AMPLorr : Actes médiévaux des princes lorrains : vers un corpus numérisé

Bilan du projet AMPLorr :

Par sa situation entre Regnum et Imperium, entre Francia et Germania, la Lorraine est un observatoire privilégié des mécanismes en jeu dans la formation des principautés territoriales. Cependant, ici comme ailleurs, c’est d’abord par le biais de l’écrit et de son instrumentalisation par les pouvoirs que l’on peut prétendre à la compréhension de ces mécanismes. Or, depuis le XIXe siècle, l’érudition n’a livré que des inventaires partiels, dont la diffusion confidentielle a été un obstacle à la mise en œuvre d’une recherche rigoureuse et d’envergure. Pour reprendre ce chantier, on a souhaité partir du règne, relativement méconnu, de Ferry III qui, par sa durée exceptionnelle (1251-1303), offre un temps et un champ d’observation privilégiés de l’essor quantitatif, de la formalisation et des transferts culturels que connaît l’écrit administratif et gestionnaire.

L’Atelier diplomatique a proposé de procéder à un encodage XML réfléchi de 500 actes de ce duc afin que l’historien puisse mener sur le corpus qu’ils composent des interrogations croisées. Cette opération constitue une base solide pour poursuivre la mise en ligne des actes des successeurs de Ferry III.

Plus de 90% de ces 500 actes ayant été rédigés en français, un partenariat avec l’ATILF s’imposait, en raison des ressources déjà développées par ce laboratoire en matière de corpus linguistiques et lexicographiques informatisés, et de ses premières réalisations utiles à l’histoire linguistique médiévale. En retour la lemmatisation des actes de Ferry III est venue enrichir la base du dictionnaire du moyen français et ouvrir leur champ au questionnement des linguistes.

L’outil d’aide à l’édition du DMF est issu du développement du lemmatiseur, LGeRM (http://www.atilf.fr/dmf/LGeRM/), conçu au départ pour le Dictionnaire du Moyen Français1. Ce développement a été favorisé par des collaborations avec de grands projets d’édition et par des expérimentations internes. Pour les premières, il faut mentionner l’accord de collaboration scientifique entre le DMF et des équipes britanniques travaillant sur des auteurs de la même période, l’Université d’Édimbourg (projet Christine de Pizan) sous la direction de James Laidlaw, et les Universités de Sheffield et Liverpool (projet Chroniques de Froissart), sous la direction de Peter Ainsworth. Ce « Joint project » s’est déroulé sur 4 années (2008-2011). Les discussions sur les résultats de la lemmatisation des textes ont permis d’aller plus loin dans l’analyse des problèmes et dans la recherche de solutions, notamment par rapport à l’encodage des textes et au respect de la TEI. Dans la même perspective, nous avons lancé la lemmatisation de textes divers, notamment un recueil de recettes médicales, traditionnellement connu sous le nom de  « réceptaire de Jean Pitart », pour lequel l’utilisation de l’outil d’aide à l’édition du DMF a abouti à un texte sûr et interrogeable en ligne auquel on peut accéder directement à l’adresse : http://www.atilf.fr/dmf/JeanPitart. De très nombreuses collaborations ont permis d’améliorer et d’adapter l’outil à différents types de textes (littéraires et non littéraires). On trouvera les liens vers ces différents projets sur la page d’accueil du DMF. On peut également mentionner la collaboration du DMF au projet européen IMPACT (Improving Access to Text) qui a permis de positionner l’outil de lemmatisation dans le champ très important de la numérisation et du traitement des documents anciens, dans la mesure où l’outil développé pour le DMF permet de répondre au problème de la variation graphique. En effet, à la différence des dictionnaires traditionnels, le DMF a été construit à l’aide d’un lemmatiseur, LGeRM (Lemmes, Graphies et Règles Morphologiques) qui permet d’interroger à partir d’un lemme comme à partir de formes rencontrées dans les textes. Lorsque la forme n’est pas attestée dans les bases, le lemmatiseur propose des hypothèses que l’utilisateur peut ou non accepter. Le traitement proposé comporte donc deux phases essentielles, une phase de traitement automatique et une phase de désambiguïsation manuelle qui requiert des vacations.

Ce sont ces compétences qui ont été mises au service du projet AMPLorr : les textes médiévaux, photographiés et transcrits par les historiens de l’Atelier diplomatique du CRULH, ont été soumis aux deux opérations évoquées ci-dessus. La base de données développée au terme de ce double traitement est consultable en ligne : http://www.atilf.fr/dmf/ActesFerriIII/. Les textes ont également été déposés dans la base FRANTEXT sous la cote A007 : http://www.frantext.fr.

Évolution de la recherche :

La collaboration avec l’ATILF via le DMF a également permis de se rapprocher d’ORTOLANG à qui a été confié l’hébergement des transcriptions des actes de Ferry III conservés dans les Archives des Vosges : le lien sera fourni dès la mise en ligne.

Etat de l’avancée des connaissances par rapport aux enjeux théoriques et à l’état du savoir dans le domaine au plan national et international :

  • Contribution à une meilleure connaissance de l’histoire régionale, travaux sur un prince contemporain de Saint Louis méconnu (journée d’étude Ferry III, en novembre 2013)
  • Des documents intéressant l’histoire du Luxembourg, en  particulier celle du règne d’Henri V, ont permis aux collègues luxembourgeois de compléter leurs connaissances et de s’inscrire dans un partenariat ANR-FNR pour les années 2015-2019.
  • Méthodologie mise en œuvre avec le calendrier qui a finalement eu lieu selon les différentes tâches de recherche
  • Dialogue renforcé entre historiens, linguistes et informaticiens pour la correction des transcriptions, l’encodage des textes (XML-TEI), leur lemmatisation et leur mise en ligne. Les transcriptions et l’encodage ont été réalisés par Kévin ECHAMPARD grâce aux financements du programme AMPLorr.

Liens éventuels avec la formation :

  • Ces actes servent dans le cadre de l’initiation à la paléographie latine et française des étudiants d’histoire de L3 et de M1.
  • L’opération de transcription a été l’occasion d’accueillir des stagiaires (L3 et M1) de 2013 à 2015 au sein de l’Atelier diplomatique du CRULH.
  • Des masters exploitant le corpus ont été réalisés :
    Joanie ONGENA, La politique religieuse de Ferry III (M1)
    Clément BRISTIEL, Les actes de Ferry III dans les Archives départementales des Vosges (M2)
    Raphael FRANTZEN, Ferry III et le sel (M2)

AMPLorr a permis de proposer, dans le cadre du CPER-LCHN, un projet d’e-learning de la paléographie médiévale qui devrait être réalisé dans les années 2016-2018.

AMPLorr a permis l’incubation du programme de recherche franco-luxembourgeois TRANSSCRIPT financé conjointement par l’ANR et le FNR : http://www.agence-nationale-recherche.fr/?Projet=ANR-14-CE31-0022

  1. Gilles SOUVAY, Jean-Marie PIERREL, LGeRM : lemmatisation de mots en moyen français, Traitement Automatique des Langues, volume 50 (2009), numéro 2 : http://www.atala.org/LGeRM []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *