Intellect, sujet, image chez Eckhart et Nicolas de Cues

Bilan
Ce projet a mis en évidence le caractère indissociable des trois notions d’intellect, de sujet et d’image chez Eckhart et Nicolas de Cues, montrant ainsi que l’œuvre de ces deux auteurs ne se réduit pas à la noétique, mais qu’elle suppose la prise en compte du sujet et de l’image, ainsi que de leurs frontières, ce qui constitue une avancée importante et reconnue dans les études eckhartiennes et cuséennes.
Dans le cadre de ce projet, nous avons également réalisé une « Encyclopédie des mystiques rhénans », entièrement nouvelle, qui présente les auteurs dans leur contexte et envisage les sources de leur pensée ainsi que leur réception, non seulement chez Nicolas de Cues, qui a permis à l’œuvre latine d’Eckhart de perdurer en la faisant recopier (Codex Cusanus 21), mais aussi chez nombre d’autres auteurs jusqu’aujourd’hui. La réalisation de cet ouvrage a regroupé une centaine d’auteurs sur un plan transfrontalier.
par Marie-Anne VANNIER, Professeur, Université de Lorraine, Ecritures (EA 3943, Metz), MSH Lorraine (USR 3261), IUF

1. Informations générales
Le projet de recherche « Intellect, sujet, image chez Eckhart et Nicolas de Cues » a été soutenu et intégré dans l’axe 1 « Frontières, territoires, échanges » du programme scientifique de la MSH Lorraine pendant 4 ans (2009-2014). Sa porteuse, Marie-Anne Vannier est également membre sénior de l’Institut universitaire de France depuis 2012 (jusqu’en 2017) afin de soutenir ses recherches.

2. Résumé du projet
Le projet a mis en évidence le caractère indissociable des trois notions d’intellect, de sujet et d’image chez Eckhart et Nicolas de Cues, montrant ainsi que l’œuvre de ces deux auteurs ne se réduit pas à la noétique, mais qu’elle suppose la prise en compte du sujet et de l’image, ainsi que de leurs frontières, ce qui constitue une avancée importante et reconnue dans les études eckhartiennes et cuséennes.
Dans le cadre de ce projet, nous avons également réalisé une Encyclopédie des mystiques rhénans, entièrement nouvelle, qui présente les auteurs dans leur contexte et envisage les sources de leur pensée ainsi que leur réception, non seulement chez Nicolas de Cues, qui a permis à l’oeuvre latine d’Eckhart de perdurer en la faisant recopier (Codex Cusanus 21), mais aussi chez nombre d’autres auteurs jusqu’aujourd’hui. La réalisation de cet ouvrage a regroupé une centaine d’auteurs sur un plan transfrontalier.

Encyclopédie des Mystiques Rhénans

3. Résumé des résultats de la recherche

– Rappel des objectifs interdisciplinaires du projet et des enjeux de l’opération ainsi que de leur évolution au cours de la recherche

Ce projet est interdisciplinaire : Théologique et philosophique en sa racine, il implique la prise en compte de l’histoire de l’art pour étudier la notion d’image, la philologie, l’histoire… pour étudier les grandes notions proposées par Eckhart et Nicolas de Cues, pour les situer dans leur contexte et leur époque. Ce projet dépasse les frontières entre les disciplines et entre les notions. Il implique l’accueil de chercheurs étrangers, en particulier ceux de l’Université de Trèves avec lesquels un travail régulier, presque quotidien a été mené.
C’est fondamentalement un projet transfrontalier.
De plus, les deux auteurs envisagés ont marqué la Grande Région, ce qui constitue un apport pour le patrimoine local et un apport transculturel. Chaque année, nous avons organisé au moins un colloque, souvent plusieurs, compte tenu de la richesse du sujet et l’équipe de la MSH Lorraine nous a beaucoup aidés.
Le but du projet était de donner une impulsion significative aux recherches, relatives à
l’élaboration de l’anthropologie au tournant du Moyen Âge et de la modernité, en la situant, pour la première fois, comme nœud de réception des sources et de l’interprétation systématique, comme dépassement des frontières.
Avec les collègues du Cusanus Institut de Trèves et de la Kueser Akademie de Bernkastel-Kues, nous avons précisé le rôle qu’Eckhart a joué dans la pensée de Nicolas de Cues. Ainsi en sommes nous venus à une nouvelle appréciation du rôle du sujet, de l’intellect et de l’image dans leurs œuvres respectives à partir d’une comparaison systématique entre les deux penseurs. Un autre but a été de réaliser une Encyclopédie, dans laquelle on trouve une documentation complète, y compris sur les auteurs. Cette Encyclopédie servira de référence pour la recherche pendant les trente prochaines années. Elle situe le contexte où se sont développées ces notions. Certains articles y seront très développés (en particulier ceux qui concernent nos deux auteurs et nos trois thèmes ainsi que les notions qui s’y rapportent), afin de ne pas donner des informations générales et superficielles, mais de proposer un apport substantiel sur les questions. Les articles s’articulent autour des personnes, des sources, du contexte, des œuvres, des principaux thèmes et de leur réception. Ils permettent de faire connaître à un plus large public le résultat de nos recherches et proposent une sorte de table d’orientation pour ces auteurs et leur anthropologie. La pertinence scientifique du projet tient à ce qu’il peut présenter, en dépassant les frontières, comme au début de la modernité, un concept d’intégration du savoir, qui unit la théorie de l’intellect et des éléments relevant de la mystique. Un tel concept a de l’avenir et rejoint l’une des formules de l’Académie allemande des sciences :

« Angesichts hochgradig differenzierter Wissenschaftsbereiche
Zusammenhang herzustellen und zur Ganzheitlichen Integration von Wissen beizutragen » (« Afin de créer du lien, compte tenu des domaines scientifiques hautement différenciés, et de contribuer ainsi à l’intégration globale du savoir »)

Il n’est pas question ici d’élaborer des recherches isolées, mais de mettre en oeuvre des
compétences diverses et complémentaires au service d’un projet commun. L’Equipe de Recherche sur les Mystiques Rhénans du Centre Ecritures de Metz et le Cusanus Institut de Trèves regroupent leurs forces pour en donner le meilleur, non seulement pour renforcer leurs points forts, mais aussi pour mettre en commun le travail qu’ils ont mené pendant de longues années et qui a déjà porté ses fruits depuis 2003 dans le cadre de colloques annuels. D’ailleurs, la petite distance qui existe entre Trèves et Metz encourage un tel travail commun. Un autre point important de la synergie vient de la mise en place du projet de la DFG au Cusanus Institut : le « Cusanus Portal », qui vise à rendre accessible à tous le texte de l’édition critique de Nicolas de Cues (réalisée au préalable par l’Institut für Cusanus Forschung), les traductions en plusieurs langues, un dictionnaire et une bibliographie. On dispose déjà là d’une base de référence pour la recherche thématique et il y a un effet de synergie pour les articles entre le Dictionnaire et
l’Encyclopédie.

– État de l’avancée des connaissances par rapport aux enjeux théoriques et à l’état du savoir dans le domaine au plan national et international

Pour la première fois, la noétique tant eckhartienne que cuséenne n’est pas apparue comme un domaine isolé. Au contraire, nos recherches franco-allemandes ont montré comment les trois concepts d’intellect, de sujet et d’image s’articulent dans la vie et dans l’oeuvre d’Eckhart et de Nicolas de Cues et quelle a été l’influence d’Eckhart sur le Cusain. Tel est le sens du projet franco-allemand mené dans le cadre de la MSH Lorraine, projet qui est original et unique en son genre et qui a largement fait avancer la recherche, tant en France qu’en Allemagne. Il a donné lieu à trois ouvrages : l’un sur le sujet1 , l’autre sur l’intellect2  et le troisième sur l’image3  (voir ci-dessous). Le double but était de mettre en évidence le caractère décisif du rapport entre les trois concepts pour l’anthropologie et pour la théorie de la connaissance dans la modernité et de montrer que la production du regard intérieur est l’œuvre à la fois du sujet créateur et de l’intellect qui regarde, ce qui témoigne du caractère novateur et décisif de ce projet.

Ce projet a également des conséquences actuelles : il a déjà donné lieu à des études
systématiques qui amènent à des discussions d’actualité sur la culture.4
D’autre part, L’Encyclopédie des mystiques rhénans et les deux Anthologies (voir ci-après) qui la complètent ont non seulement fait le point sur la recherche eckhartienne et cuséenne, mais ils l’ont également fait avancer et l’ont rendue accessible à tous, en regroupant les textes jusqu’ici dispersés.

Anthologie Eckhart Tauler Suso

Un ouvrage de synthèse, intitulé : Intellect, sujet, image chez Eckhart et Nicolas de Cues est sous presse aux Éditions du Cerf.

– Méthodologie mise en œuvre avec le calendrier qui a finalement eu lieu selon les différentes tâches de recherche
Pour mener à bien le projet intellect-sujet-image chez Eckhart et Nicolas de Cues, nous sommes partis de la pierre d’angle qui est le concept de sujet, ce qui nous a amenés à voir comment Eckhart et Nicolas de Cues étaient précurseurs des philosophies du sujet, habituellement représentées par Descartes et Kant. Sans doute sait-on aujourd’hui que la réflexion sur le sujet est plus ancienne, qu’elle remonte à Augustin, qu’ont lu et réinterprété les deux penseurs, ce qui leur a permis de passer d’une réflexion sur la personne encore balbutiante à une étude du sujet qui se caractérise par son originalité,
par son unicité. Eckhart est même allé plus loin en déconstruisant la forteresse de l’ego pour mettre en évidence « la petite étincelle de l’âme », ce qui en fait l’un des précurseurs de la post-modernité, comme l’a rapidement compris Jacques Derrida, par exemple.
Dans le cadre de notre projet, nous n’avons pas proposé une « archéologie du sujet » comme le fait Alain de Libera, mais nous avons recherché comment Eckhart et Nicolas de Cues, qui sont marqués par la noétique, qui lui ont donné toute son extension comme en témoignent, par exemple, les Questions parisiennes, comment ils ont articulé intellect, sujet et image, ce qui a impliqué une étude sémantique, qui nous a permis de comprendre à quel point intellect, sujet et image sont indissociables pour ces deux auteurs. Pour Eckhart, une assomption du sujet se réalise à l’issue de la dialectique de l’image, de la Bild,
où s’effectue la déconstruction (l’Entbildung) de ce qui est secondaire pour en venir à l’unification intérieure : l’Einbildung et passer à l’Überbildung, qui laisse émerger l’image même, l’Etwas in der Seele, qui n’est pas sans analogie avec l’intellect, tout en le dépassant, dans l’intersubjectivité de sa relation à la transcendance. Cette déconstruction se fait par un choix libre du sujet. Avec la prise en compte de la liberté, non seulement dans la constitution du sujet, mais plus largement dans toute son oeuvre, Eckhart fait figure de précurseur de la post-modernité. Le Thuringien va très loin dans l’expression de la constitution du sujet par la médiation de l’altérité, ce qui est très actuel et donne à
l’anthropologie toute sa force pour aujourd’hui. Sans doute importe-t-il de reformuler les catégories, dans la mesure où Eckhart pense dans les cadres médiévaux, employant par exemple le terme de suppositum pour désigner le sujet, mais il emploie aussi des termes nouveaux comme celui de Isticheit et met en oeuvre toute une création verbale qui est tout à fait parlante mais dont il est parfois difficile de rendre compte en français. Il n’en demeure pas moins que sa parole traverse les siècles, d’où son actualité, même s’il importe de reformuler en un langage contemporain l’une ou l’autre de ses expressions.
Eckhart est, en réalité, dans une situation paradoxale : à la fois, il est l’un des précurseurs des philosophies du sujet, mais en même temps, il attribue à Dieu seul le qualificatif de sujet, en raison de sa puritas essendi. Il en va de même pour l’intellect et pour l’Image qui n’est autre que le Fils. En cela, Eckhart est à la fois actuel et inactuel, car il se situe à la fois dans le temps et dans l’éternité. En fait, il part de la Trinité, de manière classique mais surtout en raison de son expérience et il tend à identifier les notions de sujet et de personne. Par là même, il donne à la notion de sujet toute sa densité. C’est en quelque sorte un concept intégratif qui implique la présence de l’intellect et le bouillonnement de
l’image, qui constitue une avancée notable pour la recherche. Nous avons également réalisé les trois monographies prévues. C’est Harald Schwaetzer qui les a publiées en allemand aux Editions Aschendorff à Münster, en raison de la dimension transfrontalière
du projet, et nous l’en remercions. Ces ouvrages ont été bien reçus. Nous sommes également en train de publier, en français, un ouvrage de synthèse qui reprend et articule les trois notions chez les deux auteurs, comme cela était prévu dans le projet. L’ensemble sera une contribution substantielle à l’anthropologie, montrant comment aux XIV° et XV° siècles, elle implique l’articulation entre spéculation et mystique, ce qui sera l’objet d’un prochain ouvrage. Comme l’a souligné David Tracy, « sous des formes théologiques, les penseurs postmodernes nous aident à retrouver les grands mystiques, en particulier la tradition radicalement apophatique qui va du pseudo-Denys à Eckhart en passant par Erigène. Ils peuvent aider aussi à ouvrir la théologie chrétienne, dans et par leur repensée moderne de la « déité au-delà de Dieu » d’Eckhart, à un dialogue avec l’insubstantialité (sunyata) illuminatrice au-delà du nihilisme des grandes traditions bouddhiques ».5

Plus largement encore, ce sont les voies du dialogue interreligieux qu’Eckhart a ouvert,
en particulier avec Maïmonide qu’il cite quelque 267 fois le Guide des égarés. C’est toute une recherche sur les rapports entre Eckhart et le Judaïsme, en particulier à Erfurt et à Strasbourg qui s’est ouverte devant nous et que nous souhaitons creuser. Nous avons commencé à l’envisager dans l’Encyclopédie, qui est le second volet de notre projet.

L’enclyclopédie des Mystiques rhénans d’Eckart
Nous avons mené à bien, de manière transfrontalière, avec l’Institut für Cusanus Forschung de Trèves, la Kueser Akademie de Bernkastel et la Cusanus Gesellschaft, grâce à la MSH Lorraine, l’Encyclopédie des mystiques rhénans d’Eckhart à Nicolas de Cues, un ouvrage de quelque 1300 pages. Le titre peut étonner, mais le lien que nous avons souligné entre Eckhart et Nicolas de Cues est réel, car le Cusain est le premier à avoir fait recopier l’œuvre latine d’Eckhart dans le Codex Cusanus 21 et il en a été fortement marqué.
Le but spécifique de l’Encyclopédie est de donner, pour la première fois, un panorama
d’ensemble des différents courants de la mystique rhénane d’Eckhart à Nicolas de Cues, en présentant les personnes, leurs oeuvres, les thèmes qu’ils ont développé, le contexte où ils ont vécu et en prenant en compte leurs sources et la réception qui a été faite de leurs oeuvres. Ce livre, publié en français, est déjà traduit en espagnol.
Sur un plan méthodologique, son projet est conçu de manière novatrice, car il ne propose pas seulement un état de la recherche, mais il ouvre de nouvelles perspectives de recherche, en s’appuyant sur le travail réalisé par le groupe franco-allemand depuis dix ans : en particulier, en fonction de l’identification des Sermons 101 à 104 d’Eckhart et de l’édition de l’oeuvre de Nicolas de Cues, réalisée par le Cusanus Institut.
A l’intérieur de l’étude de la réception, un point-fort est à noter, c’est la mise en évidence de l’actualité des auteurs et de l’influence qu’ils ont eue jusqu’aujourd’hui : pour ne prendre qu’un exemple, celui de Jacques Derrida qui a proposé une relecture originale d’Eckhart et de Nicolas de Cues. Pour préciser cette influence de nos auteurs sur Derrida, Heidegger, Henry, Lacan…, nous avons proposé un index thématique des principaux concepts qu’ils ont mis en œuvre. Nous nous sommes efforcés d’être aussi exhaustifs que possible quant aux occurrences de ces concepts dans leurs œuvres (grâce à un listing exact que nous avons établi) et quant à leur signification, mais nous nous sommes également attachés à faire ressortir leur actualité. Pour ce faire, nous avons privilégié la qualité sur la quantité et opté pour des articles synthétiques. Afin de mener à bien ce projet novateur, nous avons fait appel aux spécialistes internationalement reconnus dans les différents domaines que présente l’Encyclopédie. Ainsi le projet ne se limite pas, comme le terme d’Encyclopédie pourrait le laisser penser, à un inventaire des outils et des recherche disponibles, mais l’Encyclopédie elle-même apporte une contribution nouvelle à la recherche, car, d’une part, aucune œuvre n’avait eu jusqu’ici une telle dimension internationale et interdisciplinaire et, d’autre part, aucune édition n’a bénéficié jusqu’ici du potentiel des recherches franco-allemandes, réalisées depuis soixante dix ans.
Dans sa forme et dans son concept, cette Encyclopédie est une œuvre entièrement nouvelle et actuelle qui présente les auteurs dans leur contexte ainsi que leurs œuvres, les thèmes qu’ils ont développés, les sources de leur pensée et la réception qui en a été faite. Quand nous avons commencé à étudier Eckhart, nous aurions aimé disposer d’une telle table d’orientation. Pour rendre cet ouvrage plus accessible aux étudiants, nous l’avons complété par une Anthologie avec les textes de référence d’Eckhart, de Tauler, de Suso et par une autre de Nicolas de Cues. L’anthologie Nicolas de Cues est un apport fondamental aux études françaises sur cet auteur. Pour la première fois, nous avons une synthèse des principaux aspects de l’œuvre de cet humaniste avant la lettre, qui avait découvert l’héliocentrisme avant Copernic. L’Encyclopédie, ainsi que les outils de travail correspondants, qui n’étaient pas prévus au départ, mais qui se sont ajoutés pour rendre l’Encyclopédie plus accessible à tous : d’une part, L’Anthologie sur les mystiques rhénans, d’autre part L’anthologie Nicolas de Cues, constituent un ensemble intitulé : L’apogée de la théologie mystique de l’Église d‘Occident, en écho au célèbre livre de Vladimir Lossky :
Essai sur la théologie mystique de l’Église d’Orient, du fait que Vladimir Lossky est également l’un des pionniers et des meilleurs connaisseurs de l’oeuvre d’Eckhart avec sa célèbre thèse, intitulée : Théologie négative et connaissance de Dieu chez maître Eckhart.
Cet ouvrage a été unanimement apprécié (voir le CR de Ruedi Imbach dans la Revue des
sciences philosophiques et théologiques), il a fait l’objet de lancements divers et de nombreuses recensions. Il sert d’introduction et de référence aux études sur les mystiques rhénans et Nicolas de Cues.
Tout un volet s’ouvre désormais devant nous : celui de la réception des mystiques rhénans et de Nicolas de Cues.

– Liens avec la formation
Les étudiants de master Théologie, anthropologie, philosophie, Spécialité Théologie et spiritualité ont largement bénéficié des acquis de nos recherches, tant dans les cours que
dans les échanges avec les collègues allemands qu’ils ont fréquemment rencontrés que dans les colloques auxquels ils ont participé. Ainsi ont-ils été initiés à la recherche, ils ont participé, comme les doctorants, aux travaux de l’Equipe de recherche sur les mystiques rhénans. Des doctorants sont venus d’universités étrangères : Chieti, Cracovie, Mayence, pour des co-tutelles de thèses.

– Perspectives et indicateurs

– Étude de l’iconographie des mystiques rhénans (Au départ, elle devait constituer un cahier illustrant l’Encyclopédie. Compte tenu de son ampleur, elle est devenue un ouvrage à part entière.).

– 1 équipe de recherche lorraine engagée et 7 en international
– 4 chercheurs ETP engagés dans le projet
– 4 doctorants et 2 thèses soutenues
– 26 communications dans des colloques
– 6 publications significatives (et 2 en cours de finalisation)
– 6 séminaires, journées d’études et colloques organisés dans le cadre du projet

Colloques Eckart Cues

Autres ressources en ligne :

Liste complète des publications scientifiques liées au projet de recherche

Le projet Eckart-Cues

– Vidéos du colloque de décembre 2011 : L’actualité d’Eckhart et de Nicolas de Cues, à la Fondation Singer-Polignac

Colloque de synthèse pour la fin du projet avec la Meister Eckhart Gesellschaft

2013 : Colloque international et itinérant réalisé avec la Meister Eckhart Gesellschaft : en juillet, colloque à Erfurt auquel nous avons participé pour marquer le départ d’Eckhart d’Erfurt. En septembre, colloque à Strasbourg pour commémorer l’arrivée d’Eckhart dans la ville. Le colloque s’est déroulé sur les lieux mêmes où Eckhart a vécu : le Temple Neuf : emplacement de l’ancien couvent des dominicains de Strasbourg, le Gymnase Jean Sturm où l’on voit encore le mur de soutènement de l’édifice.

Les lancements de l’Encyclopédie (sans les émissions de radio) :

Die Aktualität von Eckhart und Nikolaus von Kues, Bernkastel-Kues :

16 juin 2012 : Les mystiques rhénans et leur réception, une Encyclopédie, Paris.

Notes de bas de pages :

  1. H. SCHWAETZER/M.-A. VANNIER (Hgg.), Zum Subjektbegriff bei Meister Eckhart und Nikolaus von Kues, Münster, Aschendorff, 2011. []
  2. H. SCHWAETZER/M.-A. VANNIER (Hgg.), Zum Intellektverständnis von Meister Eckhart und Nikolaus von Kues, Münster, Aschendorff, 2012. []
  3. H. SCHWAETZER/M.-A. VANNIER, Das Verständnis von ‘Bild’ bei Meister Eckhart und Nikolaus von KuesMünster, Aschendorff, 2014. []
  4. Werte-Bildung in Europa, Hg. v. H. SCHWAETZER et M. VOLLET, Coincidentia. Zeitschrift für europäische Geistesgeschichte, Beiheft 1, Münster 2012. Cf. H. SCHWAETZER, “Cusanische Bildung”, p. 13-24. Pour des développements, voir : H. SCHWAETZER, “Bildung und Fragendes Denken”, Coincidentia, Beiheft 2, Münster, 2013. []
  5. D. TRACY, « La désignation du présent », Concilium 227 (1990), p. 86. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *