TEXTIM : Le rapport texte-image XII°-XV° siècles

Bilan du projet TEXTIM :

Le rapport texte-image, décisif au Moyen Âge, est un domaine spécifique, que l’on redécouvre actuellement, de manière interdisciplinaire. Nous l’avons étudié partir de deux corpus : celui des visions d’Hildegarde de Bingen, tant dans le Scivias que dans Le livre des œuvres divines et l’iconographie des mystiques rhénans, en particulier, à partir de la question de la sagesse, en faisant intervenir des spécialistes de la question : Christian Heck, Jean-Claude Schmitt, Christian Kienning…

L’étude des frontières entre le texte et l’image chez Hildegarde de Bingen est une recherche pionnière, en particulier pour le Livre des œuvres divines (Lucca Codex), qui est envisagé, pour la première fois, de cette manière. Or, cette recherche, menée de manière interdisciplinaire et discutée, au cours des journées d’études et colloques, ainsi que des déplacements dans les bibliothèques, présente l’intérêt de voir quels sont les éléments principaux du texte d’Hildegarde qui ont été retenus et dans quelle perspective. Elle amène également à préciser le statut de la visionnaire, représentée de manière différente dans chaque miniature. Elle pose également la question de savoir si Hildegarde a supervisé ou non le travail des enlumineurs et si ceux-ci utilisaient ou non des modèles, des couleurs définis… Plus largement, cette étude a souligné le caractère lacunaire de la traduction française du Livre des œuvres divines  et nous invite à la reprendre pour la compléter.

Pour le Scivias (Rupertsberger Kodex), deux études existaient déjà : celle de Liselotte. E. Saurma-Jeltsch : Die Wucht der Vision und die Ordnung der Bilder, Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert Verlag, 1998 et de Hiltrud Gutjahr et de Maura Zatonil, Geschaut im lebendigen Licht. Die Miniaturen des Liber Scivias, Beuron, Beuroner Kunstverlag, 2011. Nous sommes partis de leur l’acquis pour étudier chacune des trente cinq planches qui rendent compte des vingt-six visions qu’Hildegarde consigne dans l’ouvrage et dégager leur enjeu, en précisant, comme pour le Livre des œuvres divines, si elles se font seulement l’écho du texte ou si elles le complètent ou l’abrègent en fonction d’un objectif précis et dans un contexte culturel déterminé. Compte tenu des problèmes structurels de la MSH Lorraine, la publication de cet ouvrage a été différée.

Un ouvrage de synthèse : Hildegarde de Bingen, à l’ombre de la lumière vivante  a été aussi réalisé, comme prévu, aux Éditions Dervy.

Pour rendre accessibles à tous les résultats de notre recherche, nous avons présenté trois kakémonos, relatifs au rapport texte-image chez Hildegarde de Bingen, ainsi qu’une série de cartes postales, reprenant les principales visions du Livre des œuvres divines, et qui seront utiles pour tous ceux qui souhaitent travailler le rapport entre son texte et image. Une exposition est également prévue, mais elle n’a pu avoir lieu, faute de temps.

Nous avons également travaillé l’iconographie des mystiques rhénans : un des premiers résultats en est l’ouvrage sur Les saints sépulcres alsaciens, en lien avec l’étude des Questions parisiennes d’Eckhart, récemment redécouvertes. Le rapport texte-image y est ici étudié, pour la première fois.

Compte tenu de l’ampleur inattendue de l’iconographie des mystiques rhénans, il reste encore beaucoup à faire.

D’autre part, nous avons publié aux Belles Lettres, comme prévu, la traduction et le commentaire de cet ouvrage fondamental d’Eckhart qu’est son Commentaire du Livre de la Sagesse, ce qui fait avancer notablement les études eckhartiennes en France. Cet ouvrage, qui a mobilisé les forces vives de l’Équipe de recherche sur les mystiques rhénans, a déjà été reconnu comme une référence par les chercheurs eckhartiens.

En revanche, faute de temps et de moyens, nous n’avons pas pu mener à terme l’étude de l’écho iconographique que l’on trouve dans L’horloge de la Sagesse d’Henri Suso. Le travail est bien commencé, mais nécessite encore quelques mois pour être mené à terme et donner lieu à une version illustrée et commentée de ce livre essentiel d’Henri Suso.

Les étudiants de M2 et les doctorants ont été associés aux différentes recherches, ce qui leur a permis d’avancer dans leurs recherches respectives.

Publications significatives

Ouvrages :

M.-A. VANNIER, Les saints sépulcres alsaciens, Strasbourg, 2014.

Maitre ECKHART, Commentaire du Livre de la Sagesse, trad. J.-C. Lagarrigue, J. Devriendt, comm. M.-A. Vannier, Paris, Belles Lettres, 2015.

M.-A. VANNIER, Les visions d’Hildegarde de Bingen dans le Livre des œuvres divines, Paris, Albin Michel, 2015.

M.-A. VANNIER (éd.), L’humilité chez les mystiques rhénans et Nicolas de Cues, Paris, Beauchesne, 2015.

M.-A. VANNIER, Hildegarde de Bingen à l’ombre de la lumière vivante, Paris, Dervy, 2015.

Articles :

BARA BANCEL, « La dialectique de l’image chez Henri Suso», in : Intellect, sujet, image chez Eckhart et Nicolas de Cues Sous la direction de Marie-Anne Vannier, Paris, Cerf, coll. Patrimoines Christianisme, 2014, p. 187-201.

M.-A. VANNIER, « L’iconographie d’Henri Suso dans l’Exemplar », Mémoires de l’Académie nationale de Metz (sous presse).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *