WISDOM : Transmission, Transformation and the Vitality of Wisdom in Jewish Antiquity

Bilan du projet WISDOM

L’objectif du projet WISDOM était d’évaluer l’évolution et la transformation des traditions sapientielles dans le judaïsme ancien. Ce projet était résolument international et avait pour but de fédérer les chercheurs et équipes, issus de différentes disciplines scientifiques, travaillant sur ce sujet. Le projet s’articulait en deux parties. Une première partie théorique visait à s’interroger sur l’étendue et la caractérisation des discours sapientiaux de l’antiquité en les décloisonnant de la notion de genre littéraire qui a conditionné la recherche au XXe siècle. La seconde, pratique, avait pour objectif une application concrète du développement théorique à travers un travail d’édition critique des manuscrits hébreux de Ben Sira1. Objectifs et enjeux de la recherche menée

Le XXe siècle a été le témoin d’importantes découvertes qui ont largement enrichi le corpus de la littérature juive ancienne, que ce soit par les découvertes des manuscrits de la mer Morte ou par la découverte des manuscrits de la Guénizah du Caire. Parmi ces témoins, la littérature dite de sagesse tient une place cruciale par l’importance d’un corpus nouveau, encore peu étudié et mal exploité. Ce nouveau corpus jette une lumière nouvelle tant sur la littérature antérieure en redéfinissant ses frontières théoriques que sur la littérature postérieure à travers son influence, qu’il s’agisse de la littérature chrétienne primitive ou de la littérature rabbinique. Le projet était organisé en deux objectifs principaux : le premier, d’ordre théorique, le second, d’ordre pratique.

a. Objectifs de théorisation et d’analyse des corpus

Bien que de nombreuses études dédiées à la littérature sapientielle se soit développées ces vingt dernières années, peu d’attention a été portée à la question de la définition du concept de sagesse dans le judaïsme ancien ainsi qu’à son évolution et sa transformation au fil de ses transmissions.

Si cette première partie du projet est essentiellement théorique, elle veut se baser en tout premier lieu sur l’analyse précise des données textuelles. C’est donc des textes et du cadre linguistique fournis par les manuscrits de la mer Morte et de la Génizah du Caire que ce projet souhaite repenser les données. Plusieurs objectifs ont été visés :

  • il s’agissait de problématiser et de repenser les définitions anciennes de la sagesse. En effet, la littérature de sagesse a généralement été définie comme un genre littéraire spécifique dont la définition s’articule à la fois sur des notions de contenus spécifiques et de caractéristiques linguistiques et stylistiques. Pourtant, l’hypothèse de départ était que cette catégorisation était inopérante et restrictive. Nous avons voulu montrer que le concept de sagesse dépassait largement la notion de genre et était précisément disséminé à travers plusieurs genres littéraires.
  • Le second objectif, essentiellement linguistique, visait à évaluer la manière dont la catégorie de sagesse s’articule avec des considérations d’ordre stylistique et linguistique. Existe-t-il des marqueurs linguistiques qui permettraient de mieux cerner le concept ? Comment de tels marqueurs se déploieraient-ils à travers différentes sphères linguistiques de l’antiquité (Hébreu, Araméen, Grec, Syriaque) ? Et comment évolueraient-ils dans une perspective diachronique de la langue ?
  • Le troisième objectif était d’examiner la dissémination, l’évolution et la transformation des traditions sapientielles non seulement à travers différents mondes linguistiques, mais également en diachronie depuis l’antiquité jusqu’à la période médiévale. L’objet était aussi d’évaluer l’implication des scribes dans la transmission et l’évolution des traditions sapientielles.
  • Enfin, le projet avait également pour but de s’interroger sur l’impact et les motivations de l’intégration de discours sapientiaux dans des discours résolument non sapientiaux (textes juridiques, narratifs, liturgiques, poétiques, magiques, calendaires, etc.).

b. Objectifs d’édition critique du texte hébreu de Ben Sira

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le livre de Ben Sira était essentiellement connu par des traductions anciennes, grecques, syriaques et latines, d’un original hébreu perdu. Depuis la fin du XIXe siècle, et jusqu’à tout récemment, le texte hébreu a été partiellement redécouvert dans les manuscrits fragmentaires de la Genizah du Caire et de la mer Morte (Qumrân et Massada). Il n’existe pourtant pas encore d’édition complète de l’ensemble des fragments, ni de traduction et d’analyse paléographique et philologique systématique. L’objectif de ce projet de recherche visait à combler partiellement cette importante lacune tant au plan national qu’international en proposant une édition critique de l’ensemble des manuscrits, accompagnée d’une analyse paléographique, d’une traduction et d’un commentaire philologique. La publication des résultats est prévue en français dans un premier temps, puis en anglais.

La caractéristique des témoins hébreux de la Génizah et des manuscrits de Masada réside dans leur disparité flagrante qui remet en question la reconstruction possible d’un Urtext et donc d’une édition éclectique. Un nouveau modèle était à trouver et à définir. En outre, la ferme volonté du projet était, au sein de l’édition de mettre en valeur, non pas la reconstruction d’un supposé original, mais au contraire de montrer comment les traditions sapientielles au fil de leur transmission s’étaient développées et avait évolué. L’attention s’est alors portée non seulement à l’édition importante des différents témoins de manière indépendante, mais également dans la mise en valeur des éléments paratextuels comme les annotations des scribes et les leçons marginales que nous considérons comme des témoins précieux de cette évolution textuelle.

2. Déroulement, méthodologie et évolution du projet.

Le projet a été lancé lors de deux rencontres des différents partenaires du projet à Yale University en octobre 2013 lors du colloque Textual Unities organisé par Hindy Najman les 6-8 octobre 2013, puis à Groningen à l’occasion du Third Qumran Institute Symposium: Jewish Cultural Encounters in the Ancien Mediterranean and Near Eastern World organisé par Mladen Popović, les 8-11 décembre 2013. Ces deux premières rencontres ainsi que de nombreuses réunions par Visioconférence ont permis de mettre en place les différentes étapes du projet. La première année du projet sera essentiellement dédiée à la partie théorique et conceptuelle du projet. La démarche scientifique nécessitait de faire dialoguer ensemble les partenaires du projet et les différents chercheurs susceptibles d’apporter un éclairage nouveau aux questions qui étaient posées.

a. Organisation de colloques

Dès lors, trois manifestations ont été organisées au cours de l’année 2014.

Un premier colloque a été organisé par Eibert Tigchelaar à Leuven les 26-27 mai 2014 : Relating Texts, Reconsidering Categories. Charting Connections between Dead Sea Scrolls. Ce colloque avait pour objectif de problématiser les catégories utilisées dans la classification des manuscrits de la mer Morte et d’explorer de nouvelles approches en se concentrant sur les relations entre les différents textes du corpus. Site Web du colloque : https://theo.kuleuven.be/en/research/research_units/ru_bible/symposium-relating-texts-reconsidering-categories. Une session du colloque était spécifiquement dédiée à la question de la définition de la catégorie des textes dits « sapientiaux » en lien avec le projet WISDOM. Trois conférences étaient particulièrement significatives pour le projet : Hindy Najman (Yale University), « Semantic Constellations in Wisdom Traditions from the Dead Sea Scrolls » ; Jean-Sébastien Rey (Université de Lorraine), « In the Garden of Good and Evil: Reimagining a Tradition » ; Arjen Bakker (KU Leuven), « The Figure of the Sage in Musar le-Mevin and Serekh ha-Yahad ».

Un second colloque a été organisé par Jan Joosten, Dan Machiela et Jean-Sébastien Rey, The Seventh International Symposium on the Hebrew of the Dead Sea Scrolls and Ben Sira. Reconfiguring the Study of Ancient Hebrew, les 22-25 juin 2014 à Strasbourg. Ce colloque international a été organisé par trois partenaires du projet WISDOM : la MSH Lorraine, l’Université de Strasbourg et McMaster University. Ce colloque international récurrent s’inscrit dans une série initiée par Takamitsu Muraoka (Universiteit Leiden), en étroite collaboration avec Elisha Qimron (Ben Gurion University of the Negev), et qui ont résolument fait avancer la recherche dans ce domaine. Les premiers colloques se sont tenus à Leiden en 1995 et en 1997, à Beer-Sheva en 1999, à Strasbourg en 2006, à Jérusalem en 2008 et à Leuven en 2011. La problématique de l’évolution des traditions sapientielles est étroitement liée à la question de l’évolution de la langue et des transformations linguistiques des traditions sapientielles au fil de leur transmission (voir en particulier la contribution de Eric Reymond, « Orthography and Morphology in Ben Sira’s Hebrew » ou de J.-S. Rey « The Marginal Reading of Ben Sira Manuscript B »). Les actes du congrès seront publiés en 2016 dans la collection Studies on The Texts of the Desert of Judah, Leiden, Brill.

Sans titre

Enfin, un troisième colloque a été organisé à Metz, les 21-23 octobre 2014, par trois partenaires du projet : Jean-Sébastien Rey (MSH Lorraine), Hindy Najman (Yale University) and Eibert Tigchelaar (KUL Leuven) : Third International Symposium on Jewish and Christian Literature from the Hellenistic and Roman Period. Rethinking the Boundaries of Sapiential Traditions in Ancient Judaism. Le site web du colloque est toujours accessible à l’adresse suivante: http://exegesis.fr/wisdom/. On y trouvera l’argumentaire, le programme et les résumés des communications qui y ont été présentées.

Photo des participants au colloque :

Sans titre

b. Séminaires de recherche internationaux consacrés à l’édition de Ben Sira

En parallèle à l’organisation de ces trois manifestations scientifiques, le travail sur l’édition de Ben Sira a été conduit au cours de l’année 2014 par des séminaires de recherches menés avec Jan Joosten à l’Université de Strasbourg au rythme mensuel d’une demi-journée de travail. Jan Joosten ayant été nommé Regius Professor of Hebrew à l’Oriental Institute de l’Université d’Oxford, il a été nécessaire de revoir notre mode de collaboration. En outre, à l’occasion du Seventh International Symposium on the Hebrew of the Dead Sea Scrolls and Ben Sira nous avons décidé de joindre au projet Eric Reymond de Yale qui a accepté de nous apporter ses compétences dans le domaine. De ce fait, nous avons opté pour des semaines de travail complètes au rythme de trois rencontres annuelles réunissant J.-S. Rey, J. Joosten et E. Reymond. Un premier atelier de recherche a donc été organisé à Metz les 22-26 juin 2015, un second a été organisé à Oxford les 19-23 octobre 2015, et un troisième à Atlanta à l’occasion du congrès de la Society of Biblical Literature.

Ces travaux ont permis la réalisation commune de l’édition critique des chapitres 3 à 16 du manuscrit A et des chapitres 32 et 40 du manuscrit B. Ces rencontres ont également donné lieu à une publication commune à paraître dans le Revue Biblique, « A New Hebrew Word in Ben Sira 40 :4 (Ms B IX verso, line 12 = Or. 1102) : סיגה ». Il reste encore beaucoup de travail pour achever cette édition, mais la méthodologie est maintenant clairement définie et le volume a été accepté aux éditions Brill dans la collection Supplements to the Journal for the Study of Judaism.

c. Consultation de manuscrits à Cambridge, Oxford et Jérusalem

L’édition critique du texte hébreu de Ben Sira a nécessité un travail en bibliothèques spécialisées et la consultation des manuscrits originaux : trois séjours de recherche organisés à Jérusalem (30 juin – 18 juillet 2014), Cambridge (6-11 juillet 2014), et une journée à Oxford (20 octobre 2015) ont permis de vérifier sur les documents originaux la pertinence de certaines de nos lectures et la réalisation de la description codicologique des différents manuscrits. Ces deux séjours de recherche ont été fondamentaux et ont permis d’avancer substantiellement le travail d’édition. Si cette part du projet est bien engagée, il restera encore un lourd travail de vérification pour la suite de l’édition et aussi, pour un projet futur, la nécessité de consulter l’ensemble de la collection Taylor-Schechter qui n’a pas encore été cataloguée.

d. Participation et communication dans des colloques internationaux

Le projet WISDOM a également permis de participer à plusieurs manifestations scientifiques et à diffuser les recherches menées dans le cadre du projet. Outre la participation aux différents colloques mentionnés plus haut, nous souhaitons mentionner notre participation aux manifestations suivantes :

  • « Scribal Practices in the Ben Sira Hebrew Manuscript Tradition » au colloque Textformen des Sirach-Buches im geistes- und kulturgeschichtlichen Horizont des Hellenismus les 12-14 septembre 2014 à Eichstätt.
  • « Transmission textuelle et sacralisation. Quelques caractéristiques de la pratique des copistes des ms. A et B du texte hébreu de Ben Sira » au colloque international Littérature et sacré : la tradition en question organisé les 21 et 22 novembre 2014 par le laboratoire Écritures (Valentina Litvan et Sébastien Mort)
  • « La connaissance cachée et révélée: Ben Sira entre sagesse et apocalyptique » au colloque Dame(s) Sagesse. Représentations et personnification de la sagesse biblique dans son contexte antique le 15 juin 2015 à Lille.

e. International Workshop – La suite du projet WISDOM

Enfin, un atelier de recherche international a été organisé les 29-30 septembre 2015 : Towards a New Paradigm for Textual Studies on the Hebrew Bible. Cet atelier avait pour objectif de préparer la suite du projet WISDOM. En effet, le projet a permis de mettre en valeur les questions nouvelles que posent les traditions textuelles divergentes dans l’antiquité : non seulement d’un point de vue méthodologique en termes d’édition critique, mais également dans le but de faire ressortir la vitalité des traditions textuelles et la participation active des scribes dans la transmission et la transformation des traditions textuelles.

Les chercheurs réunis à Metz les 29-30 septembre ont décidé de fonder un consortium, Textual Plurality in the Bible qui rassemblerait 5 laboratoires et six projets et qui donnerait suite au dépôt d’un projet ANR/DFG et d’un projet AHRC. Les deux projets étant indépendant financièrement, mais articulés au niveau de la recherche.

Projet ANR/DFG

  • Université de Strasbourg : Historical and Théological Lexicon of the Septuagint (directeurs du projet : Eberhard Bons [Strasbourg] et Jan Joosten [Oxford]) – sous contrat avec Mohr Siebeck, voir http://www.mohr.de/en/theology/reference-works/religion-in-geschichte-und-gegenwart/edition.html)
  • Université de Lorraine: Edition, Translation and Philological commentary of the Hebrew Text of Ben Sira – Brill (directeur du projet: Jean-Sébastien Rey [UL] ; collaborateurs : Jan Joosten [Oxford], Eric Reymond [Yale])
  • Université de Halle: Edition of the Samaritan Pentateuch (directeur du projet: S. Schorch [Halle]) ; Samaritan dictionary (directeur du projet: S. Schorch [Halle])

 

Projet AHRC

  • Université d’Oxford : The Hebrew Bible : A Critical Edition – édition de 1 Roi (Jan Joosten [Oxford], Jean Koulagna [Cameroun], Matthieu Richelle [Paris], voir : http://ohb.berkeley.edu)
  • Université de Madrid : The Hebrew Bible : A Critical Edition – édition de 2 Roi (Andrés Piquer Otero [Madrid], voir : http://ohb.berkeley.edu)
  • Université de Madrid : Edition of the Septuagint (P. Torijano [Madrid])

f. Publications

Deux publications majeures sont à paraître dans le cadre du projet Wisdom :

  • Wisdom after Wisdom : Mapping Sapiential Tradition in Ancient Judaism (JSJSup; Leiden, Brill, à paraître en 2016).
  • Reconfiguring the Study of Ancient Hebrew. The Seventh International Symposium on the Hebrew of the Dead Sea Scrolls and Ben Sira (STDJ; Leiden, Brill, à paraître en 2016).

L’édition du texte hébreu de Ben Sira n’est pas encore achevée, mais un contrat a pu être établi avec l’éditeur, Brill, pour la collection Supplement to the Journal for the Study of Judaism. Il est prévu une version française et, en même temps, une version anglaise de l’édition.

Pour une sélection de publications en lien avec le projet par les différents partenaires, voir supra.

Indicateurs

Nombre d’équipes impliquées (en distinguant lorraines, françaises et internationales) :

– Un laboratoire lorrain : Ecritures EA3943
– University of Oxford (Oriental Institute & Faculty of Theology and Religion) : Jan
Joosten, Hindy Najman
– KU Leuven (Research Unit Biblical Studies): Eibert Tigchelaar
– Lehigh University (Religion Studies): Benjamin Wright
– Harvard University et Bar Ilan University (Hebrew Culture Studies): James Kugel
– Tel Aviv University: Ishay Rosen-Zvi
– University of Groningen (Qumran Institute and the Dead Sea Scrolls): Mladen Popović
– McMaster University (Religious Studies): Dan Machiela
– Yale University (Divinity School): Eric Reymond

Publications significatives

Deux publications majeures sont à paraître dans le cadre du projet Wisdom :

  • Wisdom after Wisdom : Mapping Sapiential Tradition in Ancient Judaism (JSJSup; Leiden, Brill, à paraître en 2016).
  • Reconfiguring the Study of Ancient Hebrew. The Seventh International Symposium on the Hebrew of the Dead Sea Scrolls and Ben Sira (STDJ; Leiden, Brill, à paraître en 2016).

Publications des chercheurs partenaires du projet WISDOM

Jean-Sébastien Rey

  • « 4Q44; 4Q45; 6Q20, Édition, traduction et notes » dans Katell, Berthelot, Thierry Legrand (éds.), La Bibliothèque de Qumran. 3. Deutéronome, Paris, Cerf, 2014, 99-109 ; 889-891.
  • « Prêt, aumône et cautionnement dans le livre de Ben Sira et en 4QInstruction », in L’identité à travers l’éthique. Nouvelles perspectives sur la formation des identités collectives dans le monde gréco-romain (ed. Ron Naiveld, Daniel Stoekl Ben Ezra and Katell Berthelot; Bibliothèque de l’école des hautes études, Sciences religieuses 3; Turnhout: Brepols, 2014), 149-167.
  • « 4QInstruction and its Relevance for Understanding Early Christian Writings », in Jesus, Paulus und die Texte von Qumran (ed. Jörg Frey and Enno Edzard Popkes; WUNT II; Tübingen: Mohr Siebeck, 2015), 359-381.
  • « La traduction grecque des sentences proverbiales de Ben Sira : le cas des idiomatismes et des figures de style », dans Énoncés sapientiels brefs, traductions, traducteurs et contextes culturels et historiques (ed. Marie-Sol Ortola; ALIENTO 6; Nancy: Presses Universitaires de Lorraine, 2015), 113-132.
  • « ‘Dislocated Negations’: Negative אל Followed by a Non-verbal Constituent in Biblical, Ben Sira and Qumran Hebrew », dans The Hebrew of the Late Second Temple Period between the Bible and the Mishnah. A Sixth International Symposium on the Hebrew of the Dead Sea Scrolls and Ben Sira (STDJ 114, Leiden: Brill, 2015), 160-175.
  • « Transmission textuelle et sacralisation : quelques caractéristiques de la pratique des copistes des ms. A et B du texte hébreu de Ben Sira » dans Littérature et sacré (éd. V. Litvan ; Recherche en Littérature et Spiritualité ; Frankfurt am Main : Peter Lang, 2016), 163-177.
  • « Knowledge Hidden and Revealed: Ben Sira between Wisdom and Apocalyptic Literature », HeBAI (2016), à paraître.
  • « Scribal Practices in Ben Sira Hebrew manuscript A and B », dans Texte – Kontexte – Lebenswelten. Textformen des Sirach-Buches im geistes- und kilturgeschichtlichen Horizont des Hellenismus (ed. B. M. Zapff, G. Karner, F. Ueberschaer; SBLSCS; Atlanta: SBL, 2016), à paraître.
  • « The Hebrew of the Cairo Genizah Manuscripts of Ben Sira and the Hebrew of the Hellenistic Period B », in Reconfiguring the Study of Ancient Hebrew. Proceedings of the Seventh International Symposium on the Hebrew of the Dead Sea Scrolls and Ben Sira (ed. J. Joosten, D. Machiela and J.-S. Rey; STDJ; Leiden: Brill, 2015), in press.

Eric Reymond

  • “New Readings in Ben Sira 40:9-49:11 Ms B (Ms.Heb.e.62 and Or. 1102). Revue de Qumran, forthcoming.
  • “New Hebrew Text of Ben Sira Chapter 1 in Ms A (T-S 12.863).” Revue de Qumran (2015): 83-98.
  • “New Readings in the Ben Sira Masada Scroll (Mas 1h).” Revue de Qumran 26/103 (2014): 327-343.
  • “Fast Talk: Ben Sira’s Thoughts on Speech in Sir 5:9-6:1.” Revue de Qumran 26/102 (2014): 253-273.
  • “The Wisdom of Words in the Wisdom of Ben Sira.” Biblica 95 (2014): 224-246.
  • “Reflections on Orthography and Morphology in Ben Sira’s Hebrew: The 3ms Heh Pronominal Suffix.” In Seventh International Symposium on the Hebrew of the Dead Sea Scrolls and Ben Sira, Strasbourg, June 22-25, 2014. STDJ. Leiden: Brill, forthcoming.
  • “The Passive Qal in the Hebrew of the Second Temple Period, Especially as Found in the Wisdom of Ben Sira.” In Festschrift for John J. Collins. Leiden: Brill, forthcoming.
  • “2.03.2. Hebrew [Deutero-Canonical Scriptures > Ecclesiasticus/Ben Sira].” In The Textual History of the Bible. Ed. Armin Lange, et al. Leiden: Brill, forthcoming.
  • “Jesus Sirach.” In The Oxford Encyclopedia of Biblical Ethics (OEBE). Forthcoming.
  • with Jean-Sébastien Rey and Jan Joosten. “A New Hebrew Word in Ben Sira 40:4 (Ms B IX verso, line 12 = Or. 1102): sygh.” Revue Biblique, forthcoming.

Benjamin Wright

  • “Sirach.” In The T&T Clark Companion to the Septuagint. James Aitken, ed. London: T&T Clark, 2015, 410–424.
  • “‘She Undid Him with the Beauty of Her Face’ (Jdt 16.6): Reading Women’s Bodies in Early Jewish Literature” (with Suzanne M. Edwards). In Religion and the Female Body in Ancient Judaism and Its Environments. Géza G. Xeravits, ed. DCLS 28, Berlin: Walter de Gruyter, 2015, 73–108.
  • “Scribes, Translators and the Formation of Authoritative Scripture.” In In the Footsteps of Sherlock Holmes: Studies in the Biblical Text in Honour of Anneli Aejmelaeus. T. Michael Law, Kristen De Troyer and Marketta Liljeström, eds. CBET 72. Leuven: Peeters, 2015, 3–29.
  • “Preliminary Thoughts about Preparing the Text of Ben Sira for a Commentary.” In Die Septuaginta: Text—Wirkung—Rezeption. Wolfgang Kraus and Martin Karrer, eds. Tübingen: Mohr Siebeck, 2014, 89–109.
  • “Hellenization and Jewish Identity in the Deuterocanonical Literature.” In Canonicity, Setting, Wisdom in the Deuterocanonicals: Papers of the Jubilee Meeting of the International Conference on the Deuterocanonical Books. Géza Xeravits, József Zsengéller and Xavér Szabó, eds. DCL Studies 22. Berlin: Walter de Gruyter, 2014, 29–68.

Colloques

2014     “Rethinking the Boundaries of Sapiential Traditions”, Metz, 22-24 octobre 2014, en collaboration avec Hindy Najman (Yale University) and Eibert Tigchelaar (KU Leuven).
2014     “Reconfiguring the Study of Ancien Hebrew. The Seventh International Symposium on the Hebrew of the Dead Sea Scrolls and Ben Sira”, Strasbourg, 23-25 juin 2014, en collaboration avec Jan Joosten (University of Strasbourg) and Dan Machiela (McMaster University).

Atelier de recherche international

2015     Towards a New Paradigm for Textual Studies on the Hebrew Bible, 29-30 septembre 2015, Metz.

Séminaires de recherche

2014     Séminaire de recherche mensuel avec Jan Joosten (Université de Strasbourg)
2015     22-26 juin 2015 (Metz)
2015     19-23 octobre 2015 (Oxford)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *