  • workshop en l’honneur de la remise du titre de docteur Honoris Causa de l’Université de Lorraine à Hans Kamp en Octobre 2014

Organisation de manifestations scientifiques en anglais :

  • 3 éditions de (In)Cohérence du Discours (2013-14-15), en décembre. Les trois éditions ont reçu des participants étrangers, les présentations ont quasiment intégralement été faites en anglais.
  • workshop en l’honneur de la remise du titre de docteur Honoris Causa de l’Université de Lorraine à Hans Kamp.

Participation à des manifestations scientifiques à l’étranger :

  • Analyse des discours Hors-Normes : approches, concepts et méthodes., Jun 2015, Sherbrooke, Canada
  • Investigating semantics: Empirical and philosophical approaches, Oct 2013, Bochum, Germany.

 Autres éléments :

  • Présentation du projet SLAM pour le rapport d’activité de la Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS 2014-2015.
  • Le projet SLAM a fait l’objet d’un reportage sur France3 Lorraine le 17 mai 2014 vidéo
  • Mieux diagnostiquer la schizophrenie, pour le journal en ligne du CNRS. On le retrouve dans la version papier pdf
  • Le projet SLAM à la une du site recherche de la région Lorraine ici, en pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *